Rencontre des projets Mythologia et SourcEncyMe à l’IRHT

Nota : ce billet a été mis en forme par Emmanuelle Kuhry. Il est également publié sur son carnet, Digigloses.

Vendredi 14 janvier 2022,  Jérémy Delmulle – Emmanuelle Kuhry, IRHT-CNRS), les organisateurs des “Petits Déjeûners Humanités Numériques de l’IRHT”, ont invité les protagonistes de deux projets d’édition numérique de corpus encyclopédiques : SourcEncyMe (dir. Isabelle Draelants, IRHT-CNRS) et Mythologia (dir. Céline Bohnert, Univ. de Reims Champagne-Ardenne / IUF).

Quels traitements numériques peut-on accorder aux encyclopédies, ces textes massifs qui organisent à chaque époque le partage des savoirs ? Et d’abord, qu’est-ce qu’une encyclopédie au Moyen Âge et à la Renaissance ? Comment les aborder aujourd’hui ?

On trouvera ci-dessous un compte-rendu retravaillé des échanges, accompagné des illustrations utilisées.

La seconde séance aura lieu le 3 juin autour du thème : Réflexions méthodologiques et échanges pratiques. Elle consistera en une réflexion méthodologique sur le balisage et l’indexation des corpus de ces deux projets, fondée sur des exemples et des exercices pratiques.

Cette première séance a permis de mettre en lumière les points de convergence et les différences entre les deux projets. Dans un premier temps, Céline Bohnert et Isabelle Draelants ont pris la parole tour à tour pour présenter leurs corpus. En dessinant les contours des textes encyclopédiques qu’elles étudient et les manières dont la recherche actuelle les aborde, elles ont posé les bases épistémologiques qui éclairent le deuxième temps de la rencontre. Emmanuelle Kuhry a pris le relais d’I. Draelants dans cette seconde partie consacrée à l’aspect numérique proprement dit, aux choix méthodologiques, aux chaînes de traitement et aux outils utilisés.

Sommaire :

En bref : description des deux projets

SourcEncyMe

Le programme SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies Médiévales) est dédié à l’étude des sources larges et diversifiées des encyclopédies médiévales. Le projet a été créé dans l’objectif d’identifier ces sources en rendant compte de la profonde intertextualité médiévale et de la richesse de l’acte de « compilatio ». Cette notion de compilation se rapproche beaucoup plus de celle de « compilation » en anglais, qui signifie com-position, que du mot français « compilation » au sens péjoratif. Un corpus rassemblant les encyclopédies déjà traitées est accessible en ligne sur SourcEncyMe.irht.crns.fr.
Sur le Carnet Hypothèses de l’Atelier Vincent de Beauvais est décrit l’historique du projet. On y trouve diverses présentations en français et en anglais. Nous avons aussi décrit, comme cela devient la norme aujourd’hui pour les projets d’humanités numériques, un Plan de gestion de données (DMP) en ligne sur Opidor.

Les bases de données qui ont formé le corpus, et le corpus lui-même, ainsi que la plateforme collaborative, ont été créés en 2010 avec l’aide du laboratoire CNRS Atilf, au sein de l’Atelier Vincent de Beauvais. Fin 2013, début 2014, avec l’arrivée d’Isabelle Draelants à l’IRHT, les bases de données, les contenus et les activités de l’Atelier Vincent de Beauvais ont été transférées à l’IRHT à Paris et à Orléans, en même temps que le projet SourcEncyMe. Ce transfert technique a pris un certain temps, néanmoins, en février 2016, le site a pu être ouvert au public après diverses adaptations techniques réalisées avec l’aide du Pôle numérique de l’IRHT et un financement via l’Equipex Biblissima de quelques mois de travail.

 

Le projet « Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 »

La mythographie, à la Renaissance, consiste dans l’étude des cultes et des croyances antiques, et dans l’interprétation du legs des religions païennes en contexte chrétien. Cette pratique a donné lieu à de nombreux traités encyclopédiques souvent réédités, augmentés, traduits et transformés suivant leurs contextes d’édition et les publics visés. Le projet Mythologia édite l’un de ces lieux de savoir, les Mythologiae libri decem (« Les dix livres de la Mythologie ») de Natale Conti, en regroupant quatre états du texte. L’objectif est d’étudier la constitution d’une somme humaniste, d’analyser ses transformations et d’étudier ses usages dans la culture européenne des XVIe et XVIIe siècles.
Le projet est développé sur la plate-forme EMAN, portée par Richard Walter au sein du laboratoire THALIM (PSL, ENS/CNRS), en partenariat avec le CRIMEL (Univ. Reims) avec le soutien de l’IUF. Un carnet de recherche diffuse les actualités du projet et apporte des éclairages scientifiques et méthodologiques sur le corpus. Le site, en cours de réalisation, est néanmoins ouvert à la consultation depuis 2020.

Nature des objets

Pouvez-vous présenter les caractéristiques principales des périodes que vous étudiez ?

Un « âge d’or » médiéval de l’encyclopédisme ? Contexte intellectuel

Le Moyen Âge est une période de 1000 ans (500-1500) beaucoup plus diversifiée que ce que la périodisation historique d’un « âge intermédiaire » entre deux âges d’or peut laisser croire. Il n’est évidemment abordé par les historiens de la vie intellectuelle que par le biais des textes, donc des traces écrites laissées par un monde savant qui est avant tout celui des clercs vivant dans les monastères puis autour des cathédrales urbaines à partir du Xe siècle. D’une manière très différente de la périodisation politique ou économique, le Moyen Âge intellectuel connaît un « shift », un basculement, autour de 1200.

En effet, du point de vue de la production d’oeuvres témoignant de l’histoire intellectuelle, le Moyen Âge est caractérisé grosso modo par deux corpus : les textes religieux (commentaires de la Bible ou des Pères de l’Eglise, traités théologiques) et les textes philosophiques, en ce compris ce que nous appellerions les textes « scientifiques ». Les premiers (corpus religieux) dominent pendant les premiers siècles du Moyen Âge jusqu’au XIIe siècle. La balance entre textes fondés sur la Bible et oeuvres fondées sur des réalités ou des textes profanes s’équilibre à cette époque par l’apport de très nombreuses oeuvres traduites de l’arabe au latin et du grec au latin en Espagne et en Italie du Sud. Ces traductions rendent désormais accessibles des œuvres qui avaient été oubliées ou ignorées jusque là : œuvres de médecins arabes ou grecs antiques traduits du grec, traités sur la nature d’Aristote, notices sur les propriétés naturelles des plantes, des pierres et des animaux et leur utilité en médecine, traités de médecine écrits en arabe entre le VIIIe et le Xe siècle et inspirés de Galien, etc. Ces textes viennent s’ajouter aux rares textes antiques et tardo-antiques latins sur la nature disponibles jusque là : les Noces de Philologie et Mercure de Marianus Capella, et surtout les œuvres sur la nature d’Isidore de Séville, Boèce, Bède le Vénérable ; avant le XIIe siècle, L’œuvre de Pline l’Ancien n’était connue que très partiellement et surtout à travers le compendium de Solin et la Medicina Plinii, un texte très abrégé altérant fortement la matière pharmacologique de l’Histoire naturelle. Sauf exception, l’Histoire naturelle n’est diffusée en son entier qu’à partir de la fin du XIIe s., et d’abord dans le Nord de la France. En conséquence, le corpus « philosophique » s’accroît quantitativement de manière considérable dès la fin du XIe siècle avec les traductions médicales de Constantin l’Africain et davantage encore avec les autres traductions arabo-latines dans la seconde moitié du XIIe siècle, puis les traductions gréco-latines de la première moitié du XIIIe siècle.

