Proposer une exposition virtuelle

Ce billet cherche à décrire succinctement de quelle façon une exposition virtuelle se met en place sur un site d’édition scientifique numérique tel que celui du projet « Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial ».

Conceptualiser une exposition

Le corpus de Mythologia qui propose quatre éditions de la Mythologie de Natale Conti comporte deux importants jeux de gravures, qui illustrent respectivement les volumes des éditions en français de Lyon en 1612 et de Paris en 1627.

La première édition illustrée, en 1612, propose 67 figures différentes réparties au fil de l’œuvre, dans le corps du texte.

Illustration des sirènes dans le corps du texte, page 799 de l’édition de la Mythologie en 1612.

En 1627, de nouvelles illustrations, cette fois réunies sur dix planches-sommaires introductives aux différents livres de la Mythologie, viennent orner l’œuvre.

Planche-sommaire du livre V de l’édition de la Mythologie en 1627.

Les deux éditions présentent également des frontispices particulièrement riches de motifs mythologiques.

Afin de comprendre l’histoire de ces illustrations mais aussi la culture visuelle dont elles témoignent, Céline Bohnert, porteuse du projet Mythologia, avec le concours d’Agnès Guiderdoni (UCLouvain, GEMCA) et de Marie Chaufour, historienne de l’art, a initié une journée de rencontre le 23 mai 2023 afin qu’experts en littérature française et néolatine, en histoire de l’art et en histoire du livre, puissent partager leurs connaissances et échanger leurs hypothèses sur la provenance de ces images ou leur fonction plus ou moins explicative et signifiante.

La journée d’atelier, intitulée « La Mythologie de Natale Conti illustrée : regards croisés sur les figures de l’édition de Paris, 1627 », prévue à Paris à la Bibliothèque de l’Arsenal, avait pour projet d’analyser les gravures des planches-sommaires de 1627 et notamment la planche VIII dédiée aux divinités de la mer.

Planche-sommaire du livre VIII de l’édition de la Mythologie en 1627.

Deux autres motifs à l’histoire particulière, car témoins d’une confusion entre les figures, étaient destinés à être un objet de discussion de la journée, notamment en raison de l’étrange phénomène de contamination dont ils témoignent.

Motifs des Furies et des Harpies, issus des planches III et VII de l’édition de la Mythologie en 1627.

La préparation de cette rencontre nécessitait de permettre un accès facilité aux gravures des deux éditions françaises de la Mythologie, mais aussi aux représentations de certaines sources possibles à l’origine de leur réalisation.

L’idée de réaliser deux expositions virtuelles disponibles sur le site Mythologia s’imposait donc autour des divinités marines et des figures des Furies et des Harpies.

Récolter le contenu à valoriser

Un certain nombre d’éléments étaient déjà disponibles sur le site Mythologia. Les bois gravés de l’édition de 1612, issus de l’édition d’une autre mythographie, Les images des dieux de l’italien Vincenzo Cartari, et attribués à Pierre Eskrich, étaient réunis sur le site. L’ensemble des eaux-fortes des planches-sommaires de 1627, dessinées par Pierre Rabel et gravées par Michel Lasne et Charles David, également. Ces jeux d’illustrations possédaient aussi des notices dédiées, proposant des informations sur les recherches dont elles avaient pu faire l’objet. Ces notices se situaient à leur place respectives dans les éditions et elles étaient rassemblées en outre dans une exposition virtuelle sur des pages spécifiques.

Bien que ces éléments aient déjà été réunis, avant de commencer à réaliser l’exposition, des recherches complémentaires se sont révélées nécessaires. Les gravures de 1612 étant les bois servant à illustrer la mythographie de Vincenzo Cartari, il a semblé pertinent d’effectuer des recherches dans ce texte foisonnant et d’établir des transcriptions des passages éclairant les images. Après ce travail de recherches et de transcription dans l’édition française de Cartari de 1610, disponible sur Gallica, facilité par les index présents dans le volume, il fallut commencer à réfléchir à un moyen de le mettre en valeur au sein du projet et de le rendre accessible aux usagers du site. Pour compléter ces recherches, le même travail dans la mythographie de Conti, réalisé cette fois directement sur le site, a permis de récolter un grand nombre de passages décrivant les divinités représentées sur la planche VIII et les motifs des Furies et des Harpies.

