Enquêter sur les sources des Mythologiae libri decem: esquisse d’une méthodologie

En 2021, le projet entrera dans une nouvelle phase. L’objectif sera de dresser un panorama représentatif (mais non exhaustif!) des sources des Mythologiae libri decem.

La notion de source appliquée à notre corpus demande de distinguer:
– les références explicites nous donnent accès à l’Antiquité exhibée par Conti
– les sources implicites, pour beaucoup sans doute des outils de travail: elles constituent des « figures sous le tapis » qui nous renseignent sur la méthode de travail et sur la culture du mythographe.

Les écarts des unes aux autres serviront de base à une étude des processus de   légitimation savante en permettant de mieux cerner l’ethos du mythographe. La question sous-jacente est la suivante: qu’est-ce qu’un discours (de) savant?

*

Les références explicites: il s’agit des citations, mentions d’auteurs et/ou de titres. Les Mythologiae libri decem en comptent plusieurs milliers.

niveau 1: repérage de la source antique = identification de la source  et repérage du passage précis, que Conti ne mentionne pas. Il s’agit de compléter la référence indiquée par Conti.

Ce travail est en cours pour les livres II et III. Il est réalisé à partir de la traduction espagnole (Rosa M.a Iglesias Montiel et M.a Consuelo Álvarez Morán (éd. et trad.), Natale Conti, Mitología, Murcia, Universidad de Murcia, (1988) 2004),  systématiquement vérifiée et, le cas échéant, amendée ou complétée.

Cela nous permet de repérer

  • les références erronées dans les quatre éditions retenues des Mythologiae libri
  • les références problématiques, possiblement fallacieuses
  • les manipulations opérées entre 1581 et 1627:
    ajout d’une référence seule
    ajout d’une référence + citation
    suppression d’une citation en conservant la référence
    suppression d’une référence et de sa citation.

Nous aurons à préciser la date à laquelle chaque modification est introduite dans le corpus.

niveau 2: repérage des états édités des sources = mise en situation des références dans la culture humaniste.

« Mise en situation des références dans la culture humaniste »… c’est-à-dire ?

Il faudra enquêter parmi:
Les éditions des oeuvres mentionnées. On laissera de côté la tradition manuscrite des textes.
Mettre l’accent sur la tradition éditoriale des oeuvres antiques permettrait
1. de dresser un catalogue des éditions d’oeuvres avant 1581 (et des traductions françaises d’auteurs antiques avant 1600)
2. dans la mesure du possible, de distinguer les éditions utilisées par Conti, afin d’établir  la bibliothèque du mythographe.

Les ouvrages de seconde main. Conti travaillait très probablement (sans doute majoritairement) à partir d’ouvrages de seconde main.  Un tour d’horizon de ces productions comprendrait:

  • les mythographies antérieures:  en particulier celles de Giraldi, Pictorius, Boccace
  • les mythographies antiques et médiévales, que l’on trouve éditées en anthologies ou séparément à la Renaissance
  • les ouvrages grecs traduits en latin par Conti: Aphthonios, Athénée, pseudo-Plutarque
  • les dictionnaires
  • les épithétaires
  • les recueils de lieux communs
  • les cours sur les oeuvres antiques: Melanchthon, Sabinus…
  • les commentaires marginaux des auteurs anciens, en considérant les marges comme un lieu dynamique d’accrétion et de production du savoir.

Là aussi, l’enquête présenterait deux aspects :
1. un travail génétique sur les Mythologiae libri decem serait serré autour du texte et des corpus secondaires dans lesquels Conti a le plus vraisemblablement puisé
2. une étude plus large sur la circulation au XVIe siècle des textes (ou plutôt, d’un corpus restreint de citations) mentionné(e)s par Conti: les Mythologiae libri decem servant alors de support voire de prétexte à une enquête plus vaste.

*

Mais Conti ne cite pas toutes ses sources. L’enquête devra tenir compte des sources implicites:
1. les sources antiques reprises telles quelles mais non mentionnées. C’est certainement le cas le plus rare: il faudra vérifier s’il existe.
2. les auteurs fragmentaires grecs sont puisés dans des ouvrages intermédiaires, comme la Périégèse de Pausanias notamment, dans laquelle Conti puise à pleines mains. Il renvoie aux auteurs qui ne sont connus que par ces intermédiaires sans mentionner ces derniers.
3. les ouvrages de seconde main: Athénée, Giraldi, Boccace…

*

Concernant la traduction française, il faudra établir si Montlyard traduit lui-même les citations d’auteurs antiques ou s’il utilise des traductions existantes, en particulier pour les textes poétiques.

*

Enfin l’enquête aura à prolonger le travail réalisé par Victor Gysembergh autour des références fallacieuses : V. Gysembergh a établi que Conti falsifie un certain nombre de citations des auteurs fragmentaires grecs. Il faudra mener une enquête spécifique autour de ces citations fausses, pour voir si Conti en est toujours l’auteur ou s’il est tributaire d’erreurs et falsifications antérieures.

(Voir Victor Gysembergh, « La réputation sulfureuse de Natale Conti, helléniste faussaire », dans La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin, Livre I (1627), Céline Bohnert & Rachel Darmon (éd.), Reims, Épure, «Héritages critiques» n°11, 2020, p. 183-202)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.