Le projet SourcEncyMe s’intéresse en particulier à l’accroissement de ces sources philosophiques et scientifiques médiévales, et à la volonté, typique dès le début du XIIIe s. et même un peu avant (1180), c’est-à-dire à la période scolastique, de les rassembler sous forme de compilation pour les rendre disponibles. Le phénomène est contemporain de celui du développement des collèges universitaires et des studia des ordres mendiants qui s’étendent à cette époque (dominicains et franciscains). Le but des compilateurs est de mettre ces textes à disposition des clercs qui se forment pour la prédication, mais aussi des savants confirmés, dans une « bibliothèque des bibliothèques » qui permette aisément de trouver l’information classée et calibrée pour la réutiliser ensuite dans des oeuvres ou des sermons. C’est donc une volonté de « gérer l’information » qui fait naître à cette époque les encyclopédies, les florilèges, les index, les tables des matières.

Comme précédemment, le Moyen Âge des savants est dominé par la citation, c’est-à-dire la référence à la parole d’une autorité, mode privilégié par lequel on transmet les informations théologiques, patristiques ou philosophiques livrées par les siècles précédents.

A noter qu’au XIIIe s., les savants manifestent la volonté non seulement de rassembler ce type de textes, mais aussi d’autres productions littéraires, comme les textes classiques servant de modèle de rhétorique ou d’écriture, l’historiographie, les vies de saints, ou le droit canon. L’exemple le plus frappant quantitativement de cette collecte et de cette mise en ordre encyclopédique d’un très grand nombre de sources est l’encyclopédie de Vincent de Beauvais, le « Grand miroir », commencée vers 1243 dans une version en deux parties (bifaria), « historique » et « naturelle », touchant respectivement l’histoire sainte et l’histoire de l’homme, et l’histoire du monde depuis la création. L’entreprise sera répartie en trois parties (trifaria) à partir de 1250 environ, avec un « miroir doctrinal », portant sur toutes les disciplines théoriques, dont la théologie, qui vient s’ajouter au miroir de la nature et au miroir de l’histoire.

En quelque sorte, tous les textes et les citations ainsi collectés deviennent de la « matière prédicable », c’est-à-dire un support pour l’interprétation et l’allégorie, mais aussi plus généralement un matériau de base pour la rédaction d’autres textes. L’éventail des disciplines couvertes est très large, mais la place prépondérante que prend l’étude des réalités naturelles témoigne du nouveau regard scientifique porté sur elles depuis le XIIe siècle.

L’attention des chercheurs pour les encyclopédies médiévales est née à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Auparavant, ces œuvres de compilation avaient fait l’objet d’un certain mépris car on les considérait, rétrospectivement, comme des thésaurus d’autorités teintés de conservatisme, un préjugé que les travaux sur les sources des encyclopédies peinent encore parfois à combattre. Plusieurs études ont pourtant montré qu’en matière de science naturelle en particulier, les textes allégués par les encyclopédistes incluaient une part importante de moderni, et que ces encyclopédistes étaient souvent les premiers témoins de la mise en circulation de certaines œuvres, comme par exemple la Zoologie d’Aristote1.

Les tournants de la Renaissance

La période sur laquelle nous travaillons dans le projet Mythologia succède à celle de SourcEncyMe. Comme la notion de Moyen Âge, celle de Renaissance pose toutes sortes de problèmes, et les découpages historiographiques auxquels elle correspond doivent être ajustés à l’objet étudié. Du reste, les bornes que la critique donne actuellement à cette période sont variables : si, concernant la France, la critique s’accorde généralement pour assimiler Renaissance et XVIe siècle, le terme Renaissance dans la critique anglophone désigne la période qui s’étend du XIVe au XVIIIe siècle, débordant ce que l’on désigne comme la « première modernité » (early modern times), qui correspond plutôt aux XVIe-XVIIIe siècles.

Ces découpages construisent des récits historiques différents. Lorsque l’on parle de « mythographiqes renaissantes » comme c’est actuellement le cas dans la critique, on met en valeur un certain nombre de tournants qui jouent un rôle important dans le renouvellement de l’étude des dieux de l’Antiquité. L’apparition de nouveaux textes (la Poétique d’Aristote, des dialogues de Platon, les idylles de Théocrite…), le développement de l’imprimerie, la sécularisation du savoir et la formation de nouveaux réseaux intellectuels européens ont remodelé en profondeur le rapport à la tradition. On peut décliner ces changements sur trois plans.

 

  1. La perception inédite d’un écart historique avec les siècles passés, d’une étrangeté du patrimoine antique, et, de là, la prise de conscience d’une possible perte de ce patrimoine font apparaître au cours de la période de nouveaux régimes d’historicité. Ils infusent le sentiment d’une urgence à sauvegarder mais surtout à constituer et à accroître ce patrimoine : les érudits déployèrent une formidable énergie à la recherche de nouveaux textes, de manuscrits plus fiables, d’auteurs perdus ou incompris. Les humanistes ont constitué, dans tous les champs du savoir, des corpus dont l’actualité semblait une évidence mais dont le sens était à conquérir.
  2. C’est pourquoi ils déployèrent une activité philologique, éditoriale et herméneutique intense. La vivification de cette tradition passait par de nouvelles manières de lire et d’interpréter ainsi que par de nouveaux modes de mise en circulation des textes, passant par le manuscrit comme par l’imprimé. De là une floraison d’éditions, de traductions, de commentaires, et l’élaboration d’ouvrages de référence qui relèvent des techniques de « gestion de l’information » étudiées par Ann Blair2.
  3. Ces évolutions furent rendues possibles par la redéfinition du statut social et politique du savoir. Les savants, laïcs ou religieux, pédagogues pour la plupart, collectionneurs ou bibliothécaires parfois, furent engagés dans des réseaux et des institutions qui en vinrent à constituer la République des Lettres. Et le mécénat tissa entre érudits et puissants des liens qui eurent de multiples incidences sur l’organisation, mais aussi sur le contenu même des connaissances et, de là, sur les productions culturelles que celles-ci inspiraient.

