Conti au XXIème siècle : de ses références à sa modernisation

Les étudiants du Master Lettres & Humanités (URCA) ont participé au projet Mythologia dans le cadre du cours de philologie numérique. Pour clore le cours, ils ont été invités à rédiger un rapport d’étonnement sur leur expérience. Vous découvrirez ci-dessous l’un de ces six textes.
*

« La Corne du Veſpre », un lieu qui nous plonge vers l’inconnu

Conti fait de nombreuses références au sein de son œuvre, certaines explicites, d’autres implicites, et d’autres encore complètement erronées. J’ai trouvé cela plutôt étonnant puisque l’on attend aujourd’hui d’une encyclopédie que les savoirs qu’elles exposent soient véridiques. Aujourd’hui, une encyclopédie est reconnue comme une œuvre de référence. Cependant, au XVIème siècle ‒ première publication de Conti‒, l’encyclopédie a pour but de recenser le plus de savoirs possibles, en les prenant pour acquis et sans nécessairement vérifier les sources. Par ailleurs, au XVIème siècle, la propriété intellectuelle est différente et les sources sont considérées comme des connaissances générales et ne sont ainsi pas toujours citées. La construction des savoirs a donc bien évolué entre temps. Il faut aussi noter que Conti prête encore à débat aujourd’hui, considéré par certains chercheurs[1] comme un faussaire pour avoir « inventé » des citations, et défendu par d’autres soutenant que les sources ont simplement été perdues. Nous pouvons nous questionner à ce propos : Conti a-t-il réellement possédé des sources autres que nous avons perdues ? A-t-il cité d’autres œuvres de son époque aujourd’hui perdues et citant elles-mêmes des œuvres antérieures perdues ? A-t-il volontairement inventé des sources pour donner plus d’importance à son travail ? A-t-il cité sans mener des recherches sérieuses concernant ses sources ou bien s’agit-il simplement d’erreur dans ses recherches ? Beaucoup d’hypothèses sont possibles et invitent à débat encore aujourd’hui.

De manière générale, Conti a attribué à tort certaines de ses citations. C’est l’une de ces références erronées qui m’a conduite à me questionner sur la forme courante de la « Corne du Veſpre ». Conti, dans le livre V, chapitre VIII sur les Satyres, cite l’auteur Arrien [Arrian] qui nomme un Golfe, celui de la « Corne du Veſpre ». Je me suis questionné·e sur l’existence géographique de ce lieu, ainsi que sur son emplacement. Mon premier réflexe a été de regarder sur Google, réflexe classique au XXIème siècle. Malheureusement je n’ai trouvé aucune réponse satisfaisante puisque le terme « Veſpre » était inexistant. Puisque le terme « Corne du Veſpre » est inexistant, j’ai donc pensé à consulter différents sites traitant du terme « vèspre », « vesprée », ou encore « vêpres », puisque la disparation « ſ » (s long) a été remplacé par « s » (s rond) avec le temps. Malheureusement je n’ai rien trouvé qui puisse m’aider. Je me suis donc dit qu’il fallait me tourner directement vers le texte cité, afin de voir les traductions plus récentes de la « Corne du Veſpre ». Cependant, en cherchant en vain le texte d’Arrien d’où proviendrait la citation, j’ai réalisé que Conti avait attribué à tort cette citation. En effet, Conti parle dans ce passage de « Hannon, Capitaine des Carthaginiens », il parle ainsi en réalité du Périple d’Hannon. Il s’agit d’un texte différent n’appartenant pas à Arrien. Une fois que j’ai réalisé que je cherchais la mauvaise source, je me suis réorienté et j’ai cherché sur Gallica différentes éditions du Périple d’Hannon.

Au fil de mes recherches j’ai finalement trouvé une œuvre qui répondait partiellement à ma question. Il s’agit de la Carte de la navigation d’Hannon, sur les côtes d’Afrique, dressée pour le mémoire de M. De Bougainville, réalisé par Robert de Vaugondy et gravé par Guill. De la-Haye en 1786.

 

Carte de la navigation d’Hannon, par Vaugondy et De la Haye, 1786

 

La carte retrace le voyage d’Hannon sur le continent Africain. Nous pouvons voir que la carte comporte deux golfes : le Golfe de la Corne de l’Occident et le Golfe de la Corne du Midi. Nous nous questionnons à présent sur laquelle est la fameuse « Corne du Veſpre ». En regardant à nouveau le texte de Conti, dans sa citation, il ne donne comme autre précision que le fait qu’une île se tient proche du Golfe. Cela nous pousserait donc à choisir le Golfe de la Corne de l’Occident, plutôt que la Corne du Midi. En effet, la Corne de l’Occident ne contient qu’une île alors que la Corne du Midi en contient deux. Cependant, il ne s’agit là que d’une supposition de ma part, je n’ai donc pas de réponse finale à ma question.

