Mythologia : un site actualisé!

En tant que stagiaires au sein du projet Mythologia, nous avons eu pour mission d’améliorer l’ergonomie et la navigation du site Internet.

Tour du propriétaire…

Avant même de commencer notre stage, Céline Bohnert, porteuse du projet et tutrice professionnelle nous encadrant, nous avait chargés de commenter le site tel qu’il apparaissait à nos yeux de non-initiés. Il s’agissait de déceler d’éventuels dysfonctionnements, de noter toutes nos gênes dans la navigation ou dans la compréhension des différentes pages et fonctionnalités du site, en somme de relever l’ensemble des points qui nous apparaissaient problématiques, aussi bien que les éléments que nous estimions réussis.

Les quatre stagiaires que nous sommes se sont joyeusement prêtés à l’exercice et nous avons établi un premier bilan après avoir échangé points de vue et remarques avec Céline Bonhert au cours d’une fructueuse réunion.

Si le site nous avait semblé d’emblée complet en termes d’informations, quelques gênes dans la navigation nous étaient cependant apparues. Un manque de clarté et d’accès aux fonctionnalités pour des usagers novices sur le site nous avait aussi interpelés. Enfin, nous nous étions interrogés sur le public prioritairement destinataire du projet.

Nos premières pistes d’amélioration très générales concernaient donc la clarification des titres – du projet aux onglets – ou l’ajout d’illustrations et de schémas pour aérer les pages et rendre plus directement accessibles leurs contenus. Le bandeau de navigation n’apparaissait initialement pas sur l’ensemble des pages du chapitre, nous proposions donc un bandeau fixe ainsi qu’un bouton accueil permettant d’y revenir depuis n’importe quelle page.

Nous avons également appris que les possibilités de navigation ou de choix esthétiques étaient limitées car conditionnées par les moyens de personnalisation encore quelque peu réduits, le projet étant hébergé sur la plateforme EMAN et utilisant le CMS Omeka. La charte graphique utilisée s’avérait commune à l’ensemble des projets de la plateforme EMAN à ce stade, même si des possibilités de personnalisation sont envisagées à l’avenir. Des feuilles CSS permettant de personnaliser davantage l’apparence des sites sont en effet prévues dans les temps à venir mais il n’est pas possible d’en utiliser à ce jour, nous travaillons donc uniquement via le code html des pages.

Faire appel à Éole… pour un nouveau souffle sur le site !

Nos possibilités de modifications esthétiques et ergonomiques rencontraient donc des contraintes – par exemple l’impossibilité de choisir une police de caractère, de modifier la couleur de certains fonds, certaines pages ou éléments, etc. – dont nous avons tenu compte pour élaborer des propositions sous forme de maquettes réalisées grâce à PowerPoint ou Indesign.

Chacun d’entre nous s’était vu confier une page à retravailler pour en améliorer l’ergonomie, forts du bilan établi préalablement. Marthe Vertongen s’est chargée de la page de présentation du projet, Kenan Oudin celle de la présentation de l’équipe, Marianne de Prémont de la page de l’avancement du projet et j’ai personnellement travaillé sur les pages de biographies.

Après quelques recherches et heures de travail, nous avons proposé des maquettes que nous avons soumises à discussion, dont voici quelques extraits présentés par les auteurs des ces propositions eux-mêmes :

Marthe Vertongen – Page Présentation du projet :

« La maquette propose de faire plusieurs blocs de texte pour mieux distinguer les parties et améliorer la lecture du texte. Elle propose aussi l’ajout d’images pour rendre plus visuelle et agréable la page et illustrer certains points du texte, comme les fonctionnalités possibles. Des liens directs vers les pages liées peuvent être ajoutés en bas de page pour faciliter la circulation entre ces pages, ainsi que des liens vers le carnet Hypothèses pour le mettre plus en valeur. Pour viser un public plus large, une vidéo de présentation peut être ajoutée pour proposer une entrée dans le projet différente et accessible à tous. »

Page initiale “Présentation du projet”                  Maquette proposée

 

Marion Aspe – Pages Biographies :

« Les idées principales furent d’aérer les pages initialement très denses et d’illustrer davantage le texte, en délimitant les espaces grâce à l’ajout d’un fond blanc, en réduisant la police des notes de bas de page pour les distinguer du corps principal du texte notamment. Les pages présentant des biographies des acteurs des différentes éditions, l’idée d’ajouter une frise temporelle permettant de situer chacun d’entre eux semblait cohérente. Une légende est aussi apportée à l’image. »


Page initiale
Biographie d’André Wechel

 

 

 

 

Maquette proposée

 

 

 

 

Marianne de Prémont a quant à elle travaillé la maquette de la page d’avancement du projet dont voici un aperçu :

Page initiale
Avancement du projet

 

 

 

Maquette proposée par Marianne de Prémont

 

 

Et Kenan Oudin celle de la page de présentation d’équipe :

Page initiale
Présentation de l’équipe

 

 

 

 

Maquette proposée par Kenan Oudin

 

 

 

Nous avons en outre cherché une certaine harmonisation dans nos pratiques, nous nourrissant des apports de chacun, afin de conserver une unité du site. Nous avons par exemple déterminé des marges communes ou une navigation en bas de page unique.

Naviguer avec Ulysse… et retrouver Ithaque !

Dans un second temps, nous sous sommes plus particulièrement penchés sur la navigation du site. Nous avons tout d’abord imaginé une sous-navigation plus fournie et visuelle que l’ancienne, avec l’ajout de bandeau illustré, mais accessible uniquement depuis quatre grandes catégories (Projet – Corpus – Circulation – Exposition) notamment pour pallier un défaut d’affichage du bandeau de navigation qui décalait le contenu de la page et gênait la lecture.

Proposition de bandeau simplifié

Ce défaut ayant été corrigé quelques semaines plus tard au niveau de la plate-forme, nous avons pu revenir à des sous-catégories directement accessibles depuis les bandeaux de navigation. En effet leur disparition nous avait semblé problématique à l’usage et les fonctionnalités du site n’étaient plus suffisamment faciles d’accès.

Ce travail a aussi été l’occasion de préciser certaines pages et de présenter davantage les fonctionnalités du site. Céline Bohnert s’est attelée à compléter ces explications et pages de présentation, rendant plus accessibles encore les potentialités du site aux usagers. L’ordre des onglets a été modifié après de nombreuses discussions nous permettant d’évaluer ce qui nous semble valoriser au mieux le travail effectué dans cet ambitieux projet sur les Mythologiae libri decem de Natale Conti.

Bandeau actuel…

… avec sous-menus accessibles directement.

Principe de réalité !

Après avoir pris en compte les remarques particulièrement constructives amenées collectivement, vint le temps de la réalisation. Chacun se confronta donc à la mise en œuvre de sa maquette et de la navigation, constatant souvent quelques contraintes incontournables liées à Omeka et à l’absence de feuille CSS en l’état, mais aussi parfois à nos propres connaissances. À force d’essais et de dialogue, nous sommes néanmoins parvenus à un résultat nous permettant d’appliquer un nombre satisfaisant de modifications parmi celles que nous avions envisagées, dont voici un aperçu avec les bandeaux de navigation illustrés pour les sous-catégories.