À côté des recherches textuelles, un travail sur les images était à engager. Pour retracer leur histoire, nous avons également consulté l’édition cartarienne de 1571 afin d’y retrouver des représentations des motifs concernés et pour comprendre l’histoire de leurs sources. Ce travail fut de plus propice à enrichir l’iconothèque que propose le site Mythologia dès la page d’accueil,  qui rassemble les divers jeux utilisés chez Cartari et chez Conti.

Le travail iconographique sur la planche VIII a également consisté à isoler les différents motifs qui la composent pour pouvoir les éclairer plus précisément, les planches-sommaires de l’édition de 1627 étant des espaces composites sur lesquels sont réunis différentes figures divines présentées dans les chapitres des livres qu’elles introduisent. Le travail graphique a ainsi permis de détourer les motifs, voire d’en extraire des éléments à mettre particulièrement en valeur.

Exemples du travail de mise en valeur des motifs effectué sur la planche VIII.

Le même travail a été réalisé sur les planches III et VII pour isoler les motifs des deux trios divins mais aussi leurs attributs particuliers, décrits à plusieurs reprises dans les textes des mythographes.

Exemples du travail de mise en valeur des motifs effectué sur la planche III.

De l’idée à la réalisation

Un support technique : Omeka

Le site du projet Mythologia est diffusé via la plate-forme EMAN qui regroupe une soixantaine de projets d’édition scientifique numérique valorisant des documents d’origines très diverses. Les sites, autonomes, bénéficient néanmoins d’améliorations communes. Ils sont mis en ligne via le logiciel Omeka, système de gestion de bibliothèque numérique, adapté par Richard Walter, ingénieur CNRS responsable de la plate-forme, et son équipe, en fonction des besoins des différents projets.

Omeka propose une option intéressante d’exposition virtuelle avec un certain nombre de possibilités pour mettre en valeur les notices des sites, notices qui constituent les corpus éditoriaux des projets. Six propositions de blocs divers s’offrent aux utilisateurs, permettant notamment d’écrire du texte ou de renvoyer aux notices du site.

Blocs disponibles en back-office sur Omeka dans l’onglet “Exposition”.

Comme nous l’avons évoqué, plusieurs pages d’exposition existaient préalablement sur le site de Mythologia, notamment pour mettre en valeur la banque d’images de gravures que les éditions contiennent. Ainsi, une page était consacrée aux frontispices, et deux autres regroupaient les bois de 1612 et de 1627. Bien que déjà très riches, en particulier pour des historiens de l’art qui trouvaient réunies là des gravures initialement disséminées dans les œuvres, ces pages d’exposition permettaient également un accès facilité aux notices correspondant à chaque image.

C’est en effet un des atouts de cette option d’exposition que propose Omeka. Grâce à différents modules, des liens vers des notices, présentées en galerie, permettent une navigation aisée dans les contenus des éditions.

Des contraintes à accepter

Cependant, au cours de l’élaboration de l’exposition destinée à servir de point de départ à la journée du 23 mai, les options proposées par Omeka, notamment de galerie, ne se sont pas toujours révélées satisfaisantes, car elles laissent peu de place à la personnalisation. Autre inconvénient, les images sont constituées de vignettes dans un format imposé qui les rognent et ne rendent pas hommage aux gravures à mettre en valeur.

Exemple de galerie dans l’exposition de 1627, le format carré des vignettes empêche de rendre compte de la totalité de l’image.

L’option choisie a donc été de privilégier des blocs libres, permettant d’ajouter les images préalablement travaillées, et intégrées via le module AdminImage. L’éditeur proposé en back-office par Omeka, s’il est parfois très pratique, laisse là encore peu de marge de manœuvre. Travailler directement dans le code source en HTML reste ainsi la solution la plus avantageuse pour préparer des pages à la disposition et la répartition image/texte plus souples.

De plus, le thème visuel étant à ce jour commun à tous les projets de la plate-forme EMAN, les possibilités de mise en page sont réduits et le choix de la police imposé par exemple. Les feuilles CSS n’étant pas encore disponibles (mais elles devraient l’être à l’avenir), il n’est possible d’appliquer du style que de manière parcimonieuse. L’envie de rendre dynamique les images préparées, un schéma ou une frise, de replier les blocs de texte afin de gagner en clarté et d’éviter aux visiteurs de scroller indéfiniment certains passages parfois fournis, ne manque pas. Cependant les possibilités sont pour l’instant restreintes. De la même façon, aucun bloc de sommaire n’est proposé d’emblée, ce qui nécessite là encore de travailler la navigation manuellement.

