Le travail des stagiaires présenté à la communauté EMAN

Chaque mois, la plateforme EMAN publie une lettre d’information à destination des porteurs de projets et de leurs équipes. Cette communication permet aux différents acteurs de la plateforme d’être informés de la vie des projets et de l’agenda prévu pour les semaines à venir.

La lettre du mois de juin 2022, huitième épître publiée à ce jour sur le Carnet d’EMAN, a fourni l’occasion de présenter notre équipe de stagiaires, déjà investis dans le projet Mythologia depuis début mars 2022. Voici la lettre publiée par Peggy Cardon, responsable de la médiation scientifique et de la valorisation, et par Richard Walter qui a créé et assure la gestion de la plateforme EMAN :

[télécharger la lettre]

Afin de préparer son article, Peggy Cardon nous avait fait parvenir quelques questions auxquelles nous avons tenté de répondre avec précision et concision. Nous présentons ici les réponses que chacun d’entre nous a livrées :

  • Pourriez-vous nous présenter brièvement vos parcours respectifs ?

Marthe Vertongen

J’ai commencé par une prépa B/L SES à Nantes. J’ai ensuite décidé de faire une L3 Lettres Modernes Parcours Lettres-Mathématiques à Lille. Finalement, intéressée par l’édition et le numérique, j’ai poursuivi en double master sciences de l’information et des bibliothèques (SIB), et Humanités Numériques, et suis actuellement en M2 SIB Parcours Publication Numérique et Humanités Numériques à l’Enssib à Lyon.

Kenan Oudin :

Diplômé d’une licence d’histoire en 2018 à l’université de Tours, j’ai ensuite réalisé un master recherche au Centre d’Étude Supérieures de la Renaissance (CESR) à Tours. Le sujet de ma maîtrise portait sur Les âges de la vie de la femme, construction par le regard de la médecine moderne (XIVe – XVIIIe) sous la direction de Madame Concetta Pennuto. J’ai eu l’opportunité de poursuivre ce master en deuxième année à l’université Laval à Québec. À la suite de ce master, j’ai poursuivi mes études au CESR en master Humanités numériques avec comme parcours Médiation Numérique de la Culture et des Patrimoines (MNCP). L’objectif de cette filière est de comprendre et d’utiliser les outils numériques favorisant la valorisation patrimoniale. Actuellement en Master 2, je réalise un stage de fin d’études de 3 mois au sein du projet « Mythologia ».

Marianne de Prémont :

Après une licence de marché de l’art réalisée en alternance à l’IESA Paris et deux années à l’École du Louvre, j’ai travaillé à l’Institut de la Tour à Paris en tant que coordinatrice culturelle. Attirée par la révolution digitale et souhaitant élargir mes compétences numériques, j’ai intégré le master Médiation Numérique de la Culture et des Patrimoines au CESR de Tours en 2020. C’est par ce biais que je rejoins le projet Mythologia comme stage de fin d’étude et première expérience dans le monde de la recherche.

Marion Aspe :

Je suis actuellement en deuxième année du master Métiers de la Science des Patrimoines dispensé au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) à Tours. Je suis également titulaire d’une maîtrise de Lettres modernes obtenue à l’université de Tours il y a une dizaine d’années.
Après une décennie à travailler en tant que formatrice en français pour des classes préparatoires aux concours sociaux et paramédicaux, notamment celui d’orthophonie, j’ai repris mes études l’an dernier car j’aspire à travailler dans la valorisation du patrimoine culturel grâce aux outils du numérique et plus particulièrement dans l’édition numérique.

  • Comment s’organise votre travail de stage et quelles sont vos missions au sein du projet Mythologia ?

Marthe Vertongen :

Notre stage est en distanciel. Nous sommes quatre stagiaires et travaillons avec Céline Bohnert, la responsable scientifique du projet Mythologia. Notre organisation se fait autour de plusieurs outils de communication et de partage de fichiers pour rendre ce travail en distanciel efficace et organisé. Nous utilisons notamment quelques outils Huma-Num comme Mattermost pour communiquer entre nous. Nous avons un canal pour chaque mission, ce qui nous permet d’échanger autour d’un sujet de façon organisée. Nous utilisons également ShareDocs pour partager entre nous des fichiers et les archiver. Nous travaillons aussi beaucoup avec des Framapads, qui nous permettent la prise de note commune, ce qui est très utile lors des réunions. Nous avons généralement une réunion chaque semaine de 1h30 environ.
Mes missions sont :

