État des lieux : quelques enquêtes sur les toponymes

Le billet sur le travail de curation des données réalisé par les stagiaires a permis de montrer notre méthode de travail, nos recherches et nos questionnements. Un des exemples de recherche de toponyme dans le billet sur la curation était particulièrement intéressant et amenait à être détaillé, mais impossible en un billet de rentrer dans les détails de toutes les recherches réalisées et difficultés rencontrées pour chaque métadonnée. Voici donc un billet retraçant quelques recherches fructueuses, cas épineux et coquilles intéressantes en rapport avec la métadonnée « Toponymes ».

Des recherches nécessaires

Exemple avec « Saragoce », III, 12, p. 233, éd. 1627 :

Saragoce fait penser à Saragosse. Mais le problème est que l’extrait parle de l’Italie, or Saragosse est une ville espagnole. On va donc voir le texte latin pour voir ce qu’il propose.

Texte de 1567 – III, 12

Le texte latin indique Syracusis et une recherche dans le Gaffiot permet de nous rediriger vers Syracuse, ce qui fait plus de sens puisque la ville est en Italie. Conti parle bien de Syracuse et non de Saragosse.

Est-ce une erreur de traduction ? En tout cas, on ne trouve pas de Saragoce comme une forme ancienne de Syracuse. Il est donc probable que cela soit une erreur de traduction de Syracusis en Saragoce. Cet exemple montre combien il est important de faire attention au contexte autour du toponyme et toujours vérifier en cas de doute, même face à des toponymes qui sembleraient évidents.

Exemple avec « Caprifique », III, 17, p. 233, éd. 1627 :

On cherche une place nommée Caprifique ou figuier sauvage, située vers la rivière Céphise. Nos recherches sur les moteurs de recherche, comme Google Scholar ou Google Books, ou sur des sites de références, comme Wikipédia ou Pleiades ne donnent rien. On va donc voir le texte latin. En latin, on a Caprifico qui renvoie bien au figuier sauvage, mais que fait-on de Caprifique, quelle forme conserver ? On va donc voir Pausanias, cité par Conti :

Pausanias, Description de la Grèce, Attique, 38, 5, éd. Belles Lettres.

L’endroit s’appellerait donc Érinéos. Il correspond aux informations données par le texte, c’est-à-dire situé près du Céphise et là où Pluton serait descendu aux Enfers avec Proserpine. On voit bien que pour certains toponymes, la forme donnée dans le texte s’éloigne de la forme moderne qui peut ainsi s’avérer compliquée à trouver.

Il a finalement été décidé d’indiquer dans notre index : Érinéos (ravin/gouffre) : ou Caprifique, “figuier sauvage”.

Ce cas témoigne bien des difficultés posées par l’indexation de toponymes. D’un côté, nous avons fait le choix de conserver la forme moderne des toponymes, et de l’autre nous ne souhaitons pas perdre les formes choisies par le traducteur parce qu’elles sont des points d’appui pour naviguer dans le corpus et effectuer des recherches sur l’influence de la Mythologie. Dans ce cas-là, nous avons donc décidé de ne pas faire disparaître Caprifique et de l’intégrer dans notre relevé, après la forme moderne Érinéos.

Certains toponymes nécessitent donc des petites enquêtes pour pouvoir les identifier et recenser leur forme moderne, ce qui est le choix éditorial du projet. Heureusement, avec toutes les ressources à disposition (sites comme Pleiades, Wikipedia, Remacle…, bibliothèques), ces enquêtes sont pour la plupart fructueuses, bien qu’on tombe parfois sur quelques cas épineux…

Quelques cas épineux sans réponse

Il reste quelques cas épineux pour lesquels les enquêtes n’ont (pas encore) abouti. N’étant pas experts en toponymes de l’Antiquité et leurs formes du XVIe siècle, nous n’arrivons parfois pas à identifier certains toponymes. Ces cas sont donc relevés pour être envoyés et étudiés par des spécialistes qui vont essayer de les identifier.

Exemple avec « Aselenes », III, 18, p. 246, éd. 1627 :

On ne trouve rien en cherchant des montagnes nommées Aselenes. Dans les éditions latines, on a Aselenos, mais cela ne nous aide pas plus. On se tourne vers la référence de Conti à Nicandre de Colophon, qui serait cité dans les scholies à Apollonios de Rhodes au IV, v. 57. On va donc voir l’édition Belles Lettres, mais il n’y a rien à propos de montagnes Aselenes. L’extrait qui nous intéresserait de Nicandre se trouverait aussi dans le Die Fragmente der griechischen Historiker (« Fragments d’historiens grecs »), FGrHist, 271-272, fr. 6a :

