Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti

Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti.
Regard sur les index du De Deis Gentium Varia et Multiplex Historia et des Mythologiae libri decem

Gautier Amiel
(Sorbonne Université – CELLF)

Résumé : Ce billet est tiré d’une intervention présentée le 12 novembre 2021 dans le cadre du séminaire de Virginie Leroux (EPHE) de langue et littératures néo-latines, « Lilio Gregorio Giraldi : les dieux des philosophes antiques ». Il s’attache à rendre compte du « discours » des index des œuvres de Conti et Giraldi et du rôle qu’ils peuvent jouer dans la compréhension et la réception des deux sommes mythographiques que sont le De Deis gentium Historia et les Mythologiae libri.


Giraldi, ‘De Deis gentium Historia’ (1548)

Aborder le corpus mythographique renaissant dans une perspective comparative permet de mettre en lumière la singularité de ces productions[1]. Cette approche nous paraît particulièrement pertinente pour l’œuvre de Natale Conti lorsqu’il s’agit d’étudier les sources du mythographe. À ce titre, l’ouvrage de Giraldi, De Deis Gentium Varia et Multiplex Historia[2], apparaît comme un bon point de comparaison qui nous permet d’être sensible au(x) projet(s) comme au(x) discours de ces œuvres encyclopédiques que sont les mythographies renaissantes. Fruits d’un travail collectif[3], surtout dans le processus de transformation du texte en objet éditorial, ces ouvrages proposent un rapport singulier aux savoirs qu’ils compilent et aux sources qu’ils utilisent. En un sens, les index sont un témoin de ce rapport particulier, mais un témoin biaisé. En effet, parce qu’ils sont réalisés par des tiers et non par Conti et Giraldi eux-mêmes, les index sont des documents dont la valeur génétique reste suspecte – il n’en reste pas moins qu’ils sont le révélateur d’un éthos savant, d’une image d’érudition que l’on prêtera aux mythographes, ou à défaut, à leur œuvre.

Natale Conti, ‘Mythologiae libri’, Venise, 1567 (MDZ)

Rappelons d’abord que vingt ans s’écoulent entre la publication du De Deis de Giraldi et la publication des Mythologiae libri decem[4] de Conti. Une distance évidente existe entre les deux ouvrages qui partagent pourtant un esprit commun. Les deux mythographes sont de fervents humanistes (leurs œuvres en sont un brillant témoignage) qui partagent un goût certain pour le savoir, ou plus précisément pour la recherche de ce dernier dans les mythes anciens. Semblables et essentiellement différents, distants et pourtant proches, les textes de Conti et Giraldi pris ensemble, parce qu’ils incarnent une sorte de variation sur une démarche commune, nous permettent de nous plonger au cœur de la fabrique du texte mythographique renaissant et de l’image qu’elle souhaite renvoyer de leurs auteurs comme de l’entreprise qu’ils livrent aux lecteurs.

Natale Conti, ‘Mythologiae libri’, Francort, 1581 (MDZ)

Par ailleurs, par les places que Conti et Giraldi occupent dans la tradition mythographique moderne, leur mise en relation permet aussi de rendre sensible une certaine évolution du genre au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle. Giraldi constitue une des premières grandes sommes mythographiques de l’époque qui s’érige, comme le fera Conti, contre l’organisation généalogique du modèle boccacien. Les Mythologiae de Conti se présentent quant à elles comme une « [s]omme mythographique exceptionnelle par son ampleur et sa postérité […] » et est « la dernière, chronologiquement, des grandes sommes mythographiques de la Renaissance, après celles de Giraldi (1548) et de Cartari (1556). Plus globalement, elle constitue l’aboutissement de l’ensemble de cette tradition. Elle en est à la fois le texte le plus complet, dépositaire de toutes les interprétations accumulées précédemment, et son dernier jalon, avant son extinction à la fin du XVIIe siècle[5]. »

Nous aimerions ici mettre en lumière, autant que faire se peut, le rapport particulier que ces œuvres entretiennent avec leurs sources. Nous pourrions en effet nous attendre, par la place qu’elle occupe, à ce que l’œuvre de Conti, riche de toute la tradition mythographique qui l’a précédée et qu’elle connaît, soit le lieu affiché de la plus grande compilation de sources anciennes et contemporaines. Or nous verrons qu’il n’en est rien. L’auteur des Mythologiae semble convoquer, à en croire son index, beaucoup moins de références que Giraldi (qu’il connaît, qu’il a lu et « pillé[6] »).