Kenan Oudin – Page Présentation de l’équipe :

« Pour la simple page “Équipe” nous avons réparti les informations en trois blocs. Tout d’abord une carte représentant la répartition des contributeurs du projet dans le monde. Ensuite, nous avons un tableau avec les fonctions des collaborateurs (responsables du projet, comité scientifique, atelier texte, glossaire, …). En cliquant sur les noms cela renvoie directement aux informations présentes plus bas. Enfin, nous avons aéré la page en laissant de l’espace, rajouté des photos pour les personnes qui le souhaitaient et décrit de leurs fonctions. »

 

 

Page Présentation de l’équipe après modifications

 

Marianne de Prémont – Page Avancement du projet :

« La page ″Avancement de projet″ est formée sur la même base que ses congénères. Un premier bloc propose la navigation entre les pages de l’onglet ″Le projet″ via des images. Ensuite les informations sont réparties par année. Il est possible de circuler entre chaque année via une barre chronologique cliquable. Les années sont disposées dans des blocs distincts où les informations y sont classées par thématiques. Pour égayer un peu l’œil de l’internaute des visuels ont été rajoutés. »

Page Avancement du projet après modifications

Page Présentation du projet après modifications.           

  Page Biographie après modifications.

Un site et une plateforme vivants !

L’ensemble des améliorations que nous avons tenté d’apporter démontre la vitalité du site, support d’un projet en cours de réalisation, véritable laboratoire éditorial. Il est ainsi à l’image de la plateforme EMAN elle-même qui continue d’évoluer et de proposer de nouvelles fonctionnalités et possibilités de personnalisation aux différents projets qu’elle héberge.

Au cours de notre travail de refonte du site, nous avons pu constater des changements et des améliorations dans le bandeau de navigation par exemple, comme nous l’avons évoqué plus haut, mais aussi l’apparition d’un fil d’Ariane présent sur toutes les pages, permettant aux usagers de mieux se situer encore dans la navigation du site. La plateforme, comme le site Mythologia, ne sont pas voués à rester figés, comme des éditions papier l’imposeraient, mais se destinent à toujours proposer des évolutions à même de servir les documents et les projets qui y vivent.

L’ensemble du travail réalisé, bien qu’il reste perfectible à bien des égards, est le fruit de la collaboration et des échanges entre chacun d’entre nous. Nous espérons qu’il a permis de mettre en valeur et de rendre accessibles au plus grand nombre à la fois le riche texte de Natale Conti et les expériences éditoriales qui sont menées au sein du projet.

Nous vous invitons à consulter le site du projet pour découvrir en détails le site revisité !

Marion Aspe,
étudiante en master 2 Métiers de la Science des Patrimoines au CESR de Tours et
stagiaire au sein du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial.

 

 

Compléter et harmoniser les données, nettoyer les fichiers

Après un premier travail d’indexation sur quelques chapitres du livre III de l’édition 1627, ayant bien pris connaissance de la méthode d’indexation et de ses différentes métadonnées, nous nous lançons dans un travail de nettoyage des chapitres déjà indexés. Ce nettoyage est nécessaire pour harmoniser et stabiliser les différentes métadonnées, qui étaient jusque-là pour certaines toujours en cours de définition.

Nous avons dix-neuf chapitres à nettoyer, répartis entre le livre II et le livre III, et (au final) onze métadonnées à stabiliser. Pour cela, nous nous sommes réparti le travail, pour que chacun puisse se concentrer sur deux ou trois métadonnées et ainsi devenir un « expert » de ces métadonnées. Avant d’être publiées sur le site, les métadonnées sont relevées dans un formulaire Open Office. Comme nous travaillons sur ces formulaires Open Office, nous ne pouvons pas travailler en même temps sur un fichier et avons donc mis en place un roulement entre nous.

Formulaire de saisie Open Office.

Formatage des fichiers

Le premier travail que nous avons dû faire est un nettoyage des fichiers. En effet, les fichiers ont été remplis par des personnes différentes, qui utilisaient des formats différents (txt, odt, rtf) et des méthodes de notation différentes. Nous avons donc formaté entièrement nos cinq premiers fichiers, avant de nous lancer dans la curation des données.

Il était effectivement important d’harmoniser tous les fichiers vers un modèle unique et d’utiliser le même format, à la fois pour faciliter leur lecture et un travail futur sur ces fichiers, et pour leur archivage. Nous avons donc défini un modèle que tous ces fichiers devaient reprendre avec des règles de notation précises : pour relever une donnée, on note le numéro de page puis la donnée, avec un retour à la ligne pour chaque donnée. En effet, dans certains fichiers, le numéro de page était suivi de toutes les données qu’on trouvait à cette page, séparées par des points virgules. Il a dans ce cas fallu nettoyer cela pour harmoniser avec le modèle. Certaines métadonnées étaient également périmées ou avaient été renommées, ce qu’il a fallu aussi prendre en compte et modifier. Par exemple, la métadonnée « Forces naturelles » a été supprimée, les métadonnées « Attributs » et « Figurations » ont été regroupées, la métadonnée « PersosCités » a été renommée « NomsCités », etc.

Exemple avant / après le nettoyage d’une partie d’un fichier.

 

Curation des données

Une fois ce travail de formatage des fichiers terminé, nous avons pu commencer la curation des métadonnées. Pour cela, on reprend chaque chapitre au format papier et on le lit en repérant les valeurs des métadonnées qu’on nettoie.

Exemple de page avec les toponymes repérés en jaune et les figurations et attributs en vert.

Puis, on prend le fichier d’indexation du chapitre et on compare les valeurs pour vérifier que tout a bien été relevé, suppléer aux oublis et modifier le fichier selon les ajouts et suppressions dus à l’évolution des métadonnées et de leur définition.

Ensuite, une fois les données relevées, il faut harmoniser leur notation et pour certaines les vérifier (notamment leur forme moderne). Et là, certaines métadonnées sont plus compliquées que d’autres. Certaines métadonnées étaient déjà bien définies quant à leur forme de saisie et contenu, comme la métadonnée « Animaux et monstres » ou « végétaux », mais d’autres, comme « Cérémonies et rituels » étaient encore en cours de définition.

Pour d’autres métadonnées, comme les Noms Cités, les Toponymes, les Noms de peuples, il faut chercher la forme moderne de la donnée. C’est un travail qui peut s’avérer compliqué : les noms cités sont en très grand nombre, ils demandent un travail important ; les toponymes et noms de peuple, eux, font parfois référence à des lieux ou peuples qui n’existent plus ou qui ont été renommés. Un long travail de recherche peut alors être nécessaire pour retrouver la donnée et sa forme moderne. Dans ces cas-là, internet est bien évidemment très utile. Certains sites, comme Wikipedia, Pleiades… peuvent servir, mais il faut aussi parfois revenir au texte latin, chercher dans un dictionnaire latin ou grec, aller voir dans des éditions modernes (nous prenons les Belles-Lettres comme référence) pour les données qui sont dans des citations.