  • La transcription du livre VIII et une petite partie du livre IV de l’édition de 1627 : relecture et premier balisage à partir de la sortie Transkribus. Transkribus fait un bon travail, mais il y a toujours des erreurs, une relecture est donc nécessaire. Le premier balisage consiste à encoder les notes marginales, les citations en vers, celles en prose, les coquilles qu’on peut relever…
  • Indexation : indexation des 11 métadonnées pour 2 chapitres. C’est-à-dire lecture des chapitres, repérage des données, remplissage d’un document texte avec toutes les données relevées, et vérification des données. On vérifie notamment la forme moderne des données, et pour les textes mentionnés, on vérifie si les références sont bonnes, s’il y a des ajouts, suppressions ou modifications par rapport aux versions antérieures.
  • Curation des métadonnées « Toponymes », « Figurations et attributs » et « Métamorphose » : relecture et reprise des chapitres déjà indexés (19 chapitres), en me concentrant sur ces métadonnées, pour vérifier que toutes ont été bien indexées, les
    harmoniser, stabiliser leur définition, ce qui rentre dedans et ce qui ne rentre pas dedans, et enquêter sur certaines données incertaines et leur forme moderne.
  • Glossaire : baliser les mots du glossaire dans les transcriptions en ligne, puis compléter les champs de leur définition.
  • Design et ergonomie du site web Mythologia : amélioration esthétique de plusieurs pages (présentation du projet, volet pédagogique…) pour les rendre plus visuelles, plus faciles à lire et dynamiques. Nous avons aussi tous ensemble mené une réflexion autour de l’arborescence du site et du contenu du menu et des sous-menus, pour rendre la navigation sur le site plus facile et logique.
  • Carnet Hypothèses : publication d’un billet sur notre travail de curation des métadonnées.

Kenan Oudin :

Pour la réalisation de stage d’une durée de 3 mois (dans mon cas), tous les stagiaires sont entièrement à distance. Les premières semaines ont fait l’objet de mise en place d’outils numériques pour organiser le travail, tous en utilisant le plus possible des logiciels open source. Les différentes missions s’articulent autour de grands axes : la transcription de nouveaux chapitres de l’édition de 1627 – l’indexation de métadonnées pour circuler dans le corpus – la réalisation d’un glossaire – la mise en place d’un schéma TEI. Les tâches se croisent pour diversifier les missions tout au long du stage en priorisant les missions en fonction des objectifs. Nous avons également réalisé plusieurs maquettages sur certaines pages du projet hébergées sur la plateforme EMAN. Après discussion, le menu a été refait, les pages ont été refaites pour obtenir une meilleure circulation entre les informations. La construction d’un schéma TEI ne sera surement pas fixe et définitif à la fin du stage, car nous souhaitons d’abord finaliser les autres tâches.

Marianne de Prémont :

Notre travail s’organise intégralement à distance, via des outils Huma-Num de gestion de projets comme Mattermost et Kanboard ou encore Sharedocs. Nous utilisons également des framapads pour échanger des informations et rédiger des notices de travail collaboratives. Notre travail est ponctué de réunions hebdomadaires qui nous permettent de poser nos questions, partager nos méthodes de travail et organiser les tâches.
Nos missions s’articulent autour du texte via la transcription, l’indexation de certains chapitres. Il se poursuit sur la plateforme EMAN où nous avons intégré glossaire de Takeshi Matsumura et retravaillé le design du site du projet. Et enfin nous avons participé à la médiation de ce projet en alimentant le carnet hypothèses Mythologia en rédigeant des articles autour des grandes thématiques de nos stages.

Marion Aspe :

Notre stage a la particularité de se dérouler dans sa quasi-totalité à distance, ce qui nécessite de trouver des outils pour communiquer efficacement entre nous et avec la cheffe de projet Céline Bohnert. Dès les premières semaines, nous avons choisi des outils de chats, de partage de fichiers – notamment parmi ceux proposés par Huma-Num – et un rythme hebdomadaire voire pluri-hebdomadaire de réunions, afin d’organiser notre travail à distance et de mener à bien nos missions.
Elles sont plurielles au sein du projet. La première d’entre elles a consisté à vérifier la transcription du texte produite par le module HTR Transkribus, cette tâche minutieuse est toujours en cours. Cela nous a permis de nous plonger dans le texte et sa langue particulière du début du XVIIe siècle.
Nous nous sommes aussi intéressés au site Internet du projet, à sa navigation comme à sa présentation. Chacun d’entre nous a proposé un nouveau maquettage de certaines pages du site à partir des possibilités permises sur EMAN. Après discussion commune, nous avons validé certains éléments et entrepris les modifications en HTML pour dynamiser le site du projet.
Nos missions portent également sur les métadonnées relevées dans le texte et déterminées pour le projet. Après nous être essayés à l’indexation sur une modeste portion de texte chacun, nous avons eu en charge de nettoyer les données déjà relevées dans les phases précédentes du projet afin de vérifier leur exhaustivité et leur exactitude, les critères de certaines ayant évolué au fil de l’avancée du travail. Nous sommes en outre en train d’indexer sur le site le glossaire établi par Takeshi Matsumura.
Pour compléter notre implication dans le projet, nous sommes invités à rédiger des billets pour présenter notre travail, destinés à être publiés sur le carnet Hypothèses de Mythologia.

  • Comment appréhendez-vous la plateforme EMAN ? Que vous apporte t-elle dans votre parcours d’étudiants ?