Mais on n’a rien non plus au 6a. Cependant, au 6b, il y a un terme grec « Aσέληνα » intéressant qui semble correspondre à Aselenes. L’extrait serait en fait de Rhianos (Héracléade), d’ailleurs cité juste avant par Conti. Il est possible que Conti ait inversé les références entre Rihanos et Nicandre. Mais il ne reste plus grand chose de Rhianos à part des fragments. Il semble donc compliqué d’aller plus loin. Et n’ayant pas d’édition traduite du FGrHist sous la main, la forme moderne reste pour l’instant incertaine. Affaire à suivre…

Des erreurs qui ne facilitent pas les recherches…

Il arrive parfois que Conti commette des erreurs, notamment en associant un toponyme à un type de relief qui ne correspond pas. Cela ne facilite donc pas nos recherches, parfois mal orientées.

Exemple avec le « port de Chimer », III, 2, p. 180, éd. 1627 :

Une recherche telle qu’elle ne donne rien. Heureusement, Conti fait référence à Strabon. On va donc voir la Géographie de Strabon qui indique :

Strabon, Géographie, VII, 7, 5, p.140, éd. Belles Lettres.

Cas intéressant, Conti semble avoir confondu deux toponymes existants situés aux environs l’un de l’autre, le cap Chimérion et le port Doux. C’est pour cela que nos recherches dans les moteurs de recherches et bases de données n’ont rien donné.

On va donc relever la forme : Chimérion (port [en fait cap]), pour indiquer l’erreur de Conti.

Un autre exemple avec « Aconite », III, 2, p. 182, éd. 1627 :

On ne trouve rien en recherchant coteau ou colline Aconite via Google ou sur le site Pleiades. En allant voir la version latine, on a collis Aconitus. Une idée vient alors : aller voir l’étymologie de l’aconit. Sur Wikipédia, il est indiqué : « Théophraste dit au livre IX de son Histoire des plantes que l’aconit croît de la région des environs de Héraclée du Pont, et plus précisément d’une bourgade du nom d’Acones, d’où une étymologie populaire qui donne pour origine de la plante cette bourgade ».
On semble être sur une bonne piste ! D’autant plus qu’Acones serait située près d’Héraclée du Pont, ce qui est aussi indiqué dans notre texte. Une dernière vérification s’impose, vérifier la forme moderne d’Acones dans l’édition Belles Lettres de Théophraste.

Théophraste, Recherches sur les plantes, IX, 16, 4, p. 44, éd. Belles Lettres

 On a bien Acones. Il s’agit en fait d’une bourgade et non pas d’une colline. On relèvera donc : Acones (colline [en fait ville]), et Aconite, la forme du texte, va dans les formes équivalentes.

…Mais qui nous en apprennent beaucoup

Exemple avec « Amblace », III, 2, p. 181, éd. 1627 :

On ne trouve rien sur Google ou nos sites de références (Wikipédia, Pleiades) en cherchant détroit d’Amblace. Dans ces cas-là, les formes latines peuvent être utiles car plus proches de la forme moderne. Ici, on a sinu Ambracium et en cherchant dans un Gaffiot, on trouve la ville d’Ambracie, ce qui nous mène à trouver le golfe ambracique (par exemple sur Pleaides et Wikipedia).

On n’est donc assez loin du détroit d’Amblace et semble être face à une double coquille. Le mauvais type de relief (détroit pour golfe) provient sûrement d’une mauvaise traduction de sinu. Pour Amblace, en poussant l’enquête et allant voir les éditions françaises précédentes à 1627, on remarque que l’édition de 1600 a destroit d’Ambrace :

Mythologia, III, 2, éd. 1600.

Il s’agit donc en fait d’une coquille de composition où la lettre « r » a été par erreur remplacée par la lettre « l ».  Ce type de coquille n’était pas rare à l’époque, nous avons d’ailleurs fait un billet sur ces curiosités et bizarreries typographiques.

En remontant toutes les éditions, on apprend que la coquille a été introduite en 1604 :

Mythologia, III, 2, éd. 1604.

Elle a été ensuite reprise par les autres éditions. C’est donc comme cela, qu’on est passé de sinu Ambracium, c’est-à-dire golfe d’Ambracie, à détroit d’Amblace !