Exemple, p. 249, III, 19 avec « la rivière de Cenchre » et « le lac d’Ortyge » :

 

En cherchant « rivière de Cenchre », on ne trouve rien. On va donc voir le texte latin qui pourrait proposer une forme différente et identifiable. Le texte latin donne : « Cenchrium amnem ». En cherchant dans un Gaffiot, on trouve : Cenchrius, ii, m : fleuve d’Ionie.

La forme moderne d’Ortyge est Ortygie. Ici, ce n’est pas le nom propre du toponyme qui pose problème, mais le type de toponyme. On trouve sur Wikipédia deux îles de ce nom : l’île d’Ortygie en Italie, et l’île d’Ortygie en Grèce, qui serait le premier nom de l’île Délos, à laquelle le texte semble faire référence. Mais il ne semble pas y avoir de lac d’Ortygie. On poursuit donc l’enquête, pour être sûr, en allant voir le texte latin, qui donne deux informations différentes : l’édition latine de 1567 donne : « locum Ortygiam » (locus, i, m : lieu), et celle de 1581 : « lacum Ortygiam » (lacus, us, m : réservoir, bassin, lac…). On a deux types de toponymes différents, ce qui ne nous aide pas beaucoup. On va donc voir le texte de Tacite, puisqu’il s’agit d’une citation. Dans les Annales, III, 61, on a « lucum Ortygium » (lucus, i, m : bois sacré, bois), traduit par : « bois d’Ortygie » (édition Belles-Lettres). On va donc se baser sur cela. Mais une nouvelle question se pose alors : faut-il indiquer les erreurs du texte ou de Conti, et si oui, comment ? Nous avons choisi de garder la donnée du texte et d’indiquer entre crochets la correction. Nous avons ainsi noté : p. 249 Ortygie (lac [en fait bois]).

Quand le travail sur les fichiers est fini, et que tous les fichiers ont été nettoyés, relus, et corrigés, nous mettons à jour les données sur le site de Mythologia.

Un travail évolutif et un texte qui questionne

Au cours de ce travail, certaines métadonnées ont évolué. Par exemple, la métadonnée « Équivalences entre les personnages » est venue s’ajouter en cours de route. Avant, nous relevions ces équivalences dans la métadonnée « NomsCités », mais cela venait encombrer cette métadonnée déjà bien remplie. Les métamorphoses ont également été sorties de la métadonnée « Figurations et attributs » pour devenir une métadonnée à part entière.

La métadonnée « Cérémonies et rituels » est celle qui était la moins bien définie et qui a le plus évolué au cours de notre travail de curation. Au début, nous avons choisi de noter simplement sous cette forme la cérémonie en l’honneur de NOMduDIEU. Mais nous nous sommes rendu compte que cette métadonnée était très riche et qu’avec cette forme de notation, nous perdions beaucoup d’informations. Par ailleurs, la définition de cérémonie et rituel interrogeait : fallait-il ne relever que les gestes, les cérémonies, les rites répétés, réalisés de manière régulière, plusieurs fois ? Ou fallait-il relever tous les gestes, même ceux occasionnels, voire ceux qui n’étaient réalisés qu’une seule fois ? Nous avons choisi la deuxième option et décidé de rendre compte avec cette métadonnée des gestes, rites et cérémonies effectués en l’honneur des dieux, que ce soit de manière habituelle ou un nombre limité de fois.

Après plusieurs définitions et redéfinitions des contours et contenus de cette métadonnée, nous avons finalement décidé de relever et noter (quand cela était indiqué dans le texte) :

  • Nom de la divinité
  • Quoi : quel geste ? quelle action ? (cérémonie, offrande, jeux, sacrifice…)
  • Où : le lieu où se déroule la cérémonie
  • Par qui : qui accomplit le geste
  • Pourquoi et/ou pour quoi faire : cause et/ou but de cette action
  • Nom de la cérémonie

Mais même une fois les métadonnées bien définies, le relevé n’est pas toujours évident. La définition de nouvelles règles de saisie et de relevé amène effectivement à prendre en compte de nouvelles données qui soulèvent de nouvelles réflexions. Le travail de curation des données pose donc beaucoup de questions, à la fois sur les métadonnées et leurs contenus, et sur le texte et son sens.

Exemple, II, 08, p. 153 :

Le texte et sa construction continuent rendent le travail de relevé des données parfois compliqué. Dans ce passage, Conti parle au début de l’île de Lemnos indiquant qu’on y sacrifiait des humains en l’honneur de Mars, mais la suite du texte est ambigüe puisqu’il dit qu’on a reconnu cela comme cruel et que donc la cérémonie fut abolie. Mais à qui le « on » fait-il référence ? Parle-t-il toujours des habitants de Lemnos ? Ou est-ce un « on » général ? Et comme Conti poursuit avec ce « on » en expliquant qu’à la place, on sacrifiait un frésange ou un verrat, nous hésitons à indiquer que ces sacrifices étaient aussi réalisés à Lemnos. Puis Conti continue avec une énumération d’animaux offerts en offrande : cheval, loup, chien… À partir de « toutesfois ses plus particulières offrandes… », le texte semble passer à autre chose : Conti rentre ici dans la description des offrandes ordinaires faites à Mars, alors qu’avant il parlait des offrandes plus spécifiques, notamment à Lemnos.

Au final, nous avons décidé de relever et noter comme cela :

Il n’est donc pas toujours évident de savoir quelle valeur relever et comment. Le texte questionne beaucoup, et ces questionnements et hésitations sont révélateurs de la construction et structuration du texte de Natale Conti. Ainsi, même avec des catégories de métadonnées très bien définies, il reste toujours des cas qu’il faut regarder à part et autour desquels il faut débattre. Ce travail de curation des métadonnées a donc bien fait évoluer et avancer la définition des métadonnées qui, bien que désormais stabilisées, vont continuer à se préciser petit à petit à chaque fois qu’un de ces cas particuliers est traité.

En route vers l’indexation

Point d’étape

Notre travail de stagiaires sur le projet Mythologia se poursuit. Notre première rencontre avec le texte de Natale Conti via la correction et le pré-balisage de la transcription nous a permis de mieux comprendre cette mythographie. Cette nouvelle et frêle aisance nous permet d’aborder une nouvelle tâche, un pan assez important de notre stage, à savoir : indexer le texte.

L’indexation a déjà été réalisée pour la seconde moitié du livre II et pour l’essentiel du livre III, que nous allons compléter : nous recevons chacun la charge de deux chapitres à indexer. Muni de notre loupe de détective imaginaire nous avons pour but de moissonner le texte à la recherche d’expressions et mots significatifs en tenant compte des métadonnées définies pour le projet. Ces métadonnées sont disponibles dans les notices des chapitres, ainsi que dans les index généraux.

Une mise en place complexe

Le démarrage se fait un peu barbotant, tant la tâche parait complexe. Pourtant les index, déjà disponibles sur le site, sont bien élaborés. Les métadonnées et leurs intitulés sont fixés, les règles de saisie sont arrêtées pour la plupart des données, mais il reste des flottements pour certaines. Le travail effectué ensemble nous a permis de les fixer, et nous avons été amenés à créer deux nouvelles métadonnées : métamorphoses et équivalences entre personnages.

