Indexation et transcription, une nouvelle vision de la recherche

Les étudiants du Master Lettres & Humanités (URCA) ont participé au projet Mythologia dans le cadre du cours de philologie numérique. Pour clore le cours, ils ont été invités à rédiger un rapport d’étonnement sur leur expérience. Vous découvrirez ci-dessous l’un de ces six textes.
*

Le 12 février, vous nous avez présenté votre projet sur les Mythologiae libri decem (“Les dix livres de la mythologie”) de Natale Conti. Cette encyclopédie, ou mythographie, de 1567 est un puits d’informations sur les mythes connus à cette époque, et un carrefour entre les différentes cultures de différentes époques. Ce texte est donc une source d’informations, un lieu où se transmettent et s’élaborent des savoirs, qui analyse le legs antique au regard du présent. Conti cite également de nombreux auteurs afin d’appuyer son propos, bien que l’authenticité de certaines de ces sources ne soit pas attestée.

Vous avez pour projet de recherche d’analyser en profondeur ce texte afin de collecter les données et les indexer, afin de les rendre accessibles à la recherche. Cette entreprise est de grande ampleur, étant donnée la longueur du texte, ses différentes versions, et la quantité d’informations qu’il contient. Cette véritable mine qu’il faut creuser petit à petit afin d’en tirer la substantifique moelle. Grâce à vous, nous avons pu nous plonger pleinement dans cet univers à la fois complexe et intrigant, afin de toucher physiquement à la recherche. Les deux principaux travaux que vous nous avez demandés consistaient en l’indexation d’un texte, et, ceci fait, la transcription d’un autre.

Ce rapport vise à retranscrire les difficultés et questionnements que j’ai rencontrés dans l’un ou l’autre des travaux. Je vais donc présenter dans un premier temps les difficultés que j’ai rencontrées de l’indexation de la généalogie, puis mon étonnement face à la méthode de transcription, et enfin en quoi ces travaux m’ont fait avancer dans mes recherches et ma culture.

La première grande partie de ce travail était l’indexation. Vous m’avez attribué le 12e chapitre du livre V de la version de 1627, « Des Oréades ». J’ai ainsi découvert ce texte par plusieurs lectures, surligneur et crayon à papier à la main. Un fois les catégories les plus simples passées, avec bien sûr leurs difficultés et questionnements, il a fallu s’attaquer à celles qui posent plus de problèmes. L’un d’entre eux, et celui qui m’a la plus perturbée, est la généalogie. En effet, cet ouvrage est une présentation étiologique du monde et des mythes, et propose une généalogie de divers personnages, divins ou non, afin de servir ce projet encyclopédique. Cependant, ces liens généalogiques ne sont pas toujours précis, Conti propose parfois différentes étymologies pour un même personnage. Il faut donc faire une différente entrée pour chaque version de la généalogie. Par exemple, Conti dit dans son texte : « Charon de Lampſac écrit que Arcas, fils de Iupiter & de Calliſto, ou d’Apollon ».

Ainsi nous ne savons pas laquelle de ces propositions croire. Ces occurrences vont à l’encontre des attentes que l’on peut avoir en consultant ce texte de Conti. En effet, l’objectif lorsque l’on mène une recherche est d’obtenir des résultats précis, en particulier dans une encyclopédie.

Une autre difficulté qui s’est présentée à moi était de savoir si, au sein d’une généalogie, il fallait indiquer le lien de parenté dans les deux sens. Par exemple, lorsque le texte dit « Les Nymphes Oréades […] naquirent selon Strabon […] de Hecate et de la fille de Phoronée Calliſto », il faut évidemment faire une entrée pour les Nymphes, mais faut-il également faire une entrée pour Hécate, père des Nymphes, pour la fille de Phoronée, mère des Nymphes, et même pour Phoronée lui-même ?

J’ai néanmoins été rassurée de savoir que ce problème se posait également dans d’autres domaines, notamment lors d’un retour d’expérience de Ioana Galleron sur « Qu’est-ce qu’éditer numériquement un texte de théâtre? », séminaire tenu en distanciel le 5 avril 2024, de 16h à 18h[1]. En effet, elle a évoqué cette difficulté de savoir si lorsque l’on disait « sa tante » en parlant d’un personnage devait renvoyer uniquement à la tante en question ou bien également au personnage évoqué dans le «possessif  sa ». Pour répondre à cette question, il faut étudier les pour et les contres de chacune des méthodes. Ne pas indiquer le sens inverse de la relation généalogique pourrait lier à du silence et freiner la recherche, en n’affichant pas certains résultats qui semblent trop éloignés de la recherche. A l’inverse, indiquer tous les liens généalogiques et multiplier les entrées pourrait créer du bruit et noyer le résultat intéressant dans une marée de résultats liés mais inutiles pour la recherche en question.

