“S” long et “S” rond (1627)

L’un des objectifs du projet Mythologia est d’étudier la fabrique du savoir mythographique dans les Mythologiae libri decem et leurs traductions françaises, y compris les conditions matérielles de cette production. C’est pourquoi nous avons choisi d’éditer une transcription semi-diplomatique, au plus proche de la réalité typographique de nos éditions, sans pour autant nous astreindre à reproduire les pages elles-mêmes : c’est le système graphique qui nous intéresse ici, et tout ce qu’il peut nous révéler sur les éditeurs-imprimeurs parisiens, sur le travail de Jean Baudoin, sur l’histoire du livre et les usages alors en cours, sur les attentes ou la formation des lecteurs.

Au terme de plusieurs mois de travail, l’équipe a transcrit les Livres II à IX. Cette immersion typographique nous a permis plusieurs observations inédites : ainsi de l’usage des S longs et des S ronds, bien moins capricieux qu’une première appréhension du texte nous l’avait laissé croire.

La répartition des deux signes graphiques, le S long (ſ) et le S rond (s), obéit à des règles d’usage simples. Le S long s’emploie en début et en milieu de mot, le S rond en fin de mot. La distribution semble ainsi calquée sur l’usage de la lettre grecque sigma. En début et milieu de mot, le sigma prend la forme σ ; en fin de mot, ς.

Mythologie, Paris, 1627, dédicace – répartition s / ſ
Exceptions
Mythologie, Paris, 1627, p. 74

Nous observons cependant quelques exceptions. Devant un F, c’est toujours le S rond qui est employé, sans doute pour des raisons de lisibilité : le s long et le f sont très proches visuellement.

Devant ou derrière quelques autres lettres (h, b, s), les compositeurs utilisent l’une ou l’autre des deux formes du S. On trouve majoritairement le S rond à l’intérieur des mots devant un B.  Il arrive de trouver le S rond devant un h et devant ou derrière un s long. Voici un relevé chiffré des occurrences :

ſb sb ſh sh ſſ ſs sſ
Livre II 12 10 03 X 896 04 X
Livre III 01 07 01 X 866 01 X
Livre IV 15 15 05 04 1088 04 X
*Livre V 03 20 X X 473 X 01
*Livre VI X 15 X 05 989 X 01
Livre VII 01 17 X 03 1524 X X
Livre VIII X 20 05 X 945 01 X
*Livre IX 03 02 X X 391 X X

*L’astérisque signale que nous n’avons travaillé pour l’instant que sur une portion du livre. Les chiffres seront complétés ultérieurement.

On le voit, l’association des graphèmes sb l’emporte largement sur ſb dans les livres III, V, VI, VII, VIII. L’association sh / ſh, relativement rare, est équilibrée. Quant à l’apparition du S rond devant ou derrière le S long, elle est extrêmement minoritaire.

Mythologie, Paris, 1627, p. 333.

Nous considérions au départ l’usage du S rond dans les mots comme des erreurs. Mais la place de ces S ronds devant un nombre très restreint de lettres amène à voir les choses sous un autre angle et à évoquer une tolérance.

A ce stade, nous ne savons pas expliquer ces exceptions. Une approche quantitative ne suffit pas. Il nous faudra aussi étudier la place relative de ces occurrences : sont-elles concentrées sur certaines pages ou se répartissent-elles d’une manière plus ou moins homogène ? La question sous-jacente, ici, est celle de la main du compositeur. On sait en effet qu’un livre aussi massif que la Mythologie de 1627 supposait l’intervention d’une équipe de compositeurs. Et il se peut que l’ouvrage porte la marque discrète d’usages propres à certains d’entre eux. C’est du moins ce que les coquilles laissent penser, comme nous le montrerons dans un prochain billet. Le choix du S long ou du S rond est-il aussi une affaire de personnalité typographique ? Ou est-il lié à d’autres facteurs ?

Mot composé ou mot coupé ?
ibid., p. 676

Cette règle s’accompagne de corollaires. Devant l’apostrophe, c’est le S rond qui est employé, de même que, généralement, devant le tiret.

ibid., p. 247

Dans le premier cas, le graphème employé seul est traité comme la dernière lettre du mot élidé.

ibid., p. 677

Dans le second, qui concerne les mots composés, le compositeur considère que le S termine la première partie du mot.

ibid., p. 277.

On trouve pourtant des occurrences de S long devant le tiret en fin de ligne, en concurrence avec la chaîne « s- ». Les compositeurs font-ils une différence entre les mots composés et les mots coupés en fin de ligne ? On pourrait le penser, ou du moins indiquer cet usage comme une tendance, car l’écriture des termes composés est variable.

Ainsi les adjectifs formés de très+adj et les mots composés s’écrivent-ils généralement avec un tiret… mais pas toujours : des occurrences comme
« Auantlunaires » (p. 240) et « treſviſte » (p. 246) ne sont pas rares. Et le s long est parfois employé devant le tiret des mots composés,
comme le montre le tableau ci-contre. Difficile ici de dégager une constante…

Pour les mots coupés, cette observations nous conforte dans le choix que nous avons fait : nous reconstituons les mots coupés silencieusement dans la transcription. Pour les mots composés, nous respectons la graphie initiale : le lecteur trouvera dans la transcription l’alternance du texte original.

Curiosité :
Avez-vous remarqué dans les exemples ci-dessus l’usage  des lettres U et V? Elles sont employées dans des contextes précis.
Voir billet intitulé “L’usage des lettres “U” et” V”” sur ce carnet.

*

Pour aller plus loin :
Nos principes de transcription (sur le site Mythologia)
Accéder aux transcriptions (sur le site Mythologia)

Pour citer ce billet : Céline Bohnert, “”S” long et “S” rond (1627)”, https://mythologia.hypotheses.org/1849, mis en ligne le 25/10/2022.

*

Céline Bohnert
(CRIMEL, URCA / IUF)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.