Le travail se fait alors en plusieurs étapes. Nous commençons tout d’abord par une lecture intensive des textes concernés. Puis nous relevons les mots relatifs aux métadonnées choisies. Enfin, pour certaines occurrences un travail de recherche en ligne ou à la bibliothèque est parfois nécessaire pour fixer les données incertaines, l’orthographe ou pour harmoniser le relevé.

Ce premier relevé sur le texte se fait grâce à un code couleur. Nous choisissons une couleur par métadonnée puis nous annotons nos exemplaires de la Mythologie. Une fois le texte balayé nous remplissons nos fichiers d’indexation sur Open Office. Ces fichiers sont préparés par métadonnées pour lesquelles des règles de saisie s’appliquent. Ces règles sont inscrites sur des documents framapad qui nous permettent un accès collectif et collaboratif. Entre autres conventions, nous inscrivons une métadonnée par ligne en précisant le numéro de page, une seule fois la même valeur par page du texte original. Ces indications de saisie permettront ensuite de faciliter l’import sur le site internet du projet. Il se fait en migrant nos fichiers Open Office vers des fichiers Open Calc qui permettent une automatisation de l’import sur la plateforme.

Exemple de fichier d’indexation Open Office – II, 10 de Pluton

Exemple de fichier d’indexation Open Office – II, 10 de Pluton

Nous nous bornons également aux règles dictées par les choix éditoriaux du projet. Entre autres, nous utilisons les formes modernes des mots qui permettront des recherches facilitées par les usagers du site. Les formes anciennes, indiquées par des guillemets, ne sont pas toujours fixes, on peut trouver dans le texte des variations de formes pour un même nom. Pour garder ces données, nous les relevons dans un tableur des graphies alternatives dans lequel nous notons la forme ancienne et la forme moderne retenue. Nous conservons ainsi toutes les données, mais facilitons la recherche dans l’index pour les usagers en conservant la forme moderne. Dans notre formulaire de relevé, on a donc : p. 169 Neptune (« Neptun »), et dans l’index sur le site, on trouvera : Neptune.

Focus sur les métadonnées

Nous travaillons à partir d’une liste de métadonnées structurée en plusieurs catégories :

Étude des sources :

  • Textes mentionnés

Des dieux, des monstres et des hommes :

  • Noms mythologiques et historiques
  • Équivalences entre personnages
  • Identifications des personnages
  • Figurations et attributs
  • Métamorphoses

Du monde :

  • Cérémonies et rituels
  • Noms de peuples
  • Toponymes
  • Animaux et monstres
  • Astres et objets célestes
  • Végétaux

La première catégorie à relever dans le texte est la plus complexe. Elle concerne les sources citées par Natale Conti qui effectue un travail colossal de citation d’auteurs antiques. Nous relevons alors tous les auteurs cités et effectuons un travail de recherche en parallèle. L’idée est d’identifier chaque citation antique puisque Conti ne nous donne pas systématiquement les références précises.

Exemple (III, XIII, De la Nuit, p.217) : Conti cite Euripide, mais ne donne pas le titre de l’œuvre.

La majorité des références présentes dans le texte latin de 1581 a été identifiée par un groupe d’éditrices-traductrices espagnoles (Rosa M.a Iglesias Montiel et M.a Consuelo Álvarez Morán (éd. et trad.), dans Natale Conti, Mitología, Murcia, Universidad de Murcia, (1988) 2004). Notre travail consiste à vérifier ces identifications, les corriger ou les compléter au besoin et rendre compte des changements entre le texte de 1581 et ses traductions françaises.

Exemple (III, XIII, De la Nuit, p.218) : Conti cite Hésiode et deux de ses œuvres, mais ne précisent pas plus. En allant voir l’édition espagnole, nous pouvons obtenir plus de précisions sur les livres ou vers :

Édition de 1567 (III, XIII, De la Nuit)
Édition de 1581 (III, XIII, De la Nuit)
Édition de 1627 (III, XIII, De la Nuit)

La référence à Euripide n’est pas présente en 1567, mais elle l’est en 1581 et puis 1627. Elle a été ajoutée en 1581. Nous notons dans le formulaire :

p. 217 1581 réf et cita aj. / Euripide > Jupiter [pour Ion, v. 1150-1151]

La référence à Virgile (avant la référence à Apollonios de Rhodes) est présente en 1567 et 1581 (« Virgilius libro quinto »), mais absente en 1627. Elle a été supprimée entre temps, à partir de l’édition de 1600. Nous précisions donc tout cela dans notre formulaire de relevé (à la page où la citation devrait se trouver si elle n’avait pas été supprimée) : p. 217 1600 réf et cit suppr. / Virgile > [Énéide, V, v. 721].

Nous avons tout de même essayé de constituer une bibliothèque de ressources en ligne, que nous complétons au fur et à mesure. Celle-ci inclut par exemple la Perseus Digital Library, Internet Archive ou encore Remacle, ce dernier est utile pour identifier la référence des citations même si les traductions publiées ne sont pas toutes adéquates pour notre projet.

Des passages en bibliothèques et des recoupements avec les éditions précédentes nous permettent d’enrichir cette catégorie en renseignant l’état des citations. Elles sont parfois tronquées, augmentées ou supprimées d’une édition à l’autre, à nous de démêler tout cela.

La métadonnée la plus foisonnante concerne les noms, nerf de guerre d’une mythographie. De fait dans cet index nous ne relevons pas uniquement les personnages mais tous les dieux, hommes ou encore monstres cités par Conti.

Les cérémonies et rituels sont relevés et comprennent aussi bien les offrandes, que les constructions de temple ou les sacrifices. Il s’agit ici de relever le dieu concerné, le type de geste, l’objet de l’offrande, l’instigateur de la cérémonie et, s’il existe, le nom du rituel. Cette systématisation du relevé permet de clarifier la catégorie.

Les noms de peuples font également partie de notre moisson, nous respectons ici les règles de base (modernisation des graphie, absence de majuscule) et nous gardons la graphie actuelle des peuples, en retirant les déterminants.

Les catégories suivantes concernent les toponymes, les animaux et monstres, les astres et objets célestes et les végétaux.

Un index vivant et mouvant

Sur le papier le travail semble donc bien huilé. Cependant nous restons attentifs au texte, qui nous offre pléthore d’originalités. Tous les cas inédits que nous rencontrons font du texte et de son étude une matière vivante et nous demande une certaine flexibilité. Les choix d’indexation n’échappent pas à la règle et nous devons les affiner au fur et à mesure.

C’est notamment le cas pour les noms cités, et pour les informations sur les entités mythologiques, qui pullulent dans le texte. Extraire les noms cités est une étape indispensable pour la constitution de l’index, mais affiner cette métadonnée fourmillante nécessite un travail plus élaboré. Voilà pourquoi plusieurs métadonnées ont été créées. Nous relevons alors :

  • Les noms cités en notant les graphies alternatives
  • Les identifications des personnages : les généalogies, les qualificatifs, les étymologies, les assimilations, les fonctions et les inventions.
  • Les équivalences entre les personnages
  • Les figurations et attributs
  • Les métamorphoses

Un petit coup de balais

L’indexation est un processus conséquent et malgré l’aide et les corrections de Céline Bohnert, un nettoyage est de mise. Ce nettoyage permet à la fois de lisser les fichiers d’indexation pour les mettre à jour mais également de récupérer les oublis possibles. C’est donc une deuxième phase d’indexation que l’équipe de stagiaires entreprend. Nous nous concentrons tous sur deux métadonnées précises et nous pouvons ainsi relire les chapitres déjà indexés en devenant expert de notre domaine.