L’indexation est également un travail qui demande de la recherche en dehors du texte en lui-même. Il faut en particulier rechercher, parfois loin, des informations sur les personnages, les textes cités ou les toponymes. En effet, certains toponymes sont aujourd’hui radicalement différents de leur équivalent au XVIe ou XVIIe siècle. Certains exigent de revenir au premier texte de Conti, ou dans des dictionnaires typologiques, comme le nom Nine qui désigne en fait Ninive, une ancienne ville d’Assyrie. Ce travail était intéressant et formateur, mais j’ai trouvé plus intéressant d’effectuer la vérification des extraits cités par Conti dans son texte. Nous avons la chance que Conti cite la provenance de ses sources, ce qui facilite la recherche. J’ai donc recherché sur divers sites, principalement Bibliotheca Classica Selecta qui offre la traduction de nombreux textes latins ou grecs, en parallèle du texte original. Ainsi, ce site nous permet de vérifier les citations données par Conti non seulement grâce à la traduction, mais également grâce au texte original. Ce travail est d’autant plus important que les sources citées par Conti ne sont pas toujours authentiques.

Plus largement, l’indexation est un travail complexe, non pas tant dans l’indexation elle-même que dans la préparation de cette indexation. En effet, la principale difficulté réside dans les choix à faire afin d’obtenir la meilleure indexation possible, et faciliter la recherche universitaire. Ce travail m’a permis de plonger au sein du travail de recherche que l’on n’imagine pas forcément derrière un site que l’on utilise pour ses travaux de recherche. L’indexation m’a poussée à me pencher sur l’analyse très précise d’un texte, de presque chaque mot, afin de les classer dans les différentes catégories. J’ai donc dû me questionner sur la légitimité d’un mot à appartenir à l’une ou l’autre catégorie.

 

La seconde partie de ce travail était la transcription du texte imprimé en un texte dactylographié. Je suis familière avec ce travail, car j’en effectue un semblable dans le cadre de mon mémoire. Cependant, chaque manière de transcription varie selon l’utilisation que l’on souhaite en faire. J’ai donc été surprise de constater que le but de cette transcription est de créer un texte numérique qui soit le plus proche possible du texte original, y compris par le choix de garder le ſ (s long). Ce choix dépend de l’utilisation que l’on veut faire du texte, et surtout de la manière dont on considère la langue. En effet, Frédéric Duval, dans son article “Les éditions de textes du XVIIe siècle”, nous dit :

“Le résultat en est une pratique ecdotique paradoxale qui voit les éditions de textes médiévaux fidèles aux graphies des manuscrits et les textes du XVIIe siècle très majoritairement modernisés, les seiziémistes balançant entre les deux solutions. Suivant cette logique contre-intuitive, moderniser, c’est admettre que la langue est proche de la nôtre ; conserver la graphie d’origine, admettre qu’elle s’en éloigne sensiblement.”

Ce choix a, encore une fois, ses avantages et ses inconvénients.

Le principal avantage de cette transcription est qu’elle reste proche du texte original et facilite donc la citation pour des travaux universitaires, sans avoir à modifier le texte pour lui rendre son aspect original. Cette démarche est intéressante pour la recherche car elle permet de ne pas avoir à revenir au texte original numérisé afin de connaître l’original.

L’un des principaux inconvénients est la lisibilité. En effet, il est plutôt compliqué de nos jours de lire un texte comportant des ſ, en particulier à cause de sa ressemblance avec le f. Il faut donc être au courant de ce phénomène et savoir reconnaître le ſ pour comprendre le texte, mais la lecture est ralentie et rendue plus pénible, du moins pendant un temps. Cela peut donc être considéré comme une forme d’obstacle à la recherche, qui est facilitée lorsque le texte est clair et modernisé. Cependant, le texte numérisé, même avec les ſ, reste plus facile à lire que la version imprimée du XVIIe siècle.

Ce choix de garder les ſ, choix qui m’a quelque peu déconcertée, est donc la traduction d’une volonté de s’adresser à un public précis. En effet, le site de Mythologia est principalement adressé aux chercheurs et aux professionnels, et non au grand public. Cette destination du site à un public averti se voit non seulement dans les choix de transcription, mais aussi dans la lisibilité du site. En effet, le site comporte beaucoup d’informations qui ne sont pas toujours organisées comme on pourrait s’y attendre. Par exemple, sur le volet déroulant de la page d’accueil, l’onglet « circuler dans le corpus » n’est pas dans la catégorie « Le corpus » comme on le présumerait naturellement, mais dans la catégorie « Explorer le site – mode d’emploi ». Même en ayant reçu une présentation du site et des différents espaces, il m’arrive encore de me perdre dans les différentes ramifications.

 

Ainsi, ce travail de recherche m’a permis de découvrir différentes facettes d’un projet de recherche, ses difficultés et ses bénéfices. Il m’a plongée au sein de ce projet en mettant la main à la pâte. En plus de me faire découvrir un texte très intéressant pour la recherche mythologique, il m’a également présenté des pratiques de recherches différentes de celles que je connaissais et pratiquais. Et dans la recherche il est toujours important d’élargir ses horizons.

[1] Ioanna Galleron (2024, 5 avril). « Qu’est-ce qu’éditer numériquement un texte de théâtre ? Retours d’expérience », intervention dans le séminaire “D’autres Scènes”, dir. Christine Sukic et Sandrine Reyrolles. Les Carnets du CRIMEL. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mu5j



Citer ce billet
Constance ROGER (2024, 10 mai). Indexation et transcription, une nouvelle vision de la recherche. Mythologia. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o0n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.