Réalisation et adaptation

Quelques petites semaines avant l’exposition et malgré ces quelques contraintes, il fut néanmoins possible de proposer deux pages d’exposition, sur la planche VIII dédiée au dieux marins et sur les motifs des Furies et des Harpies.

Le nombre conséquent d’images des différentes éditions, ainsi que les divers passages extraits de Cartari et de Conti, fournissaient un matériau volumineux à organiser. En ce qui concerne la planche VIII, en guise d’introduction, un texte de présentation autour de l’image de la planche a été proposé. Cette introduction mettant en lumière l’histoire des illustrations, nous avons réalisé un schéma afin d’éclairer de façon synthétique le cheminement des différentes sources possibles. Ce schéma a été adapté pour l’exposition sur les Furies toujours pour faciliter la compréhension du parcours supposé des illustrations au fil des éditions.

     

Reproduction des schémas réalisés dans le cadre des expositions virtuelles ; à gauche, le schéma de l’exposition Divinités marines et à droite celui des Furies et Harpies.

Les textes ont quant à eux été présentés de différentes façons afin d’expérimenter diverses présentations des descriptions relevées. L’exposition Divinités marines fait se succéder les textes alors que celle relative aux Furies et Harpies propose les citations en regard, autour des éléments décrits.

Extraits des expositions avec leurs mises en page spécifiques.

Dès la mise en ligne, l’apport d’un participants des ayant pu consulter cette proposition première, Paul Taylor du Warburg Institute, a permis de l’enrichir de nouvelles gravures. En effet, son expertise lui avait permis d’identifier une édition de Cartari parue à Padoue en 1615, contenant un certain nombre de gravures ayant inspiré les artistes qui ont réalisé les eaux-fortes de 1627. Cette information, relevée également par Véronique Meyer de l’université de Poitiers, renouvelle les connaissances sur les gravures utilisées en 1612 et apporte un éclairage inédit sur la circulation des figures entre Cartari et Conti mais également entre l’Italie et la France à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. S’il désire des approfondissements, nous invitons le lecteur à consulter les expositions qui témoignent de cette histoire.

Des bénéfices de la virtualité

Une des forces du numérique et des expositions virtuelles est de pouvoir les faire évoluer sans cesse, à mesure que des nouvelles possibilités techniques sont offertes et grâce aux apports de la recherche. Ainsi se renouvellent et peuvent s’enrichir les propositions faites aux usagers du site. Une plasticité d’ailleurs relevée par Charlotte Dessaint et Anne Réach-Ngô au cours d’une rencontre en automne 2020. Une coquille comme une information erronée peuvent être corrigées alors qu’elles restent figées dans toute version imprimée et exposée traditionnellement.

Figures des Vents, à gauche, première proposition, à droite, proposition enrichie.

Par exemple, en réagissant rapidement, les expositions furent mises à jour afin d’être actualisées au regard de cette découverte. Elles furent vouées à évoluer encore à la suite de l’enrichissante journée qui se tint à la bibliothèque de l’Arsenal, dont Sophie Guérinot, chef du service Communication et conservation, et responsable du fonds d’estampes, eut la gentillesse d’ouvrir les portes à cette occasion. Elle permit également à l’assemblée constituée pour l’occasion de consulter une certain nombre d’ouvrages contenant les illustrations représentées chez Conti, ou d’autres œuvres aux thématiques mythologiques de la première modernité, complétant ainsi considérablement l’expérience proposée virtuellement.

À la suite de cette enrichissante journée, grâce aux discussions et aux divers retours des intervenants, les expositions ont été en partie réorganisées et complétées. L’organisation actuelle reste d’ailleurs destinée à se muer encore au gré des éventuelles découvertes à venir.

En fonction du jour où le lecteur de ce billet lira ces lignes, c’est ainsi une exposition certainement différente de celle qui fut proposée au printemps 2023 qu’il découvrira, faisant de lui un témoin unique et particulier de la proposition. Nous ne saurions donc que trop inviter ce lecteur à consulter ces pages d’exposition et à laisser des commentaires de quelque ordre qu’ils soient afin de continuer ce processus d’évolution et d’amélioration constantes que permettent ces initiatives numériques.

 

Marion Aspe, pour le projet Mythologia.

Expositions sur le site Mythologia :

La Mythologie et ses gravures

Divinités marines

Furies et Harpies



Citer ce billet
Équipe Mythologia (2023, 8 juin). Proposer une exposition virtuelle. Mythologia. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpzx

Une réflexion sur « Proposer une exposition virtuelle »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.