 

Marianne de Prémont et l’équipe Mythologia

Rencontre des projets Mythologia et SourcEncyMe à l’IRHT

Nota : ce billet a été mis en forme par Emmanuelle Kuhry. Il est également publié sur son carnet, Digigloses.

Vendredi 14 janvier 2022,  Jérémy Delmulle – Emmanuelle Kuhry, IRHT-CNRS), les organisateurs des “Petits Déjeûners Humanités Numériques de l’IRHT”, ont invité les protagonistes de deux projets d’édition numérique de corpus encyclopédiques : SourcEncyMe (dir. Isabelle Draelants, IRHT-CNRS) et Mythologia (dir. Céline Bohnert, Univ. de Reims Champagne-Ardenne / IUF).

Quels traitements numériques peut-on accorder aux encyclopédies, ces textes massifs qui organisent à chaque époque le partage des savoirs ? Et d’abord, qu’est-ce qu’une encyclopédie au Moyen Âge et à la Renaissance ? Comment les aborder aujourd’hui ?

On trouvera ci-dessous un compte-rendu retravaillé des échanges, accompagné des illustrations utilisées.

Continuer la lecture de Rencontre des projets Mythologia et SourcEncyMe à l’IRHT

Mission : Transcription

Une des premières missions qui nous a été assignée en tant que stagiaires fraîchement arrivés dans l’équipe du projet Mythologia a été celle de vérifier et de pré-baliser la transcription automatique, effectuée via l’outil Transkribus, de l’édition de Jean Baudouin de 1627 de la mythographie de Natale Conti, afin de l’amender au besoin.

Chacun d’entre nous s’est vu confier une partie de texte dont il a la responsabilité. Cette tâche nous a permis d’entrer immédiatement dans la langue de ce texte foisonnant, d’en appréhender les mécanismes, mais aussi de comprendre le fonctionnement de Transkribus, afin de traquer et corriger efficacement les coquilles disséminées çà et là. Cette mission a été en outre le moyen de saisir les choix éditoriaux appliqués à ce corpus, qui propose une transcription semi-diplomatique du texte.

Continuer la lecture de Mission : Transcription

Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti

Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti.
Regard sur les index du De Deis Gentium Varia et Multiplex Historia et des Mythologiae libri decem

Gautier Amiel
(Sorbonne Université – CELLF)

Résumé : Ce billet est tiré d’une intervention présentée le 12 novembre 2021 dans le cadre du séminaire de Virginie Leroux (EPHE) de langue et littératures néo-latines, « Lilio Gregorio Giraldi : les dieux des philosophes antiques ». Il s’attache à rendre compte du « discours » des index des œuvres de Conti et Giraldi et du rôle qu’ils peuvent jouer dans la compréhension et la réception des deux sommes mythographiques que sont le De Deis gentium Historia et les Mythologiae libri.

Continuer la lecture de Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti

1567-1581 : Comparaison des index auctorum

Résumé : L’édition originale des Mythologiae libri (Venise, 1567) comporte un index auctorum et locorum. L’édition augmentée (Francfort, 1581), elle, ne porte qu’un index auctorum, réalisé par Johannes Opsopoeus si l’on en croit l’adresse au lecteur de l’éditeur André Wechel (à lire sur le site Mythologia). On dresse ici la liste des variations entre ces deux documents.
Continuer la lecture de 1567-1581 : Comparaison des index auctorum

Natale Conti mythographe… et poète

L’édition des Mythologiae libri decem donnée à Francfort par André Wechel en 1581 comporte de très nombreux ajouts par rapport au premier état du texte, qui remonte à 1567 (voir la présentation des éditions et des acteurs de ces livres sur le site Mythologia). Parmi eux, on trouve le poème suivant, inséré dans le chapitre sur Plutus  (II, 10) :

[p. 183] Ἡ Πενία σίνει μᾶλλον δειλήμονας ἄνδρας
Ἀθανάτων πάντων ἀλγινόεσσα θεά.
᾽Ω χρὸς ἀεὶ δαίμων, πεινῶν, ῥακέεσσι γεγηθώς.
ἄρσενα δʼ οὐ πάμπαϛ, κ᾽ οὐδὲ γυναῖκα λέγοις.
οὐδὲ μὲν οὐδὲ βροτῷ, οὐδʼ εὐλόγῳ ἐστὶν ἐοικὸς
τοῦτο τέρας, πᾶσαν καὶ κακότητα φέρει.
Ταρτάρῳ ἐν φιλότητι μιγεῖσα μελάμπτερος ἡ Νὺξ
Ἡν τέκε δειλαίοις πῆμα κακοίο βροτοῖς.
Ἔχε τιθηνάων δʼ ἀκλειῶν πολλὸν ἀριθμόν·
Μαίωσεν πρώτως ὁκλαδὸν ᾽Αφροσύνη.
Ἀργί ἐδέξατο τὸ ϐρέφος, ὃ τρέφεν, ἡδʼ ἀτίταλλον
Ἑλκεχίτων τρυφὴ μαζὸν ἑοῖο πόρε.
Σπαργάνισε δὲ Ῥαθυμία ὡς εἰκὸς ἀτέχνως
Χειμῶν ἐν κρυερῷ· καὶ γὰρ ἔγεντο τότε.
Ἔνδειάν τε φόβον τε φίλους καὶ θρῆνον ἑταίρους
Ἀτρυφέρους εἶχον αἰὲν ἀτεμβομένους.
Αἶχος, ἐρημί᾽ ἔπειτʼ αὐτῇ συμπαίστορε βήτην
Ἀπορία τε κακὴ, Ἀφιλία τε κόρη.
οὔποτε γέντο τέρας θνητοῖς φοβερώτερον ἄλλο,
οὐδʼ ἐχθρὸν μᾶλλον τοῖς μακείρεσσι θεοῖς.
Τοῦτο γὰρ ἐκφθύγων κατὰ τὸν μεγακήτεα πόντον
Ἔμπορος, οὐ τρομέει βένθεα, κ᾽ οὐκ ἀνέμους·
οὔτε θεῶν μῆνιν τόσον, οὖς κατὰ πολλʼ ἐπιορκεῖ,
οὔτε πόνον κατὰ γὴν, ἔντεά τʼ ἀλλοδαπῶν,
ὥσσον τῆς πενίας δνοφερὸν βλέμμ᾽. ἀθρόα καὶ γαῤ
προύτραπεν ἐκφευγειν ἔνθνεα δεινὰ κακῶν.
Δοῦλον, καὶ δύσποτμον, ἀναιδῆ, πᾶσι γέλοιον,
Νωθρὸν, ἄπιστον ἐπεὶ ποιέεται πενία.
Ἀφρονα, δύστηνον, καὶ ἀλήτην, πτωχὸν, ἄυπνον,
Ἄθλιον, ἀγροῖκον, παίγνιον ὥστε τύχης.
Πάσης ἀτυχίας βάθρον τὰ πλεῖστα ταράττει
Ἡ πενί᾽ ἀνθρώπων δακρυόεντα βίον.
Εἴαρος ἀρχομενου ὅσσʼ ἄνθεα γίνεται ὥρη,
Ἡδʼ ὅσους καρποὺς ἡ καλ᾽ ὀπώρα φέρει,
Τοσσα πάρεστι κακῇ πενίᾳ κακὰ τοσσα βέβηλα,
τόσσʼ ἀλιτρʼ. αὐτῆ γὰρ τίς κεν ἀριθμὸς ἔῃ.
[p. 184] Ῥᾷον ἀριθμεῖσθαι νιφετοῦ μένος, ἠὲ χαλάζης,
Δἐνδρέ ἀποθραύει ῥιζόθεν ὅκκʼ ἄνεμος.
οὔτις σῶσρα διδοῖ πενιχροῦ χάριν, οὔτις ἅποινα.
οὕτε πένης ζώων ἐν λόγῳ, οὔτε θανών.
οὔ ποτέ τις πενίας σκοπελὸν κακὸν ἥπτετʼ ἀπήμων·
οὐ μὰ τὸν πλοῦτον τὸν χαρίεντα θεόν.
Τῶν ἑκατὸν νηῶν ῥοφέει δέκα μήτε θάλασσα,
Μήτε ποσειδάων πολλάκις ἰχθυφάγος·
τῶν χιλίων χίλιοι κακοδαίμονεσεἰσὶ πένητες.
Ἔχθιστον πενία γίνετο πῆμα βροτοῖς.
Ἐστὶ τέλος πενίας ὀλοώτερον οὐδὲν ἰδέσθαι,
πλὴν τῆς Ἀδικίας, ἥ μάλα δὴ κακίων.

