Le projet Mythologia vu par deux étudiants de master

Les étudiants du Master Lettres & Humanités (URCA) ont participé au projet Mythologia dans le cadre du cours de philologie numérique. Pour clore l’expérience, ils ont été invités à rédiger un rapport d’étonnement sur leur expérience. Vous découvrirez ci-dessous l’un de ces six textes.

*

Au cours de notre année de M1, nous avons été amenés à découvrir le projet Mythologia dans le cadre du cours Humanités numériques. Il nous a été demandé à cette occasion de faire part de nos retours au sujet de notre expérience ; nous avons donc quelques points à évoquer, notamment afin de contribuer au perfectionnement de ce programme de recherche.

La réalité d’un texte du XVIIe siècle

Tout d’abord, nous avons été déroutés par notre premier contact avec le texte de Natale Conti. Il nous a en effet été présenté comme une encyclopédie chargée de recenser le savoir mythologique, et nous nous attendions en conséquence à être mis en contact avec des informations précises et exhaustives, éclairantes. Or, le texte manquait de clarté, se montrait parfois assez flou voire obscur dans ses explications générale, manquait de structure et d’organisation dans son propos. De ce fait, de notre point de vue moderne, il était difficile de comprendre un certain nombre de références dont nous n’étions pas les destinataires d’origine, puisque nous ne correspondions pas au lecteur implicite de Natale Conti. Par exemple, les ouvrages dont le contenu était cité dans le texte n’étaient pas systématiquement nommés. Nous avons pu le constater car Conti a notamment utilisé les propos de Virgile sans évoquer son nom ni celui de son ouvrage pour relier l’histoire d’Eurydice à celle d’Aristée.

Extrait des Géorgiques de Virgile où figure l’histoire d’Eurydice.
Extrait de l’article de Conti sur Aristée mentionnant Eurydice sans citer Virgile.

Les habitudes bibliographiques, autrement dit les manières de renvoyer à d’autres textes, sont donc différentes dans le texte de Conti par rapport à d’autres documents de son époque [et plus encore par rapport à notre époque]. Ici, en l’occurrence, puisque le public visé est essentiellement non érudit, alors on ne précise pas les références citées qui sont soit déjà connues de ce public, soit considérées comme trop savantes pour lui.

Extrait des Métamorphoses d’Ovide ; manière de référencer une source dans les textes de l’époque dont Conti se distingue.

Nous avons donc pris conscience de l’importance de sourcer la moindre donnée afin de permettre au lecteur de vérifier par lui-même les informations fournies et de faciliter le travail de recherche, car il est très facile de s’y perdre lorsque tout n’est pas correctement recensé, ce qui peut conduire à des méprises.

Dans ce même contexte encyclopédique, nous nous attendions à des localisations précises pour les toponymes évoqués et avons été surpris que ce ne soit pas le cas dans notre texte : par exemple, nous avons observé dans notre chapitre l’expression « Isles de l’Archipel », qui correspondait finalement à une île de la mer Égée que nous n’avons pas pu précisément identifier au vu du peu d’informations dont nous disposions. De même, certaines formes de toponymes nous ont semblées atypiques, à l’instar des « confins d’Hémon » pour faire référence à l’Hémonie. Ici, on constate que la forme poétique est privilégiée au détriment de la factualité et de la clarté de l’expression que l’on pourrait spontanément attendre d’une encyclopédie contemporaine. La notion de géographie était vraisemblablement perçue différemment au temps de Conti, en tant qu’elle fait appel à des propos mythologiques qui ne sont donc pas purement objectifs. L’attractivité du texte paraissait alors primer sur l’intelligibilité de l’information.

De même, certaines distinctions ne sont pas clairement établies au sein du chapitre : plusieurs personnages portent le même nom, et il est difficile de déterminer quelles actions sont associées auquel d’entre eux. À l’inverse, certains personnages sont désignés par plusieurs noms différents. Nous avons rencontré le cas d’Aristée qui pouvait également s’appeler Nomius, Agrée, Battus, etc.

Extrait de l’article de Conti concernant les divers noms d’Aristée.

Nous avons également constaté qu’il y avait de nombreuses répétitions au sein du texte : il est dit plusieurs fois qu’Aristée est l’inventeur de l’huile et du miel, ou bien qu’il est le fils d’Apollon et de Cyrène, à parfois seulement quelques lignes d’intervalle, ce qui peut être déroutant. Nous avons supposé que ces répétitions pouvaient être dues à l’accumulation de sources différentes par Conti qui ne recouperait pas les informations similaires. Lesdites répétitions sont par ailleurs couplées à des digressions au sujet d’autres personnages : nous avons observé l’intégration de l’histoire de Cyrène avant sa rencontre avec Apollon au cours du texte étudié. Cela s’oppose à l’esprit de synthèse que nous attendons à notre époque d’une encyclopédie, qui va privilégier alors l’accessibilité et la concision de l’information. L’élaboration et la transmission des savoirs semblent donc avoir évolué entre l’époque de Conti et la nôtre, et il convient de le prendre en compte lorsque l’on étudie des textes d’époque plus anciennes.