Exemple avec « Gortyne », II, 2, p. 77, éd. 1627 :

À première vue, on pense à la ville grecque Gortyne qui aujourd’hui est connue sous la même forme. Une rapide recherche sur Wikipédia semble confirmer cette idée. Mais plusieurs détails vont nous interroger. Tout d’abord, le texte indique qu’on se situe en Arcadie, or selon Wikipédia, Gortyne est une ville de Crète. Ensuite, sur la page Wikipédia de Gortyne, il est précisé qu’elle ne doit pas être confondue avec Gortys. On va donc voir la page de Gortys :  qui est bien située en Arcadie. Information qui nous conforte dans notre lancée, il est indiqué que Gortys est près du Lousios, qui semble donc correspondre à la rivière nommée « Lusie » dans le texte. Une dernière vérification sur le site de Pleiades pour vérifier que Gortys  et Lousios se situent bien à côté l’un de l’autre le confirme. La ville du texte Gortyne renvoie donc bien à Gortys.

Ce cas interroge, s’agit-il d’une erreur de Conti qui a confondu Gortys et Gortyne ? Ou d’une erreur du traducteur qui a traduit Gortys par Gortyne ? Essayons d’en savoir plus.

Dans le texte latin de 1567, on a : Gortyna. Dans celui de 1581, on trouve : Gortynam. Ces deux formes semblent donc renvoyer à Gortyne d’après le Gaffiot. Mais Gortys est aussi appelée Gortyna, la distinction n’est donc pas évidente.

Pour creuser un peu plus la question, on peut aller voir le texte de Pausanias, puisque Conti s’y réfère directement.

Pausanias, Description de la Grèce, Arcadie, 28, 1, éd. Belles Lettres.

Pausanias parle bien de Gortys. En grec, Gortys est « Γόρτυνα ». Mais cela ne nous aide pas vraiment plus car sur les pages Wikipédia de Gortys et Gortyne, il est indiqué pour les deux « Γόρτυνα » comme forme grecque possible.

Dernière piste, aller voir une traduction de Pausanias de l’époque (de Romolo Amaseo), que Conti a utilisée pour travailler :

On trouve chez Pausanias traduit le mot Gortys, qui autorisait l’adjectif « Gortynam » de la paraphrase de Conti (1581). La confusion vient donc du traducteur Jean de Montlyard qui a francisé Gortys en Gortyne, comme il le fait d’habitude, ignorant probablement que l’adjectif pouvait se rapporter à deux villes différentes. D’autant plus qu’à l’époque, il n’existe pas de traduction française de Pausanias (la première présente dans le fond de la BnF date de 1731). Montlyard ne peut donc pas s’appuyer sur une traduction française. Cet exemple montre aussi que Montlyard n’avait pas pour habitude de vérifier les extraits d’auteurs cités ou paraphrasés par Conti, et nous en apprend donc sur sa méthode de travail.

Exemple avec « le lac d’Ortyge », III, 19, p. 249, éd. 1627 :

La forme moderne d’Ortyge est Ortygie. On trouve sur Wikipédia deux îles de ce nom : l’île d’Ortygie en Italie, et l’île d’Ortygie en Grèce, qui serait le premier nom de l’île Délos, à laquelle le texte semble faire référence. Mais il ne semble pas y avoir de lac d’Ortygie. On poursuit donc l’enquête, pour être sûr, en allant voir le texte latin, qui donne deux informations différentes : l’édition latine de 1567 donne : locum Ortygiam (locus, i, m : lieu) et celle de 1581 donne : lacum Ortygiam (lacus, us, m : réservoir, bassin, lac…).

On a donc deux types de toponymes différents, ce qui ne nous aide pas beaucoup. On va donc voir le texte de Tacite, puisqu’il s’agit d’une citation. Dans les Annales, III, 61, on a lucum Ortygium (lucus, i, m : bois sacré, bois), traduit par bois d’Ortygie (édition Belles Lettres).

Ces différences entre les éditions ne nous aident certes pas vraiment à identifier le toponyme que l’on cherche, mais elles peuvent se révéler très utiles pour le travail d’identification et reconstitution de la bibliothèque de Conti (avec quelles éditions et traductions a-t-il travaillé ?).

Dans cet exemple, une première coquille a été introduite en 1567, puis une seconde coquille en 1581, faisant du toponyme un lac, ce qui a été repris par les traductions françaises qui ont traduit lacum par lac. Cela signifie aussi que Montlyard n’a probablement pas eu recours à une traduction existante. Cette erreur pourrait également nous permettre d’identifier l’édition à partir de laquelle Conti a travaillé, si nous parvenons à trouver une édition renaissante de Tacite qui porte la leçon locum.

Ce type de coquille est donc particulièrement intéressant pour nous à creuser car nous pouvons en tirer des informations sur les origines des transformations du texte et potentiellement identifier quelle édition ou quelle traduction l’auteur ou le traducteur ont utilisées et retracer leur méthode de travail. Ces coquilles nous amènent donc à tirer des fils qui nous éclairent peu à peu sur la manière de travailler de Conti et de son traducteur.

 

Marthe Vertongen,
stagiaire au sein du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.