Concernant les savoirs sur les cultes antiques, ont fait commencer la Renaissance au XIVe siècle avec la Genealogia deorum gentilium de Boccace (1350-1375), qui fait figure de précurseur. On dit souvent qu’elle se finit avec les Mythologiae libri decem de Natale Conti en 1581. Mais elle pourrait être étendue jusqu’à la seconde moitié du XVIIe siècle, nous y reviendrons.

Reste que, dans le même temps, de profondes continuités relient la période qui va du XIVe voire du XIIe siècle aux Lumières. À la Renaissance, la méthode scolastique reste le mode privilégié d’exposition des savoirs, même dans des textes qui ne se réclament pas de la scolastique sur le plan des idées3. La lecture des textes mythologiques reste dépendante de l’herméneutique allégorique, celle des sensus médiévaux, tout en la modifiant lentement. Le décrochage décisif se produit lorsqu’il devient impensable, au début du XVIe siècle, de faire coïncider les fictions païennes et la théologie chrétienne. Mais les savoirs naturels et les valeurs civiles du christianisme européen continuent d’être lus dans ces fictions par la voie de l’allégorie, en même temps que l’évhémérisme, cette lecture historique des fables païennes, conserve sa place dans l’édifice pluriel de l’interprétation. L’idée d’une « sagesse mystérieuse des anciens »4 demeure, même si celle-ci n’est plus définie comme une prescience de la Vérité divine : cette sagesse est désormais philosophique, historique, morale et civile. Enfin, la culture des clercs pénètre fort avant dans le XVIe siècle, de même que certaines oeuvres vernaculaires rédigées par des religieux à l’intention du public de cour. Ainsi l’Ovidius moralizatus de Pierre Bersuire (XIVe siècle) est-il édité régulièrement jusqu’à sa mise à l’Index en 1559 et l’Ovide moralisé du XIVe siècle circule, sous d’autres titres et débarrassé de ses allégories, jusque dans les années 1590. Du reste, les allégories sont encore connues dans la seconde moitié du XVIIe siècle : elles reparaissent dans un commentaire des Métamorphoses par l’académicien Pierre Du Ryer. Pour s’en tenir à cet exemple, l’Ovide renaissant, remodelé, certes, par les philologues, les commentateurs et les traducteurs humanistes, reste fortement tributaire de la transmission médiévale des textes. Jean Szenec, en étudiant la survivance des dieux antiques, pointait tout ce qu’il y a de médiéval dans les mythographies du XVIe siècle.

Il est donc très important pour nous de connaître les corpus encyclopédiques médiévaux. La compilation renaissante porte encore la marque des mentalités du Moyen Âge, tout en s’en détachant : il nous faut cerner ce qui tient de la continuité et ce qui s’élabore de nouveau.

 

De quelles manières les encyclopédies sont-elles abordées par vos disciplines ?

Les encyclopédies médiévales à la lumière de l’Histoire

Chez les historiens médiévistes, la notion de « retour aux origines », comme l’écrivait l’historien Marc Bloch dans les années 1940 (Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien : « Sous la forme la plus caractéristique, cette idole de la tribu des historiens a un nom : c’est la hantise des origines », etc.), est toujours centrale. C’est pourquoi, en matière d’étude des textes et de leur transmission, on se focalise le plus souvent sur les sources d’inspiration et l’origine de la pensée des auteurs, pour distinguer ce qui est original de ce qui est emprunté, ou la part de tradition par rapport à la part d’innovation.

On ne pourra pas ici montrer tous les types d’exploitation, littéraires, philologiques, et même artistiques, dont peuvent faire l’objet les encyclopédies médiévales comme réservoirs de textes divers, et leurs transformations dans les traductions vernaculaires et les adaptations successives. Il faut nous restreindre à la perspective adoptée dans le cadre du projet SourcEncyMe. Son but est de pouvoir délimiter, définir et caractériser le patrimoine textuel des connaissances disponibles à une époque donnée pour les « intellectuels », ou « gens de savoir », mais aussi de mettre en évidence la transmission de ce patrimoine et les modalités de cette transmission : par quel intermédiaire, quand, pendant quelle durée, sous quelle forme, traduite ou non, abrégée ou intégrale, sous quel nom d’œuvre et quel nom d’auteur, authentique ou pseudépigraphe, etc. Vu l’importance du phénomène de la citation, l’exercice commence souvent par l’identification de l’œuvre dont provient la citation, puis la détermination des intermédiaires par lesquels cette citation a pu passer. Il ne s’agit pas d’une approche littéraire, mais d’une démarche « d’archéologie du savoir » : on détermine comme en stratigraphie les couches de savoir accumulés et l’époque à laquelle appartient chacune des couches. Il arrive par exemple très souvent qu’une citation antique soit transmise par des extraits véhiculés par un auteur très lu ou un père de l’Eglise influent, comme saint Augustin ; le recours aux florilèges et autres anthologies est aussi fréquent et doit être débusqué grâce à des indices laissés par le mode de citation. Mais à cette approche historique, chronologique, peut s’adjoindre une approche un peu plus littéraire qui s’intéresse au mode de compilation de « l’auteur » de l’encyclopédie qui a décidé de l’arrangement, de la structure de son œuvre, de l’introduction, des chapitres, de la titulature, de l’épilogue, de la table des auteurs, de l’index ou d’autres paratextes. Pour éclairer ces aspects épistémiques, le prologue de l’auteur est une clé essentielle de l’œuvre à étudier. Ces diverses parties du texte et du paratexte qui forment la structure des œuvres peuvent aussi être reflétées dans le traitement numérique.

SourcEncyMe a donc pour objectif scientifique d’être un outil de référence pour connaître la bibliothèque savante des encyclopédistes médiévaux, en observant les techniques de compilation médiévales et en étudiant leurs sources, leurs auctoritates. Tissées de 75 à 95 % de citations de textes contemporains ou antérieurs, parfois de plusieurs siècles, ces encyclopédies représentent un objet emblématique de l’intertextualité des œuvres médiévales. L’enjeu de leur étude est de donner accès virtuellement à un large héritage littéraire, scientifique, philosophique, théologique, en dévoilant la stratigraphie des informations textuelles accumulées.