Certaines de nos sources d’étonnement émanent, en outre, de la découverte que constitue pour nous ce texte à visée encyclopédique du XVIIe siècle, qui semble fondamentalement différent de notre conception contemporaine, notamment concernant la lisibilité du document. Nous sommes en effet habitués à des versions sur lesquelles un travail d’édition a déjà été effectué afin de rendre le texte accessible au lecteur, et pas à un texte d’époque sous sa forme d’origine. Nous confronter aux différences graphiques a été une première étape de notre compréhension du texte, mais apprendre à appréhender cette autre conception de l’encyclopédie a été notre difficulté majeure. Cela nous a permis de prendre conscience de la réalité d’un texte du XVIIe siècle. Dans le cadre de notre mémoire, avoir été confrontés à un texte de cette époque nous encourage à consulter des sources éventuellement sous leurs formes non modernisées car avoir eu ce premier contact nous a familiarisés avec cette expérience. L’un de nos mémoires traite notamment de la réécriture de la mythologie dans Percy Jackson et être capable de lire un texte d’origine, par exemple sur Gallica, peut être utile pour obtenir des informations sur le modèle de l’épopée ou sur les mythes dans des livres qui n’auraient pas forcément été modernisés. En revanche, les éditions critiques annotées sont aussi une source importante pour nos recherches car, quand on ne comprend pas une référence, il est parfois intéressant d’avoir l’avis d’un expert sur le sujet.

 

L’indexation : entre instabilité de la langue et modernisation du texte

La manière de relever certaines métadonnées dans le cadre du projet Mythologia a également retenu notre attention. Au cours de notre indexation, nous avons été étonnés de constater que le mot « Nymphe » était à relever dans les noms cités, alors même que le mot « Dieux » ne l’était pas, ce qui nous a semblé relativement contradictoire. De même, concernant les identifications de personnages, alors que les époux sont à prendre en considération, l’absence de relevé des amants nous a rendus quelque peu perplexes alors que beaucoup de couples mythologiques n’étaient pas mariés. Le risque serait de passer à côté d’informations intéressantes dans le cadre de l’indexation.

[Note de l’enseignante : le travail d’indexation tiendra désormais compte de cette remarque]

L’identification des entités nous a aussi posé problème lorsque nous avons découvert dans le texte les formes « le Soleil » et « les Étésies ». En effet, le Soleil était tantôt personnifié, tantôt ne l’était pas, alors que les Étésies étaient « invoquées » en tant que divinités. Nous avons préféré relever le Soleil comme entité pour les pages où il était personnifié et ne pas le faire pour les Étésies qui ne le semblaient pas suffisamment dans nos extraits, mais la nuance est mince et il est ici question d’interprétation plus que d’un simple relevé mécanique. Il serait peut-être plus simple de relever ces métadonnées en tant qu’entités dans tous les cas pour éviter d’en manquer et de faire une distinction peut-être artificielle entre deux concepts qui n’étaient conçus que comme un seul à l’époque de Conti.

Extrait de l’article de Conti sur Aristée à propos des Étésies et du Soleil. 

De plus, la modernisation des noms n’est pas toujours évidente à appréhender. La consigne est de conserver une forme proche du texte de Conti, de préférence proche du latin plutôt que du grec, tout en la modernisant. Nous avons rencontré des difficultés avec les noms « Nomie » et « Agree ». Pour « Nomie », nous avons notamment trouvé des variantes telles que « Nomios » et « Nomius ». Que privilégier entre « Nomie », fidèle à Conti mais peu employé, et « Nomius », plus proche du latin ?  Pour « Agree », nous avons rencontré les formes « Agrée », « Argeus », ou bien encore « Argée ». La même question s’est posée. Finalement, nous avons opté pour les formes « Nomius » et « Agrée » pour rester proches du texte de Conti tout en modernisant sensiblement ces noms propres. Nous avons à cette occasion pu prendre conscience de l’importance de l’instabilité de la langue à l’époque de Natale Conti, que l’on retrouve tout au long du texte au travers d’expressions telles que « lyon/lion » ou bien « Eurydice/Euridice ». Cela supposait à cette époque une certaine liberté dans la graphie des noms, et ce tant en synchronie (au sein du texte) qu’en diachronie (dans le temps).