Marthe Vertongen :

La plateforme EMAN, que je connaissais juste de nom, a été une découverte pour moi. J’ai suivi deux formations au tout début pour découvrir la plateforme EMAN et un de ses modules, et donc la prise en main a été très facile, d’autant plus que tout est plutôt bien
expliqué et intuitif. Les plugins sur EMAN sont pratiques et intéressants, notamment parce qu’ils sont adaptés à des utilisateurs non experts, ce qui permet leur prise en main et utilisation sans difficultés.
La découverte et l’utilisation de la plateforme EMAN m’a permis de voir une réalisation concrète d’une plateforme d’édition numérique, au service d’édition ouverte et de projets de recherche. Elle m’a aussi permis de découvrir plusieurs projets de recherche très intéressants autour de l’édition numérique, et d’observer le développement de la
plateforme et ses évolutions (améliorations comme bugs techniques). J’ai acquis des compétences techniques grâce à la maîtrise des fonctionnalités d’Omeka et la découverte des plugins EMAN.

Kenan Oudin :

Lors de ma candidature en tant que stagiaire j’ai découvert la plateforme EMAN. Véritable lieu de rencontres et de travail sur une cinquantaine de projets de recherche, cela m’a permis de comprendre l’importance de la mise en relation entre les différents projets de chercheurs travaillant sur l’édition numérique. Les différents wiki et autres outils d’aide de prise en main aux outils développés sur OMEKA font de cette plateforme un outil qui se complexifie pour aider au mieux les projets à se diversifier. Pour mon parcours étudiant cela m’apporte de nouvelles compétences techniques mais également « sociales ». En effet, en étudiant les différents projets hébergés, nous pouvons, si nous le souhaitons discuter avec les chercheurs pour comprendre leurs travaux de recherches. Par ailleurs, j’ai pu appréhender en grande partie le CMS Omeka et les différents outils proposés par EMAN. Cela permet d’entrer rapidement dans le cercle vertueux de la recherche et des enjeux induits par les humanités numériques.

Marianne de Prémont :

La plateforme EMAN est une découverte significative pour moi. Elle m’a permis de mesurer l’ampleur et la multiplicité des travaux de recherches en cours dans le domaine de l’édition numérique. Je cherchais via ce stage à me rapprocher du monde de la recherche et j’en vois ici un excellent exemple. Cela me permet de terminer mon master 2 d’humanités numérique en ayant une application concrète de ce que nous y avons étudié.

Marion Aspe :

La plateforme EMAN est facile d’accès et m’a permis de découvrir un grand nombre de projets passionnants. Nous avons conscience qu’elle est en développement, nous avons pu constater de nombreuses évolutions en seulement deux mois et demi de stage à ce jour. Outre la découverte d’études variées, la plateforme permet de mieux comprendre comment s’organisent et se construisent des projets de recherche.
Le site Mythologia utilise Omeka, logiciel rapidement vu dans mon cursus universitaire. Notre stage nécessite que nous l’utilisions quotidiennement ce qui nous permet maintenant d’en maîtriser les fonctionnalités les plus usuelles et de découvrir des plug-ins spécialement développés par EMAN. Cela nous amène donc à perfectionner nos connaissances de ces outils ou à en acquérir de nouvelles.

  • Quels sont les prochaines étapes de votre travail de stage ?

Marthe Vertongen :

Les prochaines étapes de mon stage sont la réflexion et le travail autour de l’XML/TEI. Il faut réfléchir à ce qu’on souhaite baliser dans le texte et comment afin de réaliser un schéma XML-TEI.

Kenan Oudin :

À la fin de mon stage, l’objectif est d’avoir fini l’indexation de nos chapitres que nous nous sommes répartis entre les stagiaires. Ibid pour la réalisation du glossaire et pour le nettoyage des métadonnées présentes dans l’indexation. Ce nettoyage des différentes catégories est un travail dense est important pour harmoniser toutes les métadonnées présente dans le projet. La dernière étape de notre travail concerne la réalisation d’un schéma TEI logique et complexe étant en lien les différentes métadonnées que nous avons relevé dans le glossaire et dans l’indexation. Cette tâche sera abordée, mais non finalisée à la fin du stage.

Marianne de Prémont :

Nous amorçons actuellement la réflexion sur un schéma XML/TEI à mettre en place sur le texte de Conti. En parallèle nous terminons des tâches de fond comme la transcription du livre VI pour moi et l’import du glossaire sur le site internet.

Marion Aspe :

Les missions plurielles énoncées plus haut sont toutes encore en cours de réalisation, certaines atteignant toutefois leurs phases finales.
Une mission supplémentaire consistant à déterminer un schéma en XML-TEI pour baliser le texte devrait bientôt débuter et occuper les dernières semaines de notre stage.

 

 

Nous espérons que ces témoignages éclairent notre travail en tant que stagiaires au sein du projet Mythologia, et précisent les missions que nous avons à cœur de remplir.

 

Marion Aspe,
étudiante en master 2 Métiers de la Science des Patrimoines au CESR de Tours et
stagiaire au sein du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.