A noter que la postérité des encyclopédies de la « première génération » (première moitié du XIIIe s.) fait également partie des objets d’étude de SourcEncyMe, car on peut observer dès la seconde moitié du siècle, et aux XIVe et XVe siècles, des réécritures, des traductions et des exploitations diverses des encyclopédies de la première génération : elles servent soit de réservoir d’information, soit de modèles (comme leurs prédécesseurs encyclopédiques), soit de socle pour une allégorisation et une moralisation des contenus.

L’étude des mythographies renaissantes à la croisée de l’histoire de l’art, de la littérature et de l’anthropologie des savoirs

Les mythographies renaissantes font l’objet d’un intérêt spécifique depuis la seconde moitié du XXe siècle (avant cela, elles attiraient l’attention des philologues, comme un maillon, plus ou moins fiable, dans la transmission des textes antiques, notamment des textes rares ou perdus par ailleurs). Elles ont alors été abordées par des chercheurs en littérature et en histoire de l’art nourris par le modèle des études d’Aby Warburg et de l’Institut Warburg. Ces textes sont approchés comme des éléments carrefours d’une culture qui vit la production de nombreux artefacts à sujets mythologiques : ces sommes savantes ont servi de sources à des oeuvres d’art majeures. Retrouver les concordances entre la culture visuelle et les mythographies permettait de lire ces oeuvres d’une manière beaucoup plus juste, d’identifier leurs sujets et d’expliquer leurs significations symboliques.

De manière complémentaire et innovante, Françoise Graziani (Univ. Pascal Paoli) a cherché à comprendre l’entreprise mythographique renaissante sur le plan de l’herméneutique et de la poétique, alors que les pionniers de l’Institut Warburg, comme Jean Seznec, montraient une forme de mépris vis-à-vis du contenu intellectuel des mythographies : ils estimaient qu’elles étaient des ramassis composites, sans ordre, et qu’elles jettaient pêle-mêle des interprétations fantaisistes du panthéon antiques. En réalité, comme le montre F. Graziani, la mythographie correspond à un effort pour faire signifier le discours antique sur les dieux, et pour le renouveler, le réactiver. Cette approche nouvelle du corpus articule poétique, philosophie et histoire de l’interprétation.

Le projet Mythologia entend faire fonds sur ces études extrêmement fécondes, en les appliquant au cas particulier des Mythologiae libri decem de Natale Conti, et en les complétant par un troisième type de questionnement. Car on peut également aborder ces encyclopédies dans la perspective d’une archéologie des savoirs humanistes, en tirant profit de l’anthropologie des savoirs – en l’occurrence, des savoirs sur l’Antiquité, sur la notion de divinité et sur la nature. Plus largement, on voudrait constituer à travers elles une archéologie de la culture humaniste : ces sommes savantes relèvent de la même épistémè que les productions culturelles qui viennent puiser en elle un trésor d’informations.

Il s’agit donc d’observer un compilateur à sa table de travail. C’est-à-dire :

  • reconstituer sa bibliothèque de travail en identifiant les éditions et les ouvrages de seconde main qu’il a utilisés.
  • comprendre le rapport aux textes qui sous-tend le système des citations. Cela suppose à la fois de décrire la manière dont Conti les transmet (allégation, citation, traduction) et de comprendre comment il les met au service de sa propre vision du sens des anciens rites, d’une philosophie naturelle et d’une visée morale. Car, même si ce n’est plus de la même manière qu’au Moyen Âge, l’entreprise de Conti relève d’une forme de christianisation du legs païen.

Le projet entend aussi rendre compte de la circulation multiforme de cette somme, liée à un grand nombre d’acteurs (éditeurs, correcteurs, traducteurs, graveurs, commentateurs) et étudier ses transformations, qui éclaireront l’évolution de la culture aux XVIe et XVIIe siècles, ainis que les interactions entre les mondes savants et les cultures en langue vernaculaire, qu’il s’agisse des cultures de cours ou plus largement de celle des honnêtes gens. Nous voulons enfin pister les usages des Mythologiae libri decem dans différents corpus (la poésie, l’opéra par exemple) et la manière dont le texte infuse dans la culture européenne.

En ce sens, Mythologia partage plusieurs démarches avec SourcEncyMe : la description du système des citations, le pistage des citations et leur mise en situation dans la culture de leur temps, le relevé des connaissances rendues disponibles par le compilateur, et l’analyse des paratextes.

De quelle nature sont les textes que vous éditez, quels sujets abordent-ils ?

Les encyclopédies médiévales : trésors, miroirs du monde et recueils de propriétés des choses

Le mot « encyclopédie » n’est pas médiéval, puisque le terme date du XVIe siècle et désigne un programme cyclique complet du savoir tel qu’il pouvait être enseigné dans l’Antiquité. Chez les médiévistes, on appelle « encyclopédie » (non sans anachronisme) les œuvres qui rassemblent d’une manière ordonnée toutes les connaissances disponibles, dans tous les domaines du savoir. Ces compilations sont en général centrées sur la nature, le microcosme et le macrocosme et collectent, un peu à la manière d’un florilège rédigé, des passages tirés d’œuvres qui font autorité, les « auctoritates » . Les domaines du savoir sont représentés par les disciplines des « arts libéraux » (trivium – sciences du langage – et quadrivium – sciences du nombre -) ou, à partir du XIIIe siècle et de la redécouverte d’Aristote, par toutes les branches de la « philosophie » qui couvre l’ensemble des disciplines rationnelles étrangères à la théologie et à la vie pratique, en ce compris aussi l’histoire, les modèles littéraires, et le droit.

Le modèle principal sous-jacent à ces encyclopédies, souvent exploité lui-même pour son contenu par les encyclopédistes du XIIIe siècle, est la compilation terminée vers 622 par l’évêque Isidore de Séville, les Etymologies mêlant histoire des mots et des réalités. Très peu d’ouvrages de ce type verront le jour entre le VIIe s. et le début du XIIIe s., mis à part les jalons significatifs tels que le De universo de Raban Maur au IXe siècle (qui « théologise » Isidore) ou des ouvrages orientés davantage que les Etymologies vers la théologie, comme l’Imago mundi d’Honorius Augustodunensis au début du XIIe siècle. Cette « Image du monde » est un autre modèle (revendiqué par ex. par Vincent de Beauvais) des encyclopédies qui se sont surtout développées au XIIIe s. Auparavant, les ouvrages qu’on pourrait qualifier de « scientifiques » relevaient du quadrivium – nom qui au haut Moyen Âge couvrait les sciences du nombre (astronomie, mathématique, géométrie, musique) – et n’étaient à peu près représentés que par des collections de comput et d’astronomie élémentaire servant au calcul du temps et à la fixation du calendrier.