Nous nous proposons ici de rendre compte des points communs mais surtout des différences dans le rapport aux sources qui existent entre les deux ouvrages et qui sont, nous le croyons, révélatrices de projets d’écritures, d’objectifs littéraires et scientifiques, comme de positionnements d’auteur divergents de la part de nos deux mythographes.

Quelques remarques méthodologiques

Giraldi, ‘De Deis gentium Historia’ (1548) : première page de l’index autorum

Une précision, de même qu’une mise en garde s’imposent. Notre étude, essentiellement quantitative, se concentrera majoritairement sur l’analyse comparée des index des éditions du texte de Giraldi publié en 1548 et du texte de Conti de 1567. Nous nous permettrons également quelques incursions dans l’édition contemporaine réalisée par Rosa Maria Iglesias Montiel et Maria Consuelo Álvarez Morán[7], qui constitue une base scientifique et éditoriale solide de l’œuvre de Conti, même s’il s’agit de l’édition du texte de Conti datée 1581 et éditée en 1616.

Giraldi, ‘De Deis gentium Historia’ (1548) : première page de l’index locorum

Les index sont des éléments paratextuels stratégiques et ils constituent une ressource pratique pour la prise en main de ce genre d’ouvrages encyclopédiques que l’on consulte plus qu’on ne les lit linéairement. Toutefois, l’indexation de ces éditions ne peut pas être considérée comme complètement fiable. Des biais (conscients ou inconscients), des erreurs, des choix président à l’établissement de ces listes. Ainsi, et pour être plus juste, cette étude ne pourra rendre compte de manière indubitable des rapports que les auteurs entretenaient avec leurs sources. On s’efforcera en revanche de révéler une sorte d’image ou d’ethos d’auteur, que l’on pourrait établir à partir de ces documents[8].

1. De l’imperfection des index

La suspicion que suscite les index, surtout pour un regard contemporain habitué à des conventions scientifiques et éditoriales précises, se justifie dès le parcours rapide des listes d’auteurs qui clôturent les textes de Giraldi et Conti.

Conti, ‘Mythologia libri’ (Venise, 1567) : première page de l’index auctorum et locorum

Chez le premier, le doublon que constitue le référencement de Cornutus et Phornutus dans l’index autorum est remarquable. Par ailleurs, un autre élément qui doit éveiller notre suspicion est la présence, en plus de l’index autorum, d’un index locorum qui ne reprend pas systématiquement tous les auteurs mentionnés dans le premier index (on ne retrouve d’ailleurs par d’entrée « Cornutus » dans ce second index). Nous reviendrons plus tard sur cette non correspondance, mais nous pouvons dès à présent être sensible aux choix qui guident la construction comme la mise en forme de ces deux index.

Conti, ‘Mythologiae libri’ (Francfort, 1581) : première page de l’index auctorum

Chez Conti, l’édition vénitienne de 1567 ne fait pas le choix de cette double organisation et propose un seul index nominum et locorum, dans lequel apparaît de manière surprenante une entrée « Incerti scriptores » disparue en 1581. Dix-neuf références convoquées dans le texte se trouvent regroupées sous cette étiquette à laquelle même des éditions contemporaines n’ont pas pu renoncer[10].

Ainsi le caractère incertain, voire incomplet de ces index est affiché, et avertit le lecteur qu’il ne peut pas apprécier précisément, dans un seul endroit du livre, la totalité des références qui y sont convoquées. Il faudrait donc véritablement se lancer dans la lecture des textes pour pouvoir se rendre compte, avec plus de précision mais aussi plus de difficulté, de la richesse intertextuelle des œuvres. Reste que les index nous parlent et, malgré leur imprécision relative, nous permettent, sans même nous plonger dans le détail des textes, d’être sensible à certains aspects, voire à certaines dynamiques des œuvres de Giraldi et de Conti.

