l’usage des lettres “u” et “v” (1627)

Les lettres U et V correspondent aujourd’hui à des sons différents, respectivement /v/ (“vous”) et  /y/ (“tu, sûr”). Le U peut aussi se combiner à d’autres lettres pour former des graphèmes complexes: l’association “ou” note le son /u/ (“coup”). La logique est ainsi une logique phonique.

Dans l’édition de la Mythologie de 1627, suivant un usage très largement répandu jusqu’au XVIIIe siècle, l’utilisation de ces deux lettres suit une logique différente : leur utilisation est distributionnelle. En majuscule, les sons /v/ et  /y/ sont toujours rendus par la lettre V.  En minuscule, le V s’utilise en début de mot, le U en milieu et fin de mot.

La Mythologie, Paris, 1627, p. 453.

La transcription des livres II à IX, en cours de publication, nous a permis de repérer quelques rares exceptions dont voici la liste.

p. 446-36  : tenves – la leçon est la même dans les éditions précédentes (1600, 1604, 1607, 1611, 1612).
p. 447-8 : tenve
p. 474-9 : invtils
p. 548-34: tenve
p. 855-9 : havres 
p. 878-28 : tenves
p. 954-11: in-/vtiles. 
*

Pour citer ce billet : Céline Bohnert, “L’usage des lettres u et v (1627)”, https://mythologia.hypotheses.org/2040, mis en ligne le 25/10/2022.

*

Céline Bohnert
(CRIMEL, URCA / IUF)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.