Curiosités et bizarreries typographiques

La vérification de la transcription du texte de l’édition de 1627 de la Mythologie de Conti, fournie par le logiciel HTR Transkribus, est l’occasion de croiser de petites bizarreries typographiques et autres coquilles singulières. Elles se révèlent de différentes natures et sont propices à piquer la curiosité des lecteurs que nous sommes. Elles nous renseignent au passage sur la fabrique du livre, témoignant des pratiques typographiques et éditoriales en cours au début du XVIIe siècle. Ce billet est destiné à présenter quelques-unes de ces rencontres impromptues.

Le travail de composition

Certaines erreurs, liées aux conditions de travail de l’époque dans les imprimeries, sont aussi sans doute dues à l’étourderie du typographe. Il s’agit par exemple des inexactitudes relativement fréquentes de numérotation. Ainsi se constatent des décalages de pagination, la page 718 est par exemple notée page 618, ou la page 558 suit la 757. Dans notre corpus, c’est particulièrement le cas pour l’édition de 1612, publiée en hâte par Paul Frellon pour pallier la concurrence des éditeurs-imprimeurs rouennais qui avaient proposé leur propre édition en 1611 : la pagination du volume est très défectueuse. Mais l’édition soignée et luxueuse dirigée par Jean Baudoin n’est pas exempte de ce défaut.

Passage de la page 618 à 719. La pagination de la page est erronée et devrait être numérotée 718.

Il en va de même dans la numérotation de certains chapitres. Au livre II, se trouvent deux chapitres IX !

Chapitre IX du livre II, page 156.

Chapitre X du livre II, noté par erreur IX, page 169.

L’orthographe malmenée

De nombreuses coquilles orthographiques se rencontrent également au fil du texte. C’est parfois sans doute en raison de la façon dont se composent les pages à l’époque des imprimés du début du XVIIe siècle, c’est-à-dire ligne à ligne et les caractères posés à l’envers, que s’expliquent de petites erreurs comme l’inversion du « n » et du « u », l’absence d’espace entre certains mots ou l’emploi d’un caractère d’une police en italique sans raison, comme en témoignent ces extraits :

À la première ligne de la page 797, « inclinatious » au lieu d’« inclination ».

Point d’interrogation étrangement penché page 755, certainement issu d’une police en italique.

Les coquilles ne sont parfois pas sans conséquences. Elles peuvent compliquer les recherches entreprises par ailleurs dans la vérification des métadonnées propres au projet comme l’identification des noms de peuples ou des toponymes.

Il peut néanmoins aussi s’agir d’erreurs orthographiques d’étourderie bien semblables à celles d’aujourd’hui !

Page 811, « Thesee qui paraiſſoit avoir concédé au Atheniens »

Précieux recours aux autres éditions

L’orthographe n’étant pas complètement fixée en 1627, il est parfois difficile de savoir s’il s’agit d’une erreur ou d’une graphie acceptée à l’époque. La consultation d’éditions antérieures permet de mener l’enquête. Si l’erreur est absente en 1612 par exemple, il peut en effet s’agir d’une méprise commise au cours de la composition de la page par le typographe.

La comparaison avec ces éditions antérieures explique aussi une autre sorte de coquille que l’on croise plus rarement et qui tient à la particularité de notre corpus qui a été réédité de nombreuses fois, chaque réédition entraînant des changements voulus par l’auteur, le traducteur ou les éditeurs. L’éditeur scientifique Jean Baudoin, explique notamment sa démarche dans la préface de l’édition de 1627 et les modifications qu’il apporte, notamment pour moderniser la langue.

Ainsi, un terme transformé dans la nouvelle édition entraîne naturellement la modification des accords dans la phrase mais il arrive que cela génère des coquilles.

Ici le déterminant a conservé le genre du terme employé dans la version précédente !

En 1612, le texte évoque « vne région »…

… mais en 1627, on lit « ne dure gueres en vne pays » !

Cependant il arrive que la comparaison seule ne suffise pas, il faut alors recourir à d’autres outils comme le Dictionnaire historique de l’orthographe française de Nina Catach ou la base Frantext, dont la consultation permet de déterminer si le terme existe bien dans la graphie rencontrée à l’époque de notre texte.

En témoigne cet exemple :

Page 799, au livre VII, chapitre 16 de l’édition de 1627, « honnorablement », dont le « n » est doublé.

Page 827, au livre VII, chapitre 16 de l’édition de 1612, « honorablement » ne comporte qu’un « n ».

Il semble ainsi légitime de songer au départ à une orthographe erronée du terme « honorablement ». Cependant l’emploi des consonnes géminées étant particulièrement fluctuant à l’époque, la prudence est de mise. En s’aidant des outils de vérification, il est possible de vérifier que les deux orthographes cohabitent en 1627 et qu’il n’y a donc pas lieu de considérer qu’il y a là une coquille.