L’auteur de ce poème en distiques élégiaques n’est autre que Natale Conti lui-même, ce que notre mythographe signale volontiers (p. 183 : “nos his Graecis carminibus aliquando lusimus“).  La réédition des Mythologiae libri est pour lui l’occasion de diffuser de nouveau ce court poème paru en 1570 à Venise dans le recueil des Rime spirituali de Gabriel Fiamma, “canonico regolare lateranense” (Rime spirituali del r.d. Gabriel Fiamma, canonico regolare lateranense; esposte da lui medesimo, In Vinegia : presso a Francesco de’ Franceschi senese, 1570, p. 2K6v-2K7r). Le recueil de Fiamma, présenté ici, comporte en effet une section de poèmes d’autres auteurs, tous en latin hormis celui de Conti. Notre mythographe fournit la traduction latine de son texte, qu’il insère également dans les Mythologiae libri decem :

[p. 184] Improba Pauperes nocuit mortalibus una
Plus superis cunctis, saeua, grauisque Dea.
Vestibus & gaudet laceris, & pallida semper
Ora fame est : nec mas, foemina & illa nec est :
Non est illa homini similis, non illa animanti.
Hoc monstrum secum tristia cuncta tulit.
Tartarus hanc genuit Nocti coniunctus, at illa
Poena viris facta est, exitiumque graue.
Sordida nutricum fuit illi copia multa :
Nam fuit obstetrix improba Stultitia.
Segnities cepit, quam nutriit inde, puellam :
Discinctumque dedit ubera Delicium.
Vilibus arte carens inuoluit Inertia pannis
Frigora per brumae : hoc tempore nata fuit.
Se comitem querulam mox illi iunxit Egestas,
Cui Pauor & Luctus charus amicus erat.
Hinc Solitudo atque Pudor colludere sueti :
Et mala Formido, nulla & Amicitia.
Nec magis horrendum monstrum mortalibus ortum est,
Inuisum superis calicolis ve magis.
Hoc fugiens per monstriferum mare nauita ventos
Mercator spernit, nec maris alta timet :
Nec tanti superum facit, hos cum peieret, iram,
Non quae fert tellus, quaeque pericla mare,
Quanti Pauperie aspectum toruum. inde malorum
Aufugere hortatur plurima turba procul.
lure quidem : infoelix, seruus, ridendus, inersque
[p. 185] Fit pauper ; pudor huic excidit atque fides.
Insomnis, demens, querulus, mendicus, & erro est,
Implacidus, ludus stantis in orbe Deae.
Pauperies est una mali certissima sedes,
Vira superposita est qua lacrymosa virum.
Quot flores verno nascuntur tempore, vel quot
Vtilis autumnus dulcia poma tulit ;
Tot mala Pauperiem, tot pone impura sequuntur,
Tot delira. quis haec dinumerare queat ?
Sed citius quando conuellunt robora venti,
Percipias numerum grandinis atque niuis.
Praemia seruato donat pro paupere nemo.
Viuat, vel pereat, nulla inopis ratio est.
Pauperiae illasus scopulum nemo attigit unquam :
Testificor Pluri numina magna Dei.
Nauibus e centum haud sorbet Neptunus & unda
Saepe decem ; reliquae marmora tuta secant :
Sint inopes si mille, uidebis mille misellos.
Pauperies cunctis denique dira lues.
Qua pestis non ulla viris nocet acrius vrgens.
Est peior multo sed tamen improbitas.

En 1600, Jean de Montlyard supprimera cette auto-citation du poète-mythographe.

Ce cas n’est pas isolé. Dans les Livres II et III des Mythologiae libri, se trouvent deux autres poèmes du Vénitien. Le premier, au chapitre de Vulcain (A. Wechel, Francfort, 1581, p. 159-160), est une diatribe latine contre les alchimistes, « Ars fallax, inuisa bonis, dulcedine captos… ». On pourra la lire ici. Cette fois, le poème est conservé et traduit dans les versions françaises (voir l’édition de Paris, 1627, p. 150). Le second, dans le chapitre consacré aux Champs Élysées (III, 19/20), est donné en grec avec sa traduction latine, de la main de Laurentius Gottius comme Conti l’explique lui-même :

« Quae carmina ita sunt a Laurentio Gottio in Latinam linguam conuersa, quem praecipuum inter amicos propter singularem morum bonitatem, modestiam, studium literatum, iudicium, & habeo & unice amo. » (p. 281)

Le poème invite à la constance devant la mort. Il est, lui aussi, donné en français par Jean de Montlyard et conservé par Jean Baudoin (Paris, 1627, p. 262-263).

Le repérage de ces trois poèmes met en évidence la forte présence de Conti dans son texte et signale l’auctorialité complexe du mythographe, qui n’est pas seulement un passeur : traducteur, auto-traducteur et poète, le compilateur est aussi l’architecte d’une struture textuelle qui fait dialoguer le passé et le présent – les textes canoniques transmis par la tradition, les textes rares débusqués (ou falsifiés) par un chasseur d’inédits, ainsi que les productions des contemporains .  La mythographie organise une forme de sociabilité textuelle qui traite à égalité les références du passé et les bribes du présent.