2. La comparaison des index
2.1. Quelques remarques macroscopiques

Si l’on se penche sur le contenu des index pour apprécier le nombre de références qu’ils contiennent, on se rend compte d’une différence importante de traitement entre le De Deis et la Mythologia.

L’index autorum du De Deis fournit 528 noms d’auteurs – qu’il faudrait au moins faire descendre à 527 si l’on réunit Cornutus et Phonutus[11]. L’index locorum lui, ne compte que 163 entrées. Cette sélection d’un tiers seulement des références totales nous semble construire une sorte de discours de valeur parmi les autorités convoquées – discours de valeur mystérieusement établi comme nous pourrons le voir plus loin.

En 1555, Henri Estienne distingue pour la première fois les poèmes de Théocrite de ceux de Bion et Moschos. Son édition de 1579, dédiée à Théocrite et aux autres auteurs d’idylle, était également disponible pour l’édition augmentée de 1581.

Dans le cas de Conti, l’édition de 1567 compte 319 entrées dans l’index nominum et locorum. Précisons tout de suite que l’index de la version du texte de 1581 est déjà considérablement augmentée[12], ce qui permet à l’édition espagnole qui travaille sur cet état du texte de référencer 418 auteurs cités dans l’ouvrage. Cette augmentation est due à plusieurs facteurs. Le premier touche aux ajouts que l’édition de 1581 qui accueille quelques nouvelles références (des auteurs anciens le plus souvent). Ces ajouts mis de côté, on sera sensible au fait que ce travail d’édition scientifique permet de rendre visible des auteurs qui avaient été oubliés dans l’index de 1567, comme c’était le cas pour Agathocle (absent en 1567 et présent en 1581) ou Hermès Trismégiste (absent des éditions de 1567 et 1581, mais ajouté dans l’édition espagnole)[13]. À cette première correction par addition, s’ajoute une seconde correction par différenciation. Ainsi Théocrite et Bion sont dissociés dans l’édition espagnole, alors que cela n’est pas fait dans les éditions renaissante[14], de même que l’auteur de l’Odyssée et de l’Illiade n’est plus considéré comme l’auteur des Hymnes homériques. Il ne faudrait toutefois pas croire que l’édition de 1581 comme l’édition scientifique moderne n’agit que par ajouts. Elles retirent également des auteurs de l’index. C’est par exemple le cas, entre autres, de Dercylus et Lucanus, qui disparaissent de l’index de 1581. À ces retraits d’auteurs s’ajoutent des retraits d’œuvres : ainsi les Épîtres d’Horace et Iphigénie en Tauride d’Euripide n’apparaissent pas dans l’index de 1581 – on peut toutefois se demander si ces retraits ne sont pas de l’ordre d’un oubli. Enfin, notons également que Jamblique, qui est mentionné très rapidement dans l’œuvre mais dont aucun texte n’est véritablement cité dans le texte, disparaît de l’index de l’édition espagnole qui reconstruit, nous le comprenons, une manière et des critères particuliers pour établir l’index des auteurs et des œuvres mentionnées. Pour cette raison, son nom est effacé de la liste des auteurs véritablement utilisés par Conti.

Ces quelques précisions, en plus de nous permettre de saisir les différences qui existent dans les protocoles d’éditions, doivent nous inviter à prendre au sérieux les différences qui peuvent exister au sein de ces index. L’évolution du référencement, s’il est en partie dû à des contingences éditoriales, est aussi le reflet de l’évolution du texte. Par ailleurs, comme évoqué précédemment, la référence ou non de certains auteurs dans l’index crée, encore une fois, même si cela peut être de manière incidente, un discours de valeur signifiant dans le cadre de ce genre de texte. Faire apparaître ou non certains patronymes n’est pas (toujours) le fruit du hasard. Bien au contraire, cela peut rendre compte de prises de positions fortes de la part des auteurs, notamment lorsqu’il s’agit d’exhiber des références rares pour faire montre de son érudition et de sa vaste culture.