Extrait de l’article de Conti sur Aristée dans lequel on trouve deux graphies différente pour le substantif « lion ».

Natale Conti lui-même possédait plusieurs noms différents, ce qui démontre combien la graphie était soumise à des variations même pour des noms propres impliquant des personnes qui ne seraient pas issues de la mythologie. Cela nous a parfois posé problème pour trouver une orthographe modernisée d’une partie des données. Par exemple, nous avons rencontré dans notre texte l’expression « Île de Cee » pour laquelle il a fallu faire de nombreuses recherches avant d’aboutir à la version modernisée « île de Kéa ». En effet, puisque nous ne trouvions aucune équivalence moderne pour « Cee », nous avons commencé par regarder dans l’autre version française de Conti retenue par le projet Mythologia. Nous avons remarqué avec une recherche dans l’ensemble du document que la mention « Cee » renvoyait à l’article d’Apollon qui mentionnait un certain « Cyparisse ». Après quelques recherches, nous avons découvert dans Les Métamorphoses d’Ovide que Cyparisse était dit natif de l’île de Céos, aujourd’hui appelée île de Kéa.

Extrait des Métamorphoses d’Ovide évoquant l’île de Céos.

Ainsi, les versions modernisées de l’époque ne correspondent pas toujours à nos versions contemporaines et s’éloignent parfois même radicalement du latin. La naissance de l’Académie française en 1635, soit huit ans après la dernière édition française de Conti, permettra de fixer l’orthographe et de garantir une certaine homogénéité au sein des textes ultérieurs.

Faire des recherches dans ce texte pour trouver l’origine des noms nous a appris à vérifier, même lorsque cela semblait évident, si les termes auxquels Conti faisait référence étaient bien les personnages et lieux qui nous venaient spontanément à l’esprit. Cela nous encourage dans nos mémoires à ne pas nous précipiter sur la première interprétation envisagée et à toujours effectuer les vérifications nécessaires au préalable.

 

L’étape de la transcription : comment concilier les codes de l’époque de Conti et ceux de la nôtre

Ensuite, la transcription a été pour nous une découverte qui a donné lieu à quelques remarques. En effet, nous avons tout d’abord constaté que malgré les avancées technologiques majeures de notre époque, l’OCRisation demeurait encore imparfaite et source de nombreuses erreurs que nous devions dès lors corriger manuellement. Les lettrines notamment ont posé problème, mais pas seulement puisque l’écriture tapuscrite donnait lieu à des incertitudes pour le logiciel : les « r » et les « t » pouvaient être assez similaires en termes de forme, ce qui a vraisemblablement compliqué l’OCRisation.

Extrait de l’article de Conti sur Aristée : exemple du mot « civilité” pour illustrer la ressemblance des « t » et des « r ».

 L’utilisation d’une police avec serif à l’instar de la Times New Roman nous a permis de repérer les confusions qu’avait pu faire le logiciel entre les « l » et les « I » qui sont faciles à confondre et qui ont été assez nombreuses dans notre portion du texte. Ce travail demande donc une grande méticulosité.

Nous avons également été surpris par la présence de fautes dans le texte, notamment des oublis de lettres pour lesquels nous avons dû effectuer les corrections nécessaires. Il a été question dans notre texte d’un « où » qui ne possédait pas d’accent,

Extrait du livre de Conti où le mot « » ne possédait pas d’accent.

ou bien encore du mot « entiement » qui figurait au lieu de « entièrement ».

Extrait du livre de Conti où le mot « entiement » figure à la place de « entièrement ».

Nous nous sommes également retrouvés confrontés à un étrange cas de figure lorsque nous avons découvert le mot « Erïunius », vraisemblablement latin mais pourtant porteur de trémas inhabituels qui ne semblaient pas provenir de taches. Nous ne sommes pas parvenus à percer le mystère.

Extrait du livre de Conti où figure le mystérieux mot « Erïunius ».

Enfin, nous n’avions pas envisagé au premier abord le choix d’une transcription semi-diplomatique, qui pose un certain nombre de questions, bien que cela nous semble cohérent au vu de la démarche d’ensemble du projet Mythologia qui propose aux usagers non scientifiques d’accéder à la recherche littéraire. En effet, les consignes du projet suggèrent de maintenir l’usage des « v » et les « u », ces premiers étant utilisés essentiellement en début de mots, tandis que les autres le sont plutôt dans le reste desdits mots. De même, il s’agit de conserver les « ſ » et les « s » – ces derniers se trouvant uniquement à la fin des mots, contrairement aux premiers – et respecter les tildes au-dessus des voyelles lorsqu’une abréviation était signifiée par ce biais. Ce respect du texte original nous a permis de conserver la graphie de l’époque de Conti et de mieux comprendre les codes de ce siècle, donc d’évaluer les différences avec les nôtres. 

