Choisir une graphie de référence

            Pour harmoniser et classer les métadonnées, il est important de choisir une graphie canonique pour chaque nom de personnage, toponyme, nom de peuple, d’auteur et d’œuvre. En effet, le texte présente certains noms avec une graphie qui n’est plus utilisée de nos jours, par exemple « Iupin » pour « Jupiter ». Il faut donc regrouper toutes les graphies d’un nom sous une graphie de référence. Concernant les noms de Dieux, que l’on connaît bien et qui sont souvent utilisés, la graphie canonique actuelle sera la norme. Toutefois, on peut se heurter à des difficultés lorsqu’on a affaire à des noms de peuples ou des toponymes, notamment lorsque lesdites villes ont disparu et/ou qu’il n’y a pas de forme canonique.

            A la page 349 de l’édition de 1627 (IV, ch. 12), il est mentionné qu’Esculape serait né, selon Apollonios, « à Laceree sur le rivage du fleuve d’Amyn ». Une simple recherche sur un moteur de recherche généraliste ne permet pas de trouver de résultats, ce qui implique que les toponymes en question n’ont plus la même graphie aujourd’hui. Il peut donc être intéressant de vérifier la graphie des deux toponymes dans l’édition de 1567. La ville est nommée Laceream (de Lacerea) et le fleuve Amyni (Amynus). Toutefois, une nouvelle recherche sur un moteur de recherche ne donne toujours pas de résultat avec ces formes. Avant de passer aux étapes ultérieures, je vérifie la graphie dans les deux autres éditions présentes sur Mythologia (1581 et 1612), mais chacune suit la graphie de l’autre édition de même langue.

            Une fois ces étapes mises de côté, je décide de me tourner vers deux références qui, généralement, suffisent à trouver les toponymes un peu récalcitrants. D’abord, je vérifie sur le Gaffiot, puis sur le site Pleiades.stoa.org, qui répertorie les toponymes antiques, chaque fois en élargissant ma recherche en supprimant les lettres finales. Mais encore une fois : aucun résultat.

            Il est donc temps de se tourner vers la source antique : le quatrième livre des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes. Dans la traduction de J.J.A. Caussin (1796-1797), on trouve les graphies « Lacérie » et « Amyrus ». Pour « Lacérie », il y a même une note de bas de page notifiant qu’elle se trouve en Thessalie dans la Magnésie et il y a mention de la référence : « Steph. de urb. » (La présence d’une note ainsi que son contenu sous-entendent que la ville n’existe plus au moment où traduit Caussin). Une nouvelle recherche permet de trouver l’article Wikipedia anglais « Amyrus », qui me donne plusieurs informations. D’abord, même si l’article porte le nom « Amyrus », l’article débute par « Amyrus or Amyros » et me donne une autre graphie possible. Ensuite, en bas de page, il y a une référence qui attire mon attention : « Stéphanus of Byzantium. Ethnica. Vol. s.v. ». Après quelques clics, l’information est validée : Steph. de urb. est bien la même référence. En effet, en latin, les Ethnica s’intitulaient De urbibus. Enfin, l’article intègre une carte de la Thessalie, emprunté au site « The University of Texas at Austin » et la carte provient de l’ « Historical Atlas » de W. Sheperd (1926). Sur cette carte, il y a le fleuve « Amyrus », et la ville de « Laceria ». On connait donc l’emplacement des toponymes ainsi qu’une nouvelle graphie.

            Jusque-là, je n’ai pas trouvé deux fois la même graphie pour le nom de la ville. Je décide donc de continuer les recherches. J’ai deux solutions : consulter le texte d’Etienne de Byzance ou regarder dans une traduction plus récente des Argonautiques. Ne pouvant trouver d’édition traduite en français du texte d’Etienne de Byzance, je me tourne vers une autre traduction des Argonautiques, celle de 1892 réalisée par H. de La Ville de Mirmont. Dans celle-ci, je trouve les graphies « Lacéréia » et « Amyros ». Je profite d’avoir trouvé toutes ces graphies pour tenter de retrouver les toponymes sur le Gaffiot et sur Pleiades.stoa. Je ne trouve pas la ville mais le fleuve, nommé Amyrus sur le Gaffiot et Amyros sur Pleiades.stoa (ici, c’est plutôt la ville au bord du fleuve qui est répertoriée, mais elle porte le même nom). Et enfin je vérifie dans l’édition des Argonautiques aux Belles Lettres de 2011. L’édition la plus récente sert en général à trouver la graphie canonique. Les graphies utilisées sont « Lakéreia » et « Amyros » (la volonté de l’édition étant de se rapprocher au mieux du texte grec). Cependant, ces graphies ne coïncident pas avec la norme du projet qui est de respecter le travail de Conti en favorisant les graphies d’origine latine à celles d’origine grecque.

            Me voici avec presque autant de graphies que de sources différentes et un choix que je dois opérer : laquelle choisir pour chacun des deux toponymes ?

            D’abord, seules les graphies françaises peuvent être conservées. Ensuite, il faut privilégier les graphies plus proches de la graphie latine, par convention. Les graphies retenues sont donc celles de l’édition de 1797 : « Lacérie » et « Amyrus ».

Steevy ROCHE
Master 2 Lettres et Humanités
Université de Reims Champagne-Ardennes (CRIMEL)

Pour citer ce billet : Steevy Roche, “Choisir une graphie de référence”, Mythologia (carnet de recherche du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627), https://mythologia.hypotheses.org/2200 mis en ligne le 30/03/2023.



Citer ce billet
Équipe Mythologia (2023, 30 mars). Choisir une graphie de référence. Mythologia. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpzr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.