Ainsi, la très grande différence quantitative qui existe entre Conti et Giraldi n’est pas anodine. L’œuvre de Conti fait le tri dans la masse d’autorités mythographiques. Les Mythologiae apparaîssent, par comparaison, comme moins ambitieuses en terme de sources, même si la différence entre le nombre d’autorités citées évolue au fil des éditions. Cette remarque pourrait d’ailleurs nous pousser à suivre Jean Seznec qui voit dans le texte de Giraldi un préoccupation plus clairement philologique (le De deis aurait le souci des noms de divinités), alors que Conti aurait une approche plus philosophique et s’intéresserait à l’interprétation approfondie des fables[15]. Dans cette perspective, la collecte des noms, des surnoms, des épithètes, des épiclèses, importante pour Giraldi serait sensible dans la quantité de sources convoquées et présentes dans le texte. À l’inverse, Conti réduirait son intertexte pour conserver une place plus importante dans son ouvrage au geste interprétatif (qui n’est cependant pas absent de chez Giraldi). Ainsi, le nombre de références (affichées) pourrait être le témoin de l’objectif et de l’ambition des auteurs.

2.2. Évaluer la présence des grandes autorités mythographiques

Comme l’on peut s’y attendre, Giraldi comme Conti convoquent des autorités variées. Les auteurs de l’Antiquité païenne côtoient les pères de l’Église, les auteurs médiévaux sont aux côté des philosophes grecs… mais derrière cette variété commune, on peut observer une différence sensible entre les auteurs. Si l’on retrouve des auteurs très attendus dans les deux ouvrages, leur importance (quantitative) est différente. Dans la même logique que celle analysée précédemment, l’index du texte de Conti sélectionne ses « prédécesseurs » mythographes[16] antiques et médiévaux avec parcimonie. Ceux-ci, lorsqu’ils apparaissent dans l’index, renvoient à un nombre restreint de mentions. Le tableau qui suit s’efforce, en comparant une liste réduite d’auteurs attendus, de rendre compte de leur différence (quantitative) de traitement. Nous renseignons pour chaque auteur retenu le nombre de pages pour le texte de Giraldi, le nombre de folios pour le texte de Conti dans lesquels les références apparaissent (le signe « / » indique que le décompte est impossible car l’auteur n’apparaît pas dans l’index locorum du De Deis). Si ce décompte est forcément imparfait, c’est d’abord parce qu’il ne se fait pas sur une même unité (folio/page), ensuite parce qu’il n’indique pas si la matière apportée par l’auteur fait l’objet d’un long développement[17], il nous permet tout de même d’appréhender la place que certains auteurs occupent dans les deux ouvrages.

Giraldi 1548 Conti 1567
Albricus /
Apollodore / Apollodore
Apulée : 48
Caelius Rhodiginus /
Cicéron : 143 Cicéron

De Natura Deorum : 32

De Finibus : 1

De Legibus : 2

De Universitate : 1

Academica Quaestiones : 1

Disputationes Tusculunae : 10

Pro Domo Sua : 3

Pro Publio Sexto : 1

Pro Roscio Amerino : 2

Pro Lege Manilia : 1

In Verrem : 5

Arataeis : 3

> Total : 62

Conon / Conon : 2
Cornutus/Phornutus : 160 (Phornutus, 1 mention ds éd 1616)
Evhémère /
Fulgence : 30
Hésiode : 81 Hésiode

Théogonie : 62

Les Dieux et les Jours : 6

Le Bouclier d’Héraclès : 2

> Total : 70

Homère : 119

 

Homère

Illiade : 53

Odyssée : 45

Hymnes homériques : 39

> Total : 137

Hygin : 35 Hygin : 2
Isidore de Séville : 24
Lactance : 88 Lactance : 8
Ovide : 200

 

Ovide

Art d’aimer : 7

Fastes : 30

Remèdes à l’amour : 1

Medicamine : 1

Tristes : 3

Pontiques : 6

Héroïdes : 37

èSous-total : 85

Métamorphoses : 72

> Total : 157

Suidas : 78 Suidas : 4

(tableau 1 : les textes mythographiques mentionnés dans les index)