Au XIIIe siècle, le nom des oeuvres encyclopédiques s’inspire de la tradition des « questions naturelles » de Sénèque et surtout des traités De natura rerum de Lucrèce et d’Isidore de Séville. Ces oeuvres encyclopédiques portent le nom d’« Image du monde », « miroir du monde », « nature des choses », « propriétés des choses », ou encore « trésor », car elles présentent le monde comme un reflet de la création divine, et sont d’ailleurs souvent ordonnées, au moins partiellement, d’après l’ordre des six premiers jours de la création (comme le sont le Speculum naturale de Vincent de Beauvais, ou en partie le De naturis rerum d’Alexandre Nequam et certaines parties du De proprietatibus rerum de Barthélemy). Celles qui portent le nom de « nature des choses » ou « propriété des choses » mettent quant à elles l’accent sur une propriété emblématique et souvent unique de la créature dont il est question, en particulier dans les catalogues de plantes, pierres ou animaux. Cette manière de centrer la notice thématique sur une propriété en particulier est héritée de deux types de littérature : d’une part de la littérature allégorique sur la nature développée à partir du Physiologus (dès le IIe s.) dans des œuvres comme les bestiaires et les recueils d’exemples moraux, et d’autre part d’instruments de travail pour prédicateurs qui reliaient les réalités ou les créatures à une caractéristique exploitable par l’exégèse ou les sermons et sur laquelle pourrait s’appuyer une correspondance allégorique ou une comparaison avec des réalités de la société contemporaine. Ces recueils de propriétés ont été étudiés par E. Kuhry5.

Le corpus sur lequel se fonde l’enquête de SourcEncyMe est en constante évolution au gré des textes que nous pouvons y ajouter. Il est constitué des principales encyclopédies du XIIIe siècle : les trois de Vincent de Beauvais avec leurs prologues successifs, le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré dans les versions auctoriales et la version dite « Thomas III » réélaborée dans le milieu dominicain dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Quant aux « propriété des choses » de Barthélemy l’Anglais, dont l’édition critique est en cours, elles devraient rejoindre le corpus. S’y trouvent aussi des encyclopédies qui utilisent déjà ces illustres prédécesseurs comme sources : le Tractatus de Naturis animalium d’Englebert d’Admont (c. 1300), l’Hortus sanitatis au XVe s. (le livre des poissons est en ligne), le Liber de Moralitatibus de Marcus d’Orvieto (en cours de traitement), ou l’encyclopédie moralisée de Jean de San Geminiano. Le livre III De plantis du Compendium philosophie, édité par E. Kuhry, a été ajouté en novembre 2020. Nous sommes en train d’y ajouter des encyclopédies de la fin du XIIe siècle comme le texte de Daniel de Morley ou le De naturis rerum d’Alexandre Nequam (c. 1210).

 

 

Pourquoi et comment transmettre des savoirs sur les dieux de l’Antiquité à la Renaissance ?

La Mythologie de Natale Conti s’insère dans la longue tradition mythographique. Mais elle s’éclaire aussi à la lumière de l’encyclopédisme médiéval tel qu’il est revu par les humanistes.

Une mythographie est un ouvrage qui élabore, conserve et transmet (donc classe) un savoir sur les dieux antiques. Il peut aussi bien s’agir d’expliquer les textes mythologiques, les noms des dieux et leurs épithètes notamment, tout comme de consigner une connaissance sur les cultes païens ou d’expliquer leurs significations par le biais de l’allégorie. Pour autant, tout texte qui comprend, même ponctuellement, un savoir de ce type est-il une mythographie? Sans même parler d’un genre spécifique, la tradition mythographique correspond-elle à des mises en forme particulières de ces savoirs ? Les contours de cette tradition font débat. Tous ne s’accordent pas, par exemple, sur le statut à donner aux scholies des œuvres antiques. Et l’un des lieux essentiels de transmission de ces savoirs est, paradoxalement, la tradition apologétique qui fustige le paganisme (Origène, Eusèbe de Césarée, Lactance…).

L’activité mythographique est aussi ancienne que les poèmes mythologiques eux-mêmes. On distingue d’une part les textes de formes diverses qui reclassent une matière poétique, parfois sous forme de collection thématiques (les Transformations d’Antoninus Liberalis ou les récits amoureux de Parthénios de Nicée, les Fables d’Hygin) et d’autre part les traités d’orientation philosophique, qui analysent les forces à l’oeuvre dans la nature, figurées par les dieux (Cornutus, les stoïciens, Plutarque et le De Natura deorum de Cicéron). Les Saturnales de Macrobe (IVe siècle) puis les Mythologies de Fulgence (Ve s.) opèrent une synthèse entre ces deux courants, et leur influence est déterminante jusqu’à la fin de l’époque moderne.

Au Moyen Âge, la tradition mythographique prend deux formes principales. De manière isolée, on observe la rédaction de nouveaux traités, par exemple ceux des trois mythographes anonymes dits du Vatican. De manière beaucoup plus massive, les savoirs mythographiques se transmettent et s’élaborent dans les marges des poèmes de Virgile et des Métamorphoses d’Ovide : dans leur commentaire à la suite de Servius pour Virgile ; dans la paraphrase vernaculaire, allégorisée (comme l’Ovide moralisé) ; ou alors, dans le cas de Pierre Bersuire pour Ovide, dans l’exploitation systématique de ces poèmes à l’attention des clercs. Ils suivent alors le modèle que vient d’exposer Isabelle Draelants, l’articulation d’une « propriété » et de sa possible utilisation allégorique dans un sermon. De sorte que bien des ouvrages intermédiaires dans lesquels Conti puise sont des textes médiévaux, qui informent sa lecture des textes antiques.

Dans la continuité de cette longue tradition, il y a bien un moment spécifique qui correspond aux XIVe-XVIIe siècles. Sans une grande originalité dans le contenu informatif (malgré, bien sûr, des variantes et des compléments), cette spécificité se dessine par la convergence systématique de plusieurs traits.

  1. Sur le plan formel, il s’agit de sommes qui prennent une allure de plus en plus vaste, avec des phénomènes très intéressants de reprise, réécriture, digestion d’une somme par une autre. La Mythologie que nous éditons compte un millier de pages, ce qui suppose de développer des instruments de navigation spécifiques, pour apprivoiser cette masse textuelle.
  2. Sur le plan de l’épistémè, du monde de pensée, cette période est celle où les notions de Fable (fiction allégorique permettant d’accéder au Vrai) et de figure, qui ont été théorisées au Moyen Âge, en viennent à structurer tout le rapport au legs païen. Sur ce plan, la spécificité par rapport au Moyen Âge est que les savants renoncent à constituer des sommes qui rendent compte de la Vérité chrétienne en y incorporant les textes antiques comme dans les Ovide moralisés (XIV-XVe siècles). Parce qu’elle se fonde sur l’étude des cultes païens (et non l’étude des poèmes antiques), la mythographie doit repartir du constat de leur fausseté pour les intégrer autrement dans l’édifice du savoir.
  3. Enfin, les mythographies renaissantes se rejoignent dans leur objectif : réaffirmer qu’il n’existe qu’un seul Dieu, articuler monothéisme et polythéisme des anciens d’une nouvelle manière, qui laisse la place à une forme de pluralité contenue dans les bornes de la pensée chrétienne. Cette articulation des savoirs entre eux par l’intermédiaire de la myriade de données qui constitue la mythographie est passionnante parce que très étrangère à nos modes de pensée. Le défi ici est d’organiser un dialogue entre les modes de pensée de Conti et nos propres catégories.