 

 

[1] Gysembergh, Victor. (2020). “La réputation sulfureuse de Natale Conti, helléniste faussaire.” La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627), dir. Céline Bohnert et Rachel Darmon. Reims, Épure.

 

 « Eupheme » ou la modernisation de la langue à travers le temps

Travailler sur des textes anciens nécessite d’apprendre comment les moderniser ou au contraire, comment les préserver de toute modernisation. Lorsqu’une nouvelle édition est publiée, les éditeurs scientifiques doivent réaliser différents choix pour l’adapter : faut-il garder le texte à l’identique, tout en gardant les caractères anciens ? Faut-il moderniser les caractères anciens en retirant par exemple les « ſ » (s long) pour les remplacer par des « s » (s rond) ? Cela nécessite ainsi de se questionner sur la volonté de partager le texte le plus proche possible de son original, à défaut de le rendre plus facilement lisible et facile d’accès, ou bien au contraire de l’adapter et de moderniser certains termes pour l’adapter à un nouvel horizon d’attente, tout en s’éloignant du contenu original quitte à perdre en précision. La question se pose notamment pour les noms propres, entre héritages grecs et héritages latins, la publication de nouvelles éditions à travers le temps va parfois garder un nom de manière identique, ou bien l’adapter à une forme plus couramment utilisée à l’époque, ou bien encore le franciser pour le moderniser ‒ même s’il ne s’agit pas de sa forme la plus courante à l’époque.

En travaillant sur l’édition de 1627 de Conti, j’ai été surpris·e de trouver le nom « Eupheme », provenant d’un écrit de Pausanias, alors que je ne retrouve pas ce même nom dans différentes éditions récentes de Pausanias. J’ai donc creusé un peu plus pour savoir ce qu’il était advenu de ce fameux « Eupheme » à travers le temps. Comme toujours, mon premier réflexe a été de sortir mon bon ami Google et de voir ce qu’il me proposait. Plus précisément, j’ai recherché la Description de la Grèce de Pausanias, texte original d’où provient le nom, afin de cibler les différents passages où « Eupheme » est évoqué.  Je suis tout d’abord tombé sur le site de Remacle, où le texte entier de la Description de la Grèce : L’Attique est disponible. En utilisant l’outil de recherche rapide Ctrl+F, j’ai repéré une occurrence pour « Euphémus Carien ». Après une lecture du passage afin de m’assurer qu’il s’agissait bien du même personnage que chez Conti, j’ai noté cette occurrence. Dans cette version en ligne, on retrouve donc le nom latin accolé à la région d’où le personnage provient. Il s’agit d’un procédé couramment utilisé lors de la première modernité (XVI-XVIIIème siècle) afin de franciser les noms anciens, encore utilisé dans cette édition du XIXème siècle. Une seconde occurrence qui a attiré mon attention fut le nom « Euphémé ». Trouvé sur le site Remacle et sur le site Mediterranees, le personnage n’était cependant pas le même. Il ne s’agissait plus ici de l’explorateur « Eupheme » mais bien de « Euphémé », nourrice des Muses. Il m’a donc fallu faire attention à cette occurrence lors de mes recherches pour éviter de fausser mon indexation. En continuant mes recherches sur le site Mediterranees, j’ai trouvé de nouvelles occurrences traitant du nom « Eupheme », provenant d’un autre chapitre de Pausanias. Il s’agit bel et bien ici de notre explorateur. Le nom « Eupheme » n’a donc pas entièrement disparu. Cependant, pour ce même passage, le site Remacle traduit à présent « Eupheme » en « Euphémos ».

Après toutes ces recherches plusieurs questionnements sur la meilleure modernisation à garder du nom « Eupheme », c’est finalement cette dernière occurrence que j’ai choisie, et ce, car il s’agit de la modernisation choisie par l’édition des Belles Lettres, une édition de référence en la matière.

 

La transcription et l’indexation de différents chapitres de Conti m’ont par conséquent amenée à réexaminer ma manière de travailler et plus précisément ma manière de mener mes recherches. À défaut de me référer immédiatement à Google pour me diriger vers différents textes et me repérer dans ces derniers, j’ai appris à mieux manœuvrer directement depuis les textes originaux pour assurer une meilleure véracité des propos que je cite. A la différence de l’outil Google qui m’indique l’occurrence recherchée dans le texte, isolant la partie qui m’intéresse, devoir feuilleter les œuvres originales me force à avoir une meilleure connaissance des textes et de leur contexte. Cela m’apporte une compréhension différente et ainsi de nouvelles opportunités que je n’aurais pas nécessairement remarqué avant. Par ailleurs, travailler sur des textes anciens a ses propres challenges et m’a permis de m’améliorer afin d’avoir une lecture plus fluide et plus rapide de textes non modernisés.



Citer ce billet
DUPUIS Charline (2024, 13 mai). Conti au XXIème siècle : de ses références à sa modernisation. Mythologia. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o3h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.