Un constat s’impose : pour toutes les autorités où une comparaison quantitative est possible, le premier Conti cite moins ses sources, exception faite d’Homère. Toutefois, il est important encore une fois de comprendre ces décomptes avec beaucoup de précautions. Conti, c’est en tous les cas l’opinion admise, s’est inspiré de nombre de ses prédécesseurs. Ainsi, son raisonnement peut tout à fait se passer de références précises et se contenter de réemployer des idées, des arguments ou des développements qu’il a pu trouver dans d’autres ouvrages sans y renvoyer avec précision. Les modalités intertextuelles sont variées et Conti n’hésite pas à ne pas payer son tribut à un modèle ou une référence qui l’inspire ou qu’il copie. Ce manquement dans l’identification des sources est, dans le cadre de l’index, amplifiée par les pratiques (ou plutôt les biais) de la personne en charge de sa préparation. En effet, l’index (particulièrement celui de 1567, mais également celui de 1581 dans une moindre mesure) renvoie sans doute plus encore cette image d’un Conti libéré des scrupules touchant à l’identification de ses intertextes.

Néanmoins, et malgré ces précautions, nous sommes tentés de suivre encore une fois la piste de Jean Seznec, voire même de la radicaliser lorsqu’il affirme que Conti est l’un des mythographes renaissants qui prend le plus ses distances avec ceux qui l’ont précédé. Nous aimerions faire l’hypothèse qu’il va même jusqu’à singulièrement s’affranchir de certains de ses modèles.

Cela est particulièrement sensible si l’on compare la présence que les deux auteurs accordent à leurs contemporains :

Giraldi 1548 Conti 1567
Alciat /

Bembus (Bembo) /

Boccace (6)

Budée /

Celio Calcagnini /

Dante /

Érasme /

Marulle /

Marsile Ficin (3)

Pic de la Mirandole /

Thomas More /

Marulle (1)

Marsile Ficin (1 – absent de l’index de 1567 et de 1581, mais identifié dans l’édition espagnole)

(tableau 2 : mentions d’auteurs de la Renaissance)

Le texte de Giraldi souligne de manière sensible (au moins dans l’index auctorum) la filiation d’écriture et de réflexion dans laquelle il s’inscrit. À l’inverse on s’étonnera que l’index de Conti ne renseigne Marulle et Sabinus (sans doute Georgius Sabinus[18]) comme contemporains, auquel il faudrait tout de même ajouter Marsile Ficin, oublié dans l’index de 1567 alors qu’il est déjà présent dans le texte de cette même édition. L’index donne ainsi l’impression, en apparence du moins, d’un refus d’une sorte de contemporanéité de la réflexion mythographique que mènerait Conti[19], alors que le De Deis l’exhibe plus volontiers. Cette démarche est d’autant plus remarquable que Conti connaît les textes de Boccace, Giraldi et Cartari, dont il s’inspire, qu’il reprend, poursuit, ou contre lesquels il écrit en partie.

Le rapport aux sources est donc assurément un enjeu qui permet, entre autres, à l’auteur de se construire une image et un éthos particulier, relayé ensuite dans les éléments paratextuels comme les index. On aurait donc tendance à voir, depuis l’index de cette œuvre, un Conti relativement libre et autonome.

2.3. Les auteurs les plus référencés

Si l’on peut croire que les deux auteurs entretiennent un rapport différent à leurs sources, les index révèlent une concordance quant aux auteurs qui seraient les plus cités dans les œuvres :

Giraldi 1548 Conti 1567
Pausanias (239)

Ovide (200)

Virgile (188)

Hésychius (185)

Plutarque (183)

Cicéron (143)

Servius (143)

Strabon (137)

Orphée (123)

Pausanias (184)

Ovide (157)

Homère (137)

Virgile (134)

Euripide (79)

Orphée (73)

 

(Tableau 3 : les autorités les plus citées, d’après les index locorum)