La comparaison avec les éditions antérieures est donc particulièrement précieuse mais il est également intéressant de comparer notre texte avec d’autres exemplaires de notre édition.

Celui de 1627 de la Bibliothèque de Lyon, numérisé et disponible en ligne, permet de comparer deux exemplaires qu’on penserait identiques en tout point. Si la plupart des coquilles se retrouvent en effet d’un exemplaire à l’autre, de légères variations peuvent néanmoins se rencontrer. Cette collation est avant tout utile dans notre travail de vérification lorsque des termes sont peu lisibles, des caractères semblant manquants.

Édition de 1627, exemplaire de Lyon, on note la coquille sur le nom « Gece » pour « Grece ».

Édition de 1627, exemplaire de la BnF, on note la même coquille sur le nom « Gece».

Certaines  incertitudes sont en effet plus problématiques, par exemple les illisibilités entraînées par une tache ou un effacement, il est difficile de savoir à quel stade interviennent ces lacunes. Il peut s’agir de taches présentes sur l’édition papier ou engendrées par la numérisation dont la qualité peut varier. La comparaison avec d’autres exemplaires s’avère donc pertinente pour confirmer l’origine des marques qui apparaissent à nos yeux ou accéder au texte lacunaire.

Édition de 1627, exemplaire de la BnF.

Édition de 1627, exemplaire de Lyon.

Nous pouvons ainsi restaurer une lettre ou une ponctuation absentes ou peu lisibles ou confirmer qu’il s’agit d’un oubli, l’erreur ayant été répétée.

Les questions sont nombreuses au fil de la vérification du texte. Le professeur Takeshi Matsumura, qui participe au projet, notamment par l’établissement du glossaire des livres II et III, et à qui nous avons soumis nos questionnements, a contribué à résoudre les plus épineux d’entre eux et nous a permis de préciser notre méthodologie de recherche.

Fabrique éditoriale

Les différents exemplaires renseignent sur les transformations et les interventions des éditeurs à chaque nouvelle édition. Rappelons que notre corpus se compose de quatre éditions des Mythologiae libri, deux en latin en 1567 et 1581 et deux en français en 1612 et 1627, parmi les nombreuses éditions du texte qui eurent cours à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe, tant l’œuvre fait florès en France et en Europe.

Chaque réédition est donc l’occasion d’ajouts et de modifications de l’éditeur, pour améliorer, mettre au goût du jour ou moderniser le texte mais ce phénomène est aussi parfois source d’inexactitudes. Dans l’édition de notre corpus de 1627 par Jean Baudoin, les chapitres préliminaires sont numérotés pour la première fois. Le riche texte de Natale Conti, qui propose un grand nombre de renvois aux divers chapitres qui le composent, comporte ainsi un décalage d’un chapitre dans les notes marginales qui indiquent ces renvois, les notes n’ayant pas été actualisées par rapport à 1612.

La première note propose un renvoi au chapitre 16 mais c’est le chapitre 17 dans cette édition qui traite d’Ixion. La seconde renvoie au chapitre 2 du livre II, or c’est le troisième chapitre qui évoque Saturne.

En outre, ces notes quelquefois très précises, peuvent présenter une disposition originale sur plusieurs pages, procédé rare dans le volume.

Note marginale étendue sur deux pages.

Les recherches coordonnées par Céline Bohnert et Rachel Darmon – publiées en 2020 et présentées ici – ont entre autres permis de mettre en évidence le travail éditorial de Jean Baudoin. Il est apparu aux participants au volume que l’éditeur scientifique a travaillé d’après l’édition de 1612, notamment car des coquilles, absentes des éditions antérieures, étaient reprises telles quelles en 1627. Les erreurs rencontrées au fil du texte sont donc bien de nature à révéler le processus éditorial conduit. Ces enseignements nous poussent également à consulter plusieurs éditions, comme celle de 1600 ou de 1604, pour confirmer ou infirmer nos suppositions.

Ce court relevé de quelques bizarreries est loin de recouvrir toutes les curiosités dont ce foisonnant texte regorge. Il permet néanmoins d’appréhender succinctement la fabrique du livre et l’incessant travail éditorial sur notre corpus.
Bien que l’imprimé en pleine expansion en ce XVIIe siècle semble produire des exemplaires similaires pour chaque édition passant sous presse, le travail de correction constant des typographes continue de singulariser les exemplaires. La comparaison avec d’autres numérisations de notre édition permet de mesurer ces infimes variations, témoins des techniques du siècle.
Mais l’ensemble de ces petites curiosités croisées çà et là nous renseignent avant tout sur le travail typographique de composition et sur le cheminement éditorial, grâce aux transformations d’une édition à l’autre. Ces phénomènes sont aussi particulièrement riches d’enseignements sur l’évolution du français qui se modifie rapidement au cours de ces décennies.

Marion Aspe,
étudiante en master 2 Métiers de la Science des Patrimoines au CESR de Tours et
stagiaire au sein du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.