On peut s’étonner que la compilation, ce type de mise en circulation des textes qui nous semble caractéristique du Moyen Âge, se poursuive au XVIe siècle, alors même que se déploie une intense activité éditoriale qui cherche à rassembler les oeuvres de manière systématique et à rationaliser les corpus en fonction des auteurs ou des genres : la mise en ordre de l’information est un objet d’étude en soi. C’est que la compilation reste nécessaire pour interpréter le sens figuré des textes : leur signification profonde, aux yeux des savants, ne se retrouve que par l’articulation des extraits, l’organisation d’une matière qui doit sans cesse être réordonnée pour rester signifiante.

S’ils partagent visiblement des principes communs, les mythographes organisent leurs textes de manières très diverses. Boccace adopte un ordre généalogique, en supposant que tous les dieux antiques descendent d’une même entité, Démogorgon. Les mythographes suivants rassemblent en syntagmata (Lilio Gregorio Giraldi)…

 

… ou en Livres (Natale Conti) des séries de figures divines : c’est le nom mythologique qui sert de support à la compilation (et non un récit)6.

Dans le cas de Conti, les chapitres eux-mêmes sont subdivisés en deux moments : l’un plus factuel, passé ensuite au filtre d’interprétations plurielles.

Cette définition de l’activité mythographique amène à considérer que l’âge des mythographies renaissantes se prolonge jusqu’à la fin du XVIIe siècle et ne se termine pas avec Conti : des ouvrages comme ceux de Gérard Vossius (De Theologia gentili et physiologica christiana, 1641), Samuel Brochart (Geographia Sacra, 1646) et Daniel Huet (Demostratio evangelica, 1679-1694) s’inscrivent dans cette lignée, même si l’articulation entre monothéisme et paganisme se resserre vers l’idée d’une filiation dégradée de l’un à l’autre. La rupture véritable se produit avec le partage des disciplines qui caractérise l’encyclopédisme des Lumières. Le XVIIe siècle n’est pas seulement un temps où l’influence des mythographies du siècle précédent s’exerce très activement : la mythographie reste une forme de pensée vivante. Il reste beaucoup à découvrir sur ces textes peu connus7.

Il s’agit donc pour notre équipe de comprendre comment se constitue notre mythographie et comment elle évolue au tournant des XVIe et XVIIe siècles. Notre corpus est ainsi constitué de quatre états du texte, qui nous permettent de mesurer les écarts, les évolutions :

  • l’édition originale (Venise, signe de la fontaine, 1567)
  • l’édition augmentée par l’auteur (Francfort, André Wechel, 1581)
  • la première édition illustrée de la traduction française (Lyon, Paul Frellon, 1612 – la traduction était parue pour la première fois en 1600)
  • et le dernier état français du texte, illustré lui-aussi, complété de quatre traités et donné dans une édition luxueuse (Paris, Pierre Chevallier et Samuel Thiboust, 1627).

Deux corpus annexes s’y adjoindront : la bibliothèque des sources, d’une part, une sélection d’artefacts culturels qui permettront de comprendre les usages de cette encyclopédie, de l’autre.

Sous quelle forme compile-t-on les savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance ? Qu’est-ce que l’auctoritas ?

L’attitude médiévale vis-à-vis des sources – oeuvres et auteurs – recueillies est très révérente. L’« autorité » a un grand poids car elle est considérée transmettre une parole « authentique », ce qui signifie, pour des auteurs médiévaux, qu’elle a de la valeur. À l’image de la phrase de Bernard de Chartres rapportée au XIIe siècle par Jean de Salisbury, il s’agit de transmettre avec beaucoup de respect l’essence-même de la pensée d’un auteur, mais en mettant l’accent davantage sur les mots que sur le message : la lettre compte souvent plus que l’esprit, en quelque sorte.

Photo by PtrQs, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Chartres_RosetteSued_122_Detail_DSC08258_PtrQs.jpg

 

Bernard de Chartres disait que nous sommes comme des nains portés sur les épaules de géants. Nous voyons ainsi plus de choses que les anciens et de plus éloignées, non par la pénétration de notre propre vue ou parce que notre taille est plus haute, mais parce qu’ils nous soulèvent et nous haussent de toute leur hauteur gigantesque. (Bernard de Chartres (via Jean de Salisbury, Metalogicon, iii, 4, éd. Hall – Keats-Rohan, Turnhout, 1991 (CC, SM, 98))

L’image de l’auctoritas – l’autorité -, la citation d’auteur, est celle du « nez de cire » qu’on façonne comme on le désire, d’après l’expression d’Alain de Lille (m. 1203) : Auctoritas cereum habet nasum, idest in diuersum potest flecti sensum (Alain de Lille, De fide catholica, I, 30, éd. P.L., t. 210, col. 333A). On peut aussi voir les passages d’auteurs comme autant de briques réutilisées à l’intérieur d’une construction nouvelle, en l’occurrence celle des encyclopédies.

Ces « autorités », sous forme de citations introduites par une référence, sont assemblées dans les compilations encyclopédiques sous des titres et des rubriques, et coiffées d’un prologue général et parfois d’une introduction à chaque livre. Pour une utilisation aisée par le lecteur médiéval, les informations recueillies se présentent soit sous forme de citations littérales, parfois abrégées, classées par chapitres thématiques, soit dans des catalogues alphabétiques (en particulier pour les naturalia comme les plantes ou les animaux). Ces citations sont généralement référencées par ce que nous appelons un « marqueur de source », c’est-à-dire une référence médiévale à l’autorité, qui associe souvent les noms de l’auteur et de l’œuvre cités : ex : Aristoteles in libro metheororum, Constantinus in Pantegni, in libro Canonis Avicenne. Ce mode de référence est appelé au XIIIe siècle titulus (voir ci-dessous le passage de Michel Scot).