L’index locorum de Giraldi nous permet de remarquer qu’au moins neuf auteurs se signalent par leur présence récurrente dans l’ouvrage. On peut réduire ce palmarès chez Conti à six noms. Ces deux listes trouvent cette fois un accord plus grand. Dans les deux cas en effet, Pausanias s’attire les faveurs des deux humanistes et apparaît dans les index comme l’auteur le plus mentionné. On remarque ensuite qu’Homère, Orphée (identifié comme l’auteur des Argonautiques et des Hymnes chez Conti), Ovide et Virgile constituent un second quatuor de référence pour les deux auteurs. Le reste de la liste n’est à vrai dire pas très original, même si l’on peut s’étonner tout de même du peu de place que Conti réserve à Cicéron, et en particulier son De Natura Deorum (cité dans 31 folios uniquement).

2.4. Les auteurs les moins référencés

À l’autre bout du spectre quantitatif nous aimerions maintenant nous intéresser aux auteurs qui apparaissent comme peu représentés dans les index. Si l’index de Conti rend leur décompte relativement aisé (bien qu’incertain en raison de la prudence avec laquelle nous devons traiter ce document), la chose n’est pas évidente pour Giraldi, en raison de la sélection d’auteurs qu’opère l’index locorum. Malgré tout, quelques remarques semblent possibles.

Si l’on se concentre sur les auteurs dont l’index indique qu’il n’apparaissent qu’une seule fois (ou sur une seule page), six noms se dégagent : le médecin Paul d’Égine, l’apôtre Paul, l’historien Paul Diacre, Plotin, Flavius Vopiscus (cité pour sa Vie d’Aurélien) et Zoroastre. Cette liste, relativement surprenante, n’est pas anodine. En effet, nous saisissons aisément l’importance de Paul l’apôtre, de Plotin ou de Zoroastre, alors que les trois autres noms demeurent plus originaux, même pour de fervents humanistes. Ainsi, nous pourrions faire l’hypothèse que dans les choix qui ont guidé l’établissement de cet index, une attention particulière a été portée aux auteurs peu mentionnés. Cette cohabitation entre des autorités attendues et d’autres plus singuliers pourrait être le signe de la très grande érudition et du goût de la rareté propre à Giraldi.

Chez Conti nous pouvons compter cent trente auteurs indexés qui n’apparaitraient que sur un folio de l’ouvrage, ce qui constitue presque un tiers des références totales mentionnées par l’index. Une comparaison rapide avec l’édition scientifique espagnole nous permet de remarquer que si l’index de 1567 n’est pas exempt d’erreurs, la majorité de ces références « uniques » dans l’édition renaissante se trouvent confirmées dans l’édition contemporaine. Derrière cette pratique, sans doute difficile à analyser et comprendre sans connaître précisément la bibliothèque de travail de Conti, nous aimerions tout de même voir là aussi le signe d’un rapport particulier de l’auteur à ses sources. Il s’agit sans doute, pour l’index, de faire montre d’une grande précision quant aux origines des emprunts, ce qui donnerait l’image d’un travail scrupuleux. Toutefois, peut-être aussi pourrions-nous voir l’image d’un mythographe qui n’hésite pas à limiter ses emprunts dans certaines œuvres. L’esprit de système des autorités convoquées semble moins le préoccuper que l’esprit de système et la cohérence de sa propre réflexion.

Un autre fait remarquable, si l’on s’intéresse cette fois au détail du texte, relève du choix de la citation ou du renvoi aux textes cités une seule fois. Sans doute cette étude mériterait-elle d’être amplifiée et approfondie, mais l’on sera sensible au fait que la référence à Plotin, mentionné une seule fois par Conti comme Giraldi, est différente dans les deux textes. Est rendu ainsi sensible un véritable travail d’appropriation et de lecture de la part des mythographes qui, au cœur d’une tradition fortement intertextuelle, font un effort de singularisation de leurs réflexions, jusque dans la sélection d’extraits d’œuvres qu’ils citent peu.