Ne pas respecter les retours à la ligne du texte initial [ils sont respectés] ou retirer les titres courants, de même que les marques de numérotation des cahiers, nous a en revanche semblé pertinent afin de conférer une certaine plasticité au texte. Nous avons compris qu’il s’agissait de respecter l’œuvre de Conti et ses règles, tout en permettant un accès facilité aux lecteurs modernes. C’était intéressant de trouver une conciliation entre ces deux époques à l’aide d’une transcription semi-diplomatique, sans dénaturer le texte d’origine. Si le texte obtenu se veut relativement similaire à sa version originale, nous remarquons cependant en contrepartie que la lecture reste difficile pour un lecteur contemporain et qu’il est difficile de trouver un équilibre satisfaisant : des concessions doivent toujours être faites d’une manière ou d’une autre.

Travailler sur la transcription de ce texte nous a donc entraînés à mieux lire un document dans lequel certaines lettres seraient confondues comme cela était d’usage du temps de Conti, ce qui pourrait nous être utile en cas de contact avec d’autres œuvres de cette période historique.

 

Un site soucieux de son lecteur, mais encore à perfectionner

Enfin, nous avons découvert le site Mythologia dans lequel certains points ont retenu notre attention. Tout d’abord, nous avons constaté que la taille de police était relativement réduite, ce qui n’était pas forcément agréable à la lecture. La navigation, de plus, n’est pas instinctive et demande un certain temps d’adaptation, en raison entre autres du bandeau de recherche qui figure assez bas, contrairement à ce que l’on retrouve dans une majorité de sites web. Alors que le site permet de présenter l’avancement de la recherche autour du projet à un public non scientifique et alors que le projet cherche à se rendre accessible au plus grand nombre, cela pourrait décourager certains utilisateurs prématurément.

Nous avons pu également noter quelques dysfonctionnement sur le site, qui sont normaux puisqu’il n’est pas encore finalisé. Par exemple, certains liens ne fonctionnaient pas lors de notre première visite, comme celui du « Iconographic Database du Warburg institute », figurant dans la page « Avancement du projet ». La page ne semble toujours pas réparée au moment où nous rédigeons cet article.

Capture d’écran du site du projet lorsque l’on clique sur le lien « Iconographic Database du Warburg institute ».

Nous avons également repéré un problème généralisé concernant la traduction vers l’anglais qui ne pouvait se faire correctement à cette occasion. L’information a été remontée et va amener à des corrections adaptées. Concernant ce point, nous avons remarqué également que les textes en français sur les cartes, lors du passage du site à l’anglais, ne pouvaient être traduits en raison du format .jpeg qui empêche ce genre de transformation de contenu.

Nous avons, en outre, constaté que la saisie semi-automatique lors des relevés de métadonnées portant sur les toponymes nous proposait « Mer d’Egée » au lieu de « Mer Egée » dans la partie « édition » du site. Nous avons vu que ce problème avait été corrigé très rapidement après notre remarque à ce sujet.

En revanche, la numérisation du texte de Conti est bienvenue. Facile à exploiter, elle permet de zoomer facilement et de circuler de manière fluide au sein du document, et ce d’autant plus que le texte est tout à fait lisible. Nous avons également pu remarquer que le site arborait de nombreuses illustrations, des cartes, des photographies de l’équipe de recherche afin d’être attrayant et concret, ce qui est une très bonne idée et invite à la lecture. Toutefois, dans cette dernière partie du site mentionnée, certaines photographies devraient peut-être être bien retaillées afin de ne pas aplatir les visages.

Capture d’écran du site du projet à propos des photographies de l’équipe.

Pour finir, le site propose de nombreux liens pour rediriger sur un grand nombre de pages, nous donnant un contenu dense à explorer. En conséquence, il est parfois un peu difficile de se repérer dans la structure du site qui comporte de nombreux embranchements. Cela devrait peut-être être simplifié en mettant l’accent en priorité sur certaines parties du site plus susceptibles d’intéresser un lecteur moderne à première vue, afin de susciter son attention et l’inviter à en découvrir davantage.

 

Pour finir, nous remercions l’équipe du projet Mythologia de nous avoir accueillis et d’avoir pris en compte nos avis sur sa démarche de recherche.



Citer ce billet
Awen Carré / Charley Lecoq (2024, 11 mai). Le projet Mythologia vu par deux étudiants de master. Mythologia. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o3f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.