C’est la raison pour laquelle SourcEncyMe a adopté une structure fondée sur ce découpage en « unités de citations » précédées par un « marqueur de source ». La structure du site de consultation est donc organisée en arborescence, depuis le découpage en livres et en chapitres, puis en subdivisions adoptées par le compilateur médiéval, jusqu’à l’unité de base que constitue la citation précédée de son marqueur. Cette dernière peut elle-même être divisée en segments de citation au cours de son identification par le chercheur.

L’objectif des encyclopédies du XIIIe siècle, conçues et diffusées surtout par les ordres mendiants, dominicains et franciscains, n’est pas la vulgarisation, contrairement à ce qui a été souvent affirmé, mais la mise à disposition aisée d’un savoir ordonné à la destination des clercs érudits, des frères « moyens » qui avaient à leur tour à éduquer leurs ouailles grâce aux références qu’ils pouvaient y puiser.

Dans la mythographie de Conti, on trouve le même système de citations, qui renvoie aux auteurs et aux œuvres antiques. Les auteurs sont parfois cités, parfois paraphrasés ou résumés, parfois mentionnés de manière allusive pour illustrer le discours du mythographe. Il nous faut d’abord dresser une typologie du système des allégations (c’est-à-dire des renvois bibliographiques).

Comme pour les encyclopédies médiévales, la dimension de conservatoire ou de bibliothèque de sources est importante, à tel point que Conti triche pour répondre à cette attente : il affirme qu’il produit de nouveaux fragments grecs, reçus comme douteux par ses contemporains. Cette forgerie peut être rapprochée du phénomène de pseudépigraphie médiéval (cf. ci-dessous), à ceci près qu’elle est volontaire : les auteurs encyclopédiques médiévaux ne sont pas toujours conscients que sous un nom d’autorité (comme Augustin ou Aristote) circulent des paroles qui lui sont attribuées à tort. On touche là un phénomène central pour l’étude du geste de compilation, qui, dans les deux cas, amène des manipulations, une délocalisation et une recontextualisation des extraits cités.

L’évolution de cette bibliothèque des sources nous intéresse également. Le paysage des citations change d’apparence dans la traduction française : de nombreux auteurs disparaissent, tandis que les grands poètes antiques (Ovide, Virgile, Homère) prennent un poids relatif plus important. Le nombre de citations augmente par rapport au nombre d’auteurs simplement mentionné. La mythographie, ce réservoir de connaissances, prend aussi l’allure d’une anthologie de beaux textes antiques (comme c’est le cas dans le Speculum historiale de Vincent de Beauvais au milieu du XIIIe siècle pour les textes antiques et médiévaux).

Si le nombre et la grande variété des citations chez Conti fait la richesse du traité, le discours qui lie les références les unes aux autres, qui instaure un ordre, est essentiel. Certes, il nous apparaît comme profus, erratique, capricieux. Mais c’est lui qui doit donner sens aux extraits allégués : la mise en série, et les effets de sens produits par les contiguïtés, permettent de faire signifier les tesselles qui constituent cette mosaïque. Malgré un rapport très précis aux textes, qui, dans l’esprit, sont censés être très fidèlement rapportés, l’équilibre entre fidélité aux mots et au sens est donc inversé par rapport aux encyclopédies médiévales. Le mythographe prétend d’abord rendre intelligible, et non seulement commodément disponible, la tradition textuelle qu’il constitue.

De quelle manière les compilateurs que vous éditez distinguent les autorités ?

La conception de l’autorité médiévale s’inscrit dans une filiation de la connaissance humaine dont on rappelle les origines et les autorités de référence. Les savants du Moyen Âge ont connu – généralement via des intermédiaires – d’autres penseurs que les génies philosophiques qu’étaient Platon et Aristote, devenus eux aussi des « autorités » pour l’ensemble du Moyen Âge.

En fonction de ces références à l’autorité, on ne citait pas au Moyen Âge comme aujourd’hui. Là où nous trouverions une référence bibliographique complète, nous trouverions au Moyen Âge, dans le meilleur des cas, « Aristote a dit cela dans sa Physique au début du livre 7, Omne, quod mouetur, necesse est ab aliquo moueri » : un numéro de chapitre ou de livre dans un découpage qui n’est pas celui que nous connaissons de la Physique d’Aristote, et un incipit, donc le début d’un chapitre ou d’une oeuvre. Ce passage revient d’ailleurs plusieurs fois dans la Physique. Comment savoir lequel était cité ?

Au cours du XIIIe s., de plus en plus « d’instruments du travail intellectuel » voient le jour ; l’information grandissant, les moyens pour la maîtriser vont aussi se multiplier. De la même manière, la façon de citer s’améliore. Il y a à ce propos un passage intéressant du grand traducteur Michel Scot, qui vécut jusque 1237 à la cour de Frédéric II Hohenstaufen. Il traduisit des textes aristotéliciens et des textes d’astronomie et d’astrologie arabes. Il explique comment faire une référence à l’autorité :

Liber introductorius, Ms. Munich, B.S.B., Clm lat. 10268, f. 19vb, ms. Madrid, Escorial, f. III.8, f. 61ra (trad. I. Draelants8)

Comme en vérité il y a eu des auteurs divers par leur nation dans les régions, et par les différentes époques dans le temps, tous ont collecté avec un soin consciencieux quelque chose dans cet art [de l’astrologie]. Et suite à la découverte d’experimenta [de recueils de faits éprouvés], en compilant ces livres, ils les ont intitulés. D’où il faut savoir que le titre de tout livre dans cet art est tantôt parfait, tantôt imparfait : un titulus parfait est celui qui contient et le nom du livre et celui de l’auteur, comme « Boèce » [la Consolation de Philosophie], « Lucain » [la Pharsale] et « Caton » [les Distiques] ; en effet, un titulus imparfait est celui qui contient seulement l’un de ces deux éléments, soit le nom du livre, soit celui de l’auteur, comme Breuiarium, Psalterium, De contemptu mundi [Innocent III], ou « Avicenne » [Canon]. Parce qu’il y a une différence entre auctorem et actorem, puisque auctor [l’auteur] est celui qui amplifie l’oeuvre et est dérivé d’augeo, auges. Et l’actor [l’acteur] est celui qui fait une œuvre nouvelle et porte en avant les faits d’autrui, et est dérivé de ago, agis. D’où le vers ‘Ampliat hic auctor ; ab agendo dicitur actor’ [« ici l’auteur amplifie ; on dit ‘acteur’ à partir du verbe agir »]. À propos des titres des livres, nous disons que quand un livre n’est pas intitulé par le nom de l’auteur, il est du genre neutre, comme Breviarium et Psalterium ; quand en revanche il contient son nom, il est de genre masculin, comme ici Ovidius, etc.
Le mot « titre » vient de Titan, qui est le soleil, car comme le monde est illuminé tout entier par le soleil quand il est présent, ainsi le livre entier est clairement montré par son titre à chacun des lecteurs.