2.5. Les autorités communes

Enfin, malgré cet effort d’imprégnation et de lecture personnelle des auteurs, il est tout de même remarquable que le corpus convoqué par les deux œuvres compte de nombreuses références communes. Nous pouvons décompter avec certitude 128 auteurs communs aux deux textes[20]. Cela correspond à 25% des auteurs indexés par Giraldi, et 41,5% des auteurs indexés par Conti, la majorité provenant, sans surprise, de l’Antiquité. Il en va donc d’une véritable communauté culturelle entre les deux œuvres qui crée un univers de références et de représentations communes.

Quelques perspectives en conclusion

Ce premier temps d’approche quantitative nous permet d’abord d’apprécier, malgré toute les imperfections que l’on peut remarquer dans les documents utilisés et la méthode suivie, un certain rapport des auteurs à leurs sources. En d’autres termes, derrière les index, se dessine déjà un certain type de discours éditorial et une certaine image de l’auteur. Ce discours est d’autant plus sensible, mais aussi délicat, qu’il se construit sur des éléments paratextuels biaisés. L’index locorum incomplet de Giraldi ne nous permet pas d’apprécier comme il se doit la présence et la représentation de tous les auteurs dans son œuvre ; de même, l’invisibilisation de certaines références chez Conti (on notera l’absence de Giraldi, Cartari, Albricus, Caelius Rhodiginus entre autres[21]) ne nous permet pas d’évaluer, par le simple parcours de l’index, la dette de l’auteur envers ses prédécesseurs les plus directs.

Ces éléments, qui relèvent d’abord d’une précaution méthodologique, nous semblent toutefois rendre compte de la dimension stratégique de l’index. Si celui-ci permet de naviguer dans l’œuvre sans avoir à la lire intégralement et linéairement pour trouver une information précise, il dessine aussi des parcours de lectures possibles qui ne révèlent que ce qu’ils veulent bien révéler. L’index devient un trousseau de clefs précautionneusement sélectionnées pour naviguer dans des labyrinthes textuels extrêmement imposants. Ainsi si l’on peut suivre la voie (voix) homérique dans l’œuvre de Conti, la voie/voix giraldienne, elle, n’est pas discernable, ou du moins ne l’est pas pour un lecteur qui ne connaîtrait pas assez l’œuvre de Giraldi pour la retrouver sous la plume de Conti.

Sans doute la poursuite de cette étude consisterait-elle à essayer de rendre compte, qualitativement cette fois, de ces voie/voix singulières qui traversent les œuvres des mythographes en général, et de Conti en particulier, pour préciser encore la démarche et le fonctionnement intertextuel et herméneutique de ce texte.


[1] Si Jean Seznec n’insiste pas sur les particularités des textes qu’il étudie, il mentionne cependant quelques différences. Voir Jean Seznec, « La science mythographique au XVIe siècle » (Livre II, Chap. 1), La survivance des dieux antiques, Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance [nouvelle édition], Paris, Flammarion, 2011, 257-300. Voir également Rachel Darmon, Dieux futiles, dieux utiles. L’écriture mythographique comme forme de savoir dans l’Europe de la Renaissance, Genève, Droz 2022 [À paraître]

[2] Lilio Gregorio Giraldi, De Deis gentium varia et multiplex historia, in qua simul de eorum imaginibus et cognominibus agitur, ubi plurima etiam hactenus multis ignota explicantur et pleraque clarius tractantur…, Bâle, Jean Oporin, 1548.

[3] Ce travail est d’autant plus sensible si l’on veut bien regarder l’évolution de ces productions dans le temps, au travers des variations que connaissent les éditions successives des textes.

[4] Natale Conti, Mythologiae libri decem, Venise, Segno della Fontana, 1567.

[5] Rachel Darmon, « Contextes », Celine Bonhert et Rachel Darmon (dir.), La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627), Reims : ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims, 2020, p. 9-10.

[6] Voir à ce sujet John Mulryan, « Translations and Adaptations of Vincenzo Cartari’s Imagini and Natale Conti’s Mythologiae: The Mythographic Tradition in the Renaissance », Canadian Review of Comparative Literature 8, 1981, p. 272-283.

[7] Natale Conti, Mitología, éd. Rosa Maria Iglesias Montiel et Maria Consuelo Álvarez Morá, Université de Murcia, 1988.

