Odyssée d’étudiantes du Master L&H au sein du projet Mythologia

Les étudiants du Master Lettres & Humanités (URCA) ont participé au projet Mythologia dans le cadre du cours de philologie numérique. Pour clore l’expérience, ils ont été invités à rédiger un rapport d’étonnement sur leur expérience. Vous découvrirez ci-dessous l’un de ces six textes.
*

Première approche de Mythologia : un regard neuf sur un site en développement constant

Dans le cadre de notre master de Lettres et Humanités, nous avons pu découvrir le projet Mythologia lors du cours de « Philologie Numérique ». Céline Bohnert nous a ouvert les portes de ce projet afin de nous faire découvrir les étapes essentielles du processus d’édition numérique de l’œuvre de Natale Conti. Tout d’abord, en tant que néophyte, notre regard sur le site du projet a permis de mettre en avant certains points qui nous ont étonnés. C’est au cours de la première séance que nous avons découvert le site afin de nous familiariser avec le projet et de nous approprier sa disposition.

Voici les points d’étonnement qui nous ont semblés pertinents et que nous avons retenus.

Esthétiquement sur la page d’accueil du projet, nous avons été surprises que le bandeau de circulation n’apparaisse pas en tête et qu’il soit nécessaire de descendre sous la présentation du projet. Sur certains sites, ce bandeau suit le mouvement de la page et apparaît constamment en tête de la page. En effet, lors d’une première prise de contact avec le projet, il nous semble important d’avoir le bandeau circulation apparent afin de nous orienter à travers le projet de recherche et de faciliter le déplacement à travers les divers et nombreux onglets que présentent le projet. Notre étonnement s’ancre dans une attente des usagers du web où l’on recherche une ergonomie efficace et une facilité d’accès aux informations. Cette attente est en constante évolution et nécessite une réflexion afin de chercher à rendre accessibles ces informations aux usagers. Comme l’indique Christophe Schuwey dans son article « Humanités numériques et études littéraires : une question d’interfaces[1] », l’esthétique est un enjeu indissociable de l’interface puisque les données nécessitent d’être représentées donc accessibles, sans quoi elles sont inutiles et inutilisables. Cet esthétisme renvoie au confort de l’usager.

Nous avons comparé la page d’accueil du projet à celle de l’Université Reims Champagne Ardenne. Il s’agit d’une comparaison uniquement visuelle des deux pages, sur celle de l’URCA, le bandeau de circulation du site apparait et la circulation pour l’usager y est facilité.

Nous n’avions pas pris en compte que la création d’un site se fait en fonction de l’usage de celui-ci et que l’ergonomie est un point qui nécessite à la fois des moyens humains et financiers tout en demandant du temps. En effet, les attentes sont différentes pour un projet comme Mythologia, le public visé est la communauté savante qui est prête à fournir plus d’effort pour trouver des informations. Il s’agit de répondre au mieux aux demandes des chercheurs, ce qui ne correspond pas à tous les types d’usagers et à toutes les attentes. L’ergonomie est un point essentiel pour le projet mais qui demande un certain recul et qui est en permanence retravaillée afin de pouvoir s’adapter au fur et à mesure aux attentes des chercheurs.

Page d’accueil du projet Mythologia
Page d’accueil du site de l’URCA

Un autre point que nous avons noté est que le site est construit dans une optique d’inclusion, qui est une question essentielle dans l’interface. Dans cette mesure, toutes les parties rédigées ne sont pas justifiées afin de permettre à des personnes atteintes de dyslexie de pouvoir lire sans difficultés. Ainsi, l’inclusion semble être importante pour le projet et nous avons été étonnées de voir une frise chronologique construite uniquement dans un camaïeu de bleu ce qui peut engendrer une difficulté pour les personnes atteintes de daltonisme. Il faut prendre en compte la temporalité de ce type de projet qui suppose des moyens humains et un disclaimer peut être envisagé sur la page d’accueil afin de montrer l’attention du projet sur ce type de problématique.

Frise chronologique dans l’onglet « Biographies »

Ce travail d’agencement d’un site internet est pertinent pour notre avenir professionnel. En effet, les métiers du numérique se développent de plus en plus et la nécessité de maîtriser ces outils devient impérative. Ces métiers de la communication et du numérique sont des débouchés envisageables à la suite de notre master Lettres et Humanités – comme indiqué dans l’intitulé du master. De plus, le maniement d’un site internet peut être utile hors du cadre professionnel. Nous en voyons la praticité à travers le travail bénévole ou personnel dans la création et la gestion de blog.