Une enquête doit être menée sur la part moderne des Mythologiae libri et sur le milieu vénitien tel qu’il est reflété dans l’oeuvre. Elle commencera par un relevé systématique des textes de Conti et des mentions de contemporains dans les Mythologiae libri.

*

Complément (02/02/2022) :

N. Conti, 'Mythologiae libri', 1567, f. 312r.
N. Conti, ‘Mythologiae libri’, 1567, f. 312r.

Les index auctorum des éditions de 1567 et 1581 comportent une entrée “Natale Conti”. Le mythographe signale les mentions de ses propres oeuvres dans le texte. Ce phénomène est d’autant plus remarquable que l’index ne comporte quasiment aucun autre nom d’auteur contemporain (voir le billet de Gautier Amiel, “Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti” (02/02/2022).


Merci au projet Lyra (Univ. Lausanne) qui nous a permis d’identifier l’édition du poème de Conti dans le recueil de Gabriel Fiamma.

Transcription du poème par Clarisse Evrard.


Pour citer ce billet : Céline Bohnert, “Natale Conti mythographe… et poète”, Mythologia (carnet de recherche du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627), https://mythologia.hypotheses.org/261, mis en ligne le 02/11/2021.

(Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times

(Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times
25th-26th November
Online Workshop, Warburg Institute

Names and epithets, historical facts, rituals and monuments, textual fragments, plants and places: these are samples of the wide material that the mythographic tradition deals with. How do we organise it? What data to choose, how to present it and what for? This workshop will question the different forms of mythographic compilation. Many of them baffle our sense of order and classification and it is tempting to qualify them as confused bundles. But, by orchestrating the collection of ancient texts and/or images and thus arranging different circulations in the treasure of ancient knowledge, mythographies present themselves as creative enterprises. Could we argue that compilation is a form of thought inherent in mythological creation, even in its artistic forms? Homer’s poems are based on different modes of assemblage and were immediately received as a mythographic encyclopaedia.

By visiting some of the compilation models developed since Antiquity, we will interrogate the ways in which they give new meanings to the ancient pantheon. Poetics, iconology, hermeneutic and anthropology are intimately linked here. How could we describe the forms of mythographic compilation? What mental procedures underlie them? What intellectual operations do they require of their users? To what extent a conception of the order of things can be read through their specific arrangement of data, how do they reflect a specific state of culture? These issues will be raised through images, texts, and artefacts. Although these domains obey their own logic, an important part of the mythographic production is found at their interface.

PROGRAMME (UK time / GMT):

Thursday, November 25th

13:40 – Welcome & Introduction

14:00 – François Lissarrague (EHESS): ‘Ordering Herakles’ and Theseus deeds: two pictorial cycles’. Q&A

15:00 – Charles Delattre (Univ. Lille): ‘Mythography as visual art? From the compilation of data to their representation in the mythographic treatises of Palatinus Graecus 398′. Q&A

16:00 – Short break

16:30 – Frank Coulson (Ohio State University): ‘Cataloguing the medieval Latin commentaries on Ovid’s Metamorphoses:  Problems and Perspectives’. Q&A

17:30 – Lorenza Gay (Independant Scholar): ‘”Selon l’istorial matiere” Depictions and Interpretations of the Greco-Roman Gods in Late Medieval French Illuminated Manuscripts: Building Meaning(s) in Texts and Images from the Ovide moralisé to Christine de Pizan’. Q&A

Friday, November 26th

15:00 – Elisa Sani (Courtauld Institute): ‘Feasting with the Gods: Ancient mythology on Italian Renaissance ceramics’. Q&A

16:00 – Short break

16:30 – *Françoise Graziani (Univ. Corte): ‘La reconfiguration mythographique : un système complexe en acte’. Q&A

17:30 – Agnès Guiderdoni (Univ. Louvain, FNRS): ‘From Mythography to Iconology: Images of the Gods Reordered by Jean Baudoin (Conti, Mythologie, 1627)’. Q&A

*English translation of this paper will be provided.

Le workshop aura lieu en ligne :  participation libre sur inscription ici.

Crédits : Raphael, Il consiglio degli dei (extrait), Villa Farnesina, Rome, c. 1517-1518 – source : wikipedia.

Présentation de Mythologia pour les 5 ans de la plate-forme EMAN

Le projet Mythologia sera présenté pendant les journées publiques “Les 5 ans d’EMAN” les 28 et 29 janvier 2021.

Présentation de l’événement et Programme du colloque.

Poster  de présentation du projet Mythologia.

Il sera plus précisément question de pédagogie, dans la session  “Usages pédagogiques et collectifs” (vendredi 29 janvier 2021, 14h45 – 15h45) :

Intervention :Des étudiants éditeurs sur le site Mythologia : un scénario pédagogique entre humanités numériques et épistémologie

Résumé : Cette intervention présentera le bilan du scénario pédagogique mis en place en 2019-2020 sur le site Mythologia pour les étudiants du Master Lettres et Humanités (Univ. Reims). L’objectif n’était pas tant de former aux humanités numériques en soi que de former aux humanités et à une démarche réflexive sur les pratiques de recherche en mobilisant les outils de l’édition numériques. Les étudiants ont participé à l’édition de la Mythologie de Natale Conti sur EMAN tout en tenant le journal de bord de leurs démarches. Ils étaient ainsi invités à élaborer un protocole de travail argumenté et à expliciter les interactions qu’ils observaient entre les outils numériques, les questionnements au fondement de la démarche éditoriale et les problématiques propres au projet Mythologia

Enquêter sur les sources des Mythologiae libri decem: esquisse d’une méthodologie

En 2021, le projet entrera dans une nouvelle phase. L’objectif sera de dresser un panorama représentatif (mais non exhaustif!) des sources des Mythologiae libri decem.

La notion de source appliquée à notre corpus demande de distinguer:
– les références explicites nous donnent accès à l’Antiquité exhibée par Conti
– les sources implicites, pour beaucoup sans doute des outils de travail: elles constituent des « figures sous le tapis » qui nous renseignent sur la méthode de travail et sur la culture du mythographe.

Les écarts des unes aux autres serviront de base à une étude des processus de   légitimation savante en permettant de mieux cerner l’ethos du mythographe. La question sous-jacente est la suivante: qu’est-ce qu’un discours (de) savant?

*

Les références explicites: il s’agit des citations, mentions d’auteurs et/ou de titres. Les Mythologiae libri decem en comptent plusieurs milliers.

niveau 1: repérage de la source antique = identification de la source  et repérage du passage précis, que Conti ne mentionne pas. Il s’agit de compléter la référence indiquée par Conti.

Ce travail est en cours pour les livres II et III. Il est réalisé à partir de la traduction espagnole (Rosa M.a Iglesias Montiel et M.a Consuelo Álvarez Morán (éd. et trad.), Natale Conti, Mitología, Murcia, Universidad de Murcia, (1988) 2004),  systématiquement vérifiée et, le cas échéant, amendée ou complétée.

Cela nous permet de repérer

  • les références erronées dans les quatre éditions retenues des Mythologiae libri
  • les références problématiques, possiblement fallacieuses
  • les manipulations opérées entre 1581 et 1627:
    ajout d’une référence seule
    ajout d’une référence + citation
    suppression d’une citation en conservant la référence
    suppression d’une référence et de sa citation.