[8] Sur la manière de se rapporter à une masse (trop) importante d’informations et de données, voir Ann Blair, Tant de choses à savoir : comment maîtriser l’information à l’époque moderne, Bernard Krespine (trad.), Paris, Seuil, 2020.

[10] L’édition espagnole de la Mythologie conserve également cette entrée, qu’elle précise en faisant la différence entre les auteurs inconnus grecs et les auteurs inconnus latins, étoffant par ailleurs cette étiquette de nouveaux renvois au texte. Sans doute que cette indexation des références non identifiées ne recouvrent pas tout à fait les mêmes enjeux et problèmes pour les éditeurs renaissants et les éditrices espagnoles. Il n’en demeure pas moins un fait remarquable : Conti insère dans son texte des citations et des références qui posent problème aux lecteurs (de toutes les époques).

[11] Il est tout à fait possible que d’autres doublons existent, ce qui ferait descendre encore un peu le nombre d’auteurs réellement cités par Giraldi.

[12] Cet index est réalisé par Johannes Opsopoeus. Pour l’édition de 1567, nous ne savons pas qui a pu établir ou vérifier l’index.

[13] Pour se rendre compte, dans le détail, des différences que l’on observe entre les deux éditions, voir sur ce carnet les listes établies par Céline Bohnert.

[14] Cette assimilation des deux auteurs dans les éditions de 1567 et 1581 est étonnante si l’on se rappelle qu’Henri Estienne a différencié ces auteurs dès 1555. Voir à ce sujet Céline Bohnert « Notes sur Henri II Estienne et le corpus des idylles ». Céline Bohnert et Françoise Gevrey (dir.), L’Anthologie : histoire et enjeux d’une forme éditoriale du Moyen Âge au XXIe siècle, Epure, p. 157-172, 2014. En un sens on peut donc interroger l’actualité des connaissances utilisées l’auteur et les éditeurs du texte ainsi que les éditions de références utilisées.

[15] Jean Seznec, La survivance des dieux antiques, op. cit., p. 272-273.

[16] Nous entendons ici le terme dans une acception large. Il s’agit de comprendre les grandes figures attendues qui fournissent, par leurs textes, une matière abondante à la compilation mythographique renaissante.

[17] L’édition originale du texte de Conti nous permet, pour certains auteurs, de savoir si plusieurs œuvres sont mentionnées sur un même folio. Cependant nous pouvons douter du caractère exhaustif et scrupuleux de ces précisions.

[18] Sabinus est l’auteur d’un cours sur Ovide : Fabularum Ovidii interpretatio tradita in Academia Regiomontana, Wittenberg, Rhau, 1555.

[19] Cette image est sans doute à nuancer car Conti n’hésite pas à toutefois signaler la traduction de ses poèmes par Lorenzius Gottius (à ce sujet voir le billet de Céline Bohnert, « Natale Conti mythographe … et poète ») et à faire de ses précédentes œuvres une source de réflexion, comme l’indique la présence d’une entrée « Natalis Comes » dans l’index.

[20] Quelques références supplémentaires demeurent incertaines à cause de l’imprécision ou de la translittération incertaine du nom de l’auteur ainsi que d’une référence à l’œuvre partielle qui ne permet pas toujours d’être certain s’il s’agit ou non d’une référence commune.

[21] Cette absence est d’autant plus surprenant que le texte de Conti est relu par Johannes Opsopoeus, qui s’occupe du latin et établit également l’index, et par Friedrich Sylburg, qui s’occupe du grec, comme le souligne l’éditeur André Wechel (voir pour cela son adresse au lecteur dans l’édition de 1581). Sur ces trois hommes, nous renvoyons aux notices, présentes sur le site Mythologia, d’ André Wechel, de Johannes Opsopoeus et de Friedrich Sylburg.


Pour citer ce billet : Gautier Amiel, “Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti. Regard sur les index du De Deis Gentium Varia et Multiplex Historia et des Mythologiae libri decem”, Mythologia (carnet de recherche du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627), https://mythologia.hypotheses.org/278, mis en ligne le 02/02/2022.


2 réflexions sur « Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.