 

Au cœur du sujet : se confronter aux problèmes d’indexation

Les étapes du processus d’édition auxquelles nous avons été initiées sont la transcription et l’indexation. Une des manières de nous familiariser au mieux avec le projet a été de nous attribuer un des chapitres à traiter en vue de son indexation. Mme Bohnert nous a attribué le chapitre IX intitulé « D’Endymion » dans le livre IV de l’édition de 1627 sur lequel nous avons travaillé et que nous avons indexé. Dans le cadre de ce travail d’indexation, il a fallu parfois rechercher des termes et effectuer leur relevé, ce qui nous a confrontées à certaines difficultés.

Concernant les toponymes à la page 314, nous avons été étonnées en entrant le nom de “la ville d’Héraclée” dans la base de données que deux villes d’Héraclée était proposée “Héraclée de Trachis” et “Héraclée du Pont”. Nous avons donc dû effectuer des recherches plus exactes sur la ville évoquée par Natale Conti dans ce passage. Le texte nous informe que la ville se trouve près de « la montagne de Carie », la Carie étant une région. Il s’est avéré que notre ville ne correspondait à aucune des propositions déjà indexées. La ville d’Héraclée de notre chapitre correspond à la ville d’“Héraclée du Latmos” et n’avait pas encore été citée dans l’indexation. Nous avons donc été particulièrement étonnées, vis-à-vis des toponymes notamment, que le texte ne soit pas plus précis et ne donne pas l’entièreté du toponyme. Il est possible de supposer qu’il s’agit d’une spécificité de la réflexion de l’époque, c’est-à-dire que les lecteurs de Natale Conti, avaient cette clé de compréhension et n’avaient pas besoin de précision. En effet, peut-être qu’en précisant la montagne Latmos, le lecteur de l’époque comprend plus facilement que nous de quelle ville il s’agit bien que plusieurs portent un nom identique. Cela montre qu’il nous manque des clés de compréhension, qu’elles se sont perdues et qu’il nous faut davantage de recherche pour comprendre à quelle ville notre auteur fait référence ou bien que l’effet d’érudition de notre auteur suffît à son lectorat.

Exemple de propositions pour l’indexation

Certains passages nous ont aussi posé des problèmes de compréhension, ce qui a été le cas à la page 314 au début de la présentation de Conti lorsqu’il évoque la généalogie d’Endymion. En effet, afin de comprendre pleinement de quoi il était question, nous avons dû nous référer au texte latin. Il était alors important de comprendre le sens de « combien que les autres le fassent fils de la Mort, les autres de Mars » afin de savoir de quel personnage il était question et pouvoir l’ajouter à sa description. Nous hésitons alors entre le personnage d’Endymion ou Aetole. En portant notre attention vers texte latin, nous avons pu avoir un autre point de vue qui a permis d’affiner notre analyse et d’en conclure que c’est Aetole qui est “fils de la Mort, [ou] de Mars” et non Endymion.

Ce travail d’édition d’un texte ancien notamment au travers de l’indexation présente un intérêt dans le cadre de notre travail de recherche. En effet, Madeleine travaillant sur un texte latin du XVIIe siècle a eu une certaine facilité dans la compréhension de la typographie et d’indexation puisqu’elle recherche à travers un texte la présence de saint Augustin. De plus, dans le cadre professionnel notamment dans le monde des bibliothèques et du livre, il est pertinent de savoir manier les Humanités numériques qui font désormais parties intégrantes à nos manières de faire.

 

Ces problématiques rencontrées nous ont permis une expérience immersive au sein du projet porté par Céline Bohnert. Ainsi, nous confronter à cet exercice nous a donné l’opportunité de mettre en pratique les différents cours théoriques de numérique auxquels nous avons assisté pendant notre parcours et qui nous paraissaient difficile à lier au monde professionnel. Bien que Natale Conti nous fût tout à fait étranger, à l’instar du processus d’édition d’un texte ancien, Mme Bohnert nous a accompagnées dans la voie à suivre jusqu’à la constitution de ce billet final, représentatif de notre apport. Enfin, nous portons une fierté particulière à ce que notre nom puisse paraître dans un projet d’une tel envergure, et peut être la trace de notre labeur nous survivra-t-elle aussi longtemps que ce site évoluera et existera.

[1] SCHUWEY Christophe, « Humanités numériques et études littéraires : une question d’interfaces », La lettre de l’InSHS, septembre 2018, pp. 25 à 27.



Citer ce billet
Madeleine Delatte et Cellia Colantonio (2024, 14 mai). Odyssée d’étudiantes du Master L&H au sein du projet Mythologia. Mythologia. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://mythologia.hypotheses.org/3161

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.