Nous aurons à préciser la date à laquelle chaque modification est introduite dans le corpus.

niveau 2: repérage des états édités des sources = mise en situation des références dans la culture humaniste.

“Mise en situation des références dans la culture humaniste”… c’est-à-dire ?

Il faudra enquêter parmi:
Les éditions des oeuvres mentionnées. On laissera de côté la tradition manuscrite des textes.
Mettre l’accent sur la tradition éditoriale des oeuvres antiques permettrait
1. de dresser un catalogue des éditions d’oeuvres avant 1581 (et des traductions françaises d’auteurs antiques avant 1600)
2. dans la mesure du possible, de distinguer les éditions utilisées par Conti, afin d’établir  la bibliothèque du mythographe.

Les ouvrages de seconde main. Conti travaillait très probablement (sans doute majoritairement) à partir d’ouvrages de seconde main.  Un tour d’horizon de ces productions comprendrait:

  • les mythographies antérieures:  en particulier celles de Giraldi, Pictorius, Boccace
  • les mythographies antiques et médiévales, que l’on trouve éditées en anthologies ou séparément à la Renaissance
  • les ouvrages grecs traduits en latin par Conti: Aphthonios, Athénée, pseudo-Plutarque
  • les dictionnaires
  • les épithétaires
  • les recueils de lieux communs
  • les cours sur les oeuvres antiques: Melanchthon, Sabinus…
  • les commentaires marginaux des auteurs anciens, en considérant les marges comme un lieu dynamique d’accrétion et de production du savoir.

Là aussi, l’enquête présenterait deux aspects :
1. un travail génétique sur les Mythologiae libri decem serait serré autour du texte et des corpus secondaires dans lesquels Conti a le plus vraisemblablement puisé
2. une étude plus large sur la circulation au XVIe siècle des textes (ou plutôt, d’un corpus restreint de citations) mentionné(e)s par Conti: les Mythologiae libri decem servant alors de support voire de prétexte à une enquête plus vaste.

*

Mais Conti ne cite pas toutes ses sources. L’enquête devra tenir compte des sources implicites:
1. les sources antiques reprises telles quelles mais non mentionnées. C’est certainement le cas le plus rare: il faudra vérifier s’il existe.
2. les auteurs fragmentaires grecs sont puisés dans des ouvrages intermédiaires, comme la Périégèse de Pausanias notamment, dans laquelle Conti puise à pleines mains. Il renvoie aux auteurs qui ne sont connus que par ces intermédiaires sans mentionner ces derniers.
3. les ouvrages de seconde main: Athénée, Giraldi, Boccace…

*

Concernant la traduction française, il faudra établir si Montlyard traduit lui-même les citations d’auteurs antiques ou s’il utilise des traductions existantes, en particulier pour les textes poétiques.

*

Enfin l’enquête aura à prolonger le travail réalisé par Victor Gysembergh autour des références fallacieuses : V. Gysembergh a établi que Conti falsifie un certain nombre de citations des auteurs fragmentaires grecs. Il faudra mener une enquête spécifique autour de ces citations fausses, pour voir si Conti en est toujours l’auteur ou s’il est tributaire d’erreurs et falsifications antérieures.

(Voir Victor Gysembergh, « La réputation sulfureuse de Natale Conti, helléniste faussaire », dans La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin, Livre I (1627), Céline Bohnert & Rachel Darmon (éd.), Reims, Épure, «Héritages critiques» n°11, 2020, p. 183-202)

Parution: La ‘Mythologie’ de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627)

La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627), dir. Céline Bohnert et Rachel Darmon, Reims, Epure, “Héritages Critiques” 11, 2020.

Ce livre est le fruit d’un long travail et d’échanges passionnants entre les contributeurs. Il cherche à déjouer les tricheries philologiques de Conti, démêler les fils d’une histoire éditoriale retorse, éclairer les enjeux du passage du latin au français, analyser les splendides gravurée bricolées pour cette édition et suivre dans le détail l’évolution du style et du goût à travers les différentes éditions françaises.

Quatrième de couverture

Somme mythographique exceptionnelle par son ampleur et sa postérité, la Mythologie de Natale Conti constitue une référence incontournable pour les lettrés, les penseurs, les éducateurs et les artistes européens des xvie et xviie siècles. On s’y reporte pour attester l’existence d’une version méconnue d’un mythe ou citer un fragment de texte antique, pour représenter une divinité avec des attributs rarement vus ou pour découvrir des interprétations aptes à stimuler la réflexion. Aujourd’hui comme autrefois, qui veut comprendre une expression peu usitée ou un aspect surprenant dans le traitement d’un sujet mythologique y trouve le plus souvent l’explication qu’il cherche. Le premier de ses dix livres, édité ici, introduit cette riche matière. Il définit l’utilité des fables et leur différence avec l’apologue, analyse leur lien avec le divin et décrit les rites et les sacrifices des anciens peuples. Magasin, manuel, anthologie poétique et haut lieu de savoir, la Mythologie connut de continuelles métamorphoses dues à son auteur, à ses éditeurs, correcteurs, commentateurs, traducteurs et illustrateurs. La présente édition s’attache à rendre compte de ces transformations, tout en éclairant leur contexte et leurs significations. Elle donne pour cela le dernier état français du texte, paru en 1627 à l’initiative de Jean Baudoin. Traducteur, commentateur et éditeur, Jean Baudoin, qui fut l’un des premiers membres de l’Académie française, sut, selon ses propres termes, embellir l’ouvrage et lui donner sa forme achevée. Il participa ainsi au rayonnement remarquable de cette œuvre essentielle à la culture européenne de la première modernité.

Sommaire

CONTEXTES par R. Darmon
Note sur la présente édition
TEXTE – La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin, Livre I (1627)
POSTFACE par C. Bohnert
ÉTUDES CRITIQUES
Victor Gysembergh, “La réputation sulfureuse de Natale Conti, helléniste faussaire”
Rachel Darmon, “Du legs gréco-latin à la fable française : l’acclimatation vernaculaire de Conti par Montlyard et Baudoin”
Agnès Guiderdoni, “Les illustrations de la Mythologie de Natale Conti dans l’édition de 1627 : bricolage et montage d’images pour une mythologie en transition”
Takeshi Matsumura, “Remarques lexicographiques sur la Mythologie de Jean de Montlyard et de Jean Baudoin”
ANNEXES
Glossaire
Cahier iconographique
Relevé des erreurs typographiques de l’édition de 1627
Liste des éditions séparées des chapitres sur la fable
Bibliographie sélective
Index des auteurs et œuvres allégués par Conti
Index des lieux
Index des divinités
Index des animaux, monstres et forces naturelles
Présentation des auteurs

Acheter le livre

Télécharger le document de présentation

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support Livre relié
Nb de pages 352 p. Index . Bibliographie . Appendices . Notes .
ISBN-10 237496101X
ISBN-13 9782374961019

Natale Conti, "Mythologiae libri decem": un corpus mythographique de la Renaissance

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search