Retour des étudiants du Master L&H sur leur participation au projet

Un « échantillon » assez complet

Au cours de l’année universitaire 2021-2022, les étudiants du Master 1 Lettres et Humanités, dont je fais partie, ont pu découvrir le projet Mythologia grâce à leur cours de « Philologie Numérique ». Avec cet intitulé plutôt obscur, nous ne savions pas exactement quel serait le contenu du cours… et nous ne l’avons pas su avant la deuxième séance. Avant de nous présenter le projet, Céline Bohnert tenait à nous faire réfléchir sur l’articulation des termes de l’intitulé puis à nous présenter le rôle de l’éditeur et les choix subjectifs qu’il doit opérer. Elle nous a ensuite présenté Mythologia.

Durant les trente heures qu’a duré ce cours, nous avons expérimenté les étapes majeures du processus d’édition de l’œuvre de Conti (la transcription, l’indexation ainsi que, au choix, la recherche de termes du glossaire et leur balisage ou l’indexation des sources implicites et explicites) sur une portion de texte de quelques pages. Chaque étape était en amont bien expliquée par Céline Bohnert. Cela n’a bien sûr pas empêché une multitude de questions par la suite, en raison du très grand nombre de normes, mises en place depuis que le projet existe, auxquelles il fallait se conformer. Même si le nombre d’interrogations avait grandement diminué après que nous ayons déjà effectué 5h de transcription, de nombreux cas spéciaux, voire inédits, nécessitaient l’appui de Mme Bohnert.

Le Master Lettres et Humanités face à l’édition numérique

Le Master Lettres et Humanités, de même que la licence de Lettres Modernes dont il est le prolongement, est moins axés sur l’édition que sur les autres étapes de la création (le processus créatif et la réception) et bien sûr sur le contenu du texte. Toutefois, nous avons déjà eu l’occasion d’étudier des phénomènes propres à l’édition du livre et ce cours a pu les concrétiser. Quoi de mieux qu’une édition numérique regroupant quatre éditions du même texte pour parler de mouvance du texte ou réfléchir à la notion de « variante » ? Le projet questionne l’édition de textes anciens mais pose aussi des problématiques plus générales sur les avantages et inconvénients de l’édition numérique.

Au premier abord, le cours de Philologie Numérique paraît plus adapté à des étudiants en Master d’édition qu’aux étudiants d’un Master centré sur la recherche. Toutefois, la recherche se fraye un chemin dans presque toutes les étapes de l’édition que nous avons expérimentés. Elle est l’élément clé de l’identification des sources mais est aussi indispensable dans l’indexation lorsque nous devons retrouver quelle est la divinité, la ville ou la plante, par exemple, dont il est question dans le texte de Conti. La recherche peut s’avérer plutôt compliquée lorsque, d’une part, Conti ou un de ses traducteurs utilise une graphie différente de celle attestée et que, d’autre part la divinité n’est plus connue de nos jours ou que la ville n’existe plus.

L’avis des étudiants sur « Mythologia »

Nous avons apprécié la richesse de la plateforme qui rend accessible à différents domaines des sciences humaines et sociales les informations contenues dans la mythographie de Natale Conti.

De plus, nous avons trouvé louable que la trace de notre travail, ainsi que celle des autres membres temporaires du projet, soit mis en avant sur le site.

Billet rédigé par Steevy ROCHE (Master Lettres & Humanités, URCA), grâce aux avis de Chloé FLAMAND et Marie GENDRE

Les missions réalisées par les étudiants sont présentées sur le site Mythologia : voir le volet pédagogique du projet.

Accès direct à leur travail:

Chapitres transcrits, balisés et indexés
Quentin Corroy Mythologie, Paris, 1627 – IV, 12 : D’Esculape
Anaïs Feutry Mythologie, Paris, 1627 – IV, 06 : De Pallas
p. 290-296
Chloé Flamand Mythologie, Paris, 1627 – IV, 07 : De Promethée
Marie Gendre Mythologie, Paris, 1627 – IV, 08 : D’Atlas
Steevy Roche Mythologie, Paris, 1627 – IV, 02 : De Lucine
Mythologie, Paris, 1627 – IV, 03 : Des Penates
Mythologie, Paris, 1627 – IV, 04 : Du Genie
Assiatou Tounkara Mythologie, Paris, 1627 – IV, 06 : De Pallas
p. 283-290

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.