En fonction de cette conception, le phénomène de la pseudépigraphie sera considérable : il s’agit du fait d’attacher un grand nom à un texte, pour le rendre plus « autoritatif » ou « authentique », c’est-à-dire pour lui donner davantage d’autorité. La distinction entre les authentica ou originalia (textes réels et intégraux des auteurs, dont on tire des extraits) et les magistralia, c’est-à-dire les adages des maîtres enseignants, sera souvent floue également. En effet, beaucoup d’autorités sont des maximes scolaires qui peuvent recouvrir des amalgames subtils de pensées diverses, conformes à l’enseignement (Au XIIe s., il existait déjà des traités de disciples reprenant des paroles de leurs maîtres dans des traités). Peu à peu, les auteurs et maîtres contemporains des encyclopédistes deviennent eux-mêmes des autorités (p. ex. Albert le Grand ou Thomas d’Aquin, ou Alexandre de Halès) et sont cités dans des encyclopédies.

Dans le cas d’une citation pseudépigraphe, le nom de l’autorité est présenté de la même façon que pour les authentica, car l’encyclopédiste n’est souvent pas conscient de l’emprunt d’autorité, il transmet le texte tel qu’il l’a trouvé dans les originalia. Mais de temps en temps, il ajoute une note critique (chez Vincent de Beauvais sous le « marqueur » actor-l’auteur).

Concernant Conti, le système bibliographique semble très semblable. Les références, qu’elles soient ou non suivies de citations, comprennent généralement le nom de l’auteur, celui de l’œuvre et l’identification d’un livre le cas échéant. Il arrive, mais c’est rare, que le texte s’en tienne au titre de l’œuvre sans plus de précision, voire qu’il n’indique que le nom de l’auteur. Conti utilise alternativement le discours direct (la citation au sens propre) et le discours indirect, qui ne donne pas la forme originelle du texte allégué, mais est censé reproduire son contenu. Cela a son importance pour les citations « pseudo-antiques ».

Il existe un certain nombre d’erreurs dans les renvois bibliographiques, y compris pour les textes les plus répandus, et elles ne sont presque jamais corrigées d’une édition à l’autre. Mais on n’observe pas, à proprement parler, de pseudépigraphie. La complexité du système des citations provient de trois facteurs :

  • les citations qu’on dira génériques, qui créent un effet d’autorité : « les Anciens », « quelques Anciens », « les Poëtes » ou « tous les Poëtes », « les [al]chimistes », « l’école de Platon », « la Fable »… (Ce phénomène traité dans le cas du corpus médiéval de SourcEncyMe : « les philosophes », « quidam », « le physiologue », « magistri », etc.)
  • les citations sans renvoi bibliographique, que nous cherchons à identifier avec l’aide de collègues du projet Ciris, au Centre Jean Pépin (CNRS, UMR8230).
  • les citations/informations falsifiées. V. Gysembergh parle d’« invention de citations pseudo-antiques »9 ».

Un facteur essentiel à prendre en compte dans la reconstitution de la bibliothèque de travail de Conti est l’utilisation d’intermédiaires :

  • les mythographies précédentes (celle de Boccace et de Giraldi en particulier, dont le nom n’est jamais donné). On identifie leur usage grâce aux « bouquets » ou séquences de citations : on trouve chez Conti et dans le texte qu’il a utilisé une même série de noms d’auteurs. Ce phénomène de silence sur l’intermédiaire est également une caractéristique médiévale.
  • les compilations antiques : les Deipnosophistes d’Athénée, la Description de la Grèce de Pausanias qui joue un rôle essentiel.
  • les scholies. Conti mentionne parfois le fait qu’il trouve telle référence dans une scholie, mais cela n’a rien de systématique. De même, chez les encyclopédistes médiévaux, l’intégration de scholies n’est pas rare. Elle intervient la plupart du temps en se signalant grâce au marqueur « glossa » qui introduit une glose biblique, ou un commentaire médiéval. Mais le marqueur est omis souvent quand il s’agit d’intégrer une glose ou une annotation marginale ou interlinéaire d’un commentateur médiéval sur un texte issu du corpus profane, philosophique.

La plus grande part des sources antiques a déjà été identifiée par les traductrices espagnoles de la Mythologie10. Il nous revient de reconstituer, autant que possible, la bibliothèque de travail du mythographe et des traducteurs. Dans la « stratigraphie » textuelle (pour reprendre le mot d’I. Draelants) qui fait la profondeur de ce corpus, nous disposons de la surface (les textes explicitement mentionnés) et de la couche la plus profonde (l’identification des textes antiques). Il reste à reconstituer les couches intermédiaires.

Quelle est la documentation des compilateurs, quels types de source utilisent-ils ?

Comme indiqué plus tôt, toutes les disciplines sont a priori représentées (en particulier chez Vincent de Beauvais), mais les encyclopédies médiévales se concentrent en général sur la description du monde naturel, tel qu’il a été créé. L’organisation de la matière peut suivre l’ordre de la création en six jours (éléments, luminaires, animaux, homme…), ou l’ordre dérivé des éléments (terre, eau, air, feu et leurs « habitants »), ou encore, pour certaines sections particulières dont les matières s’y prêtent bien, l’ordre alphabétique, réservé à l’étude des « corps mixtes » : pierres, plantes, animaux, puis pharmacologie.

La typologie des textes-sources peut aller des poètes et tragédiens antiques jusqu’aux médecins arabes, en passant par les pères de l’Eglise et les vies de saints, ainsi que les sommes pénitentielles ou les décrétales canoniques de Grégoire le Grand, ou encore le récit de la conquête des Mongols. Les disciplines abordées couvrent, chez certains encyclopédistes (Speculum doctrinale de Vincent de Beauvais), tous les arts libéraux et les arts mécaniques tels qu’ils ont été définis dans le Didascalicon d’Hugues de Saint-Victor (avant 1137), tandis que d’autres mettent davantage l’accent sur les sources paradoxographiques teintées d’allégorie (Liber de naturis rerum de Thomas de Cantimpré, qui mêle Pline, Solin, le Physiologus et d’autres textes pour parler des natures des animaux). Peu à peu, en plus de l’accroissement de la médecine au cours du XIIIe siècle, les sciences spécifiques telles que l’alchimie et l’optique prennent aussi leur place dans les encyclopédies.

Dans la Mythologie de Conti, la question de la pluralité des versions des fables est centrale dans le texte : elle permet de réfléchir à la fausseté du paganisme, c’est-à-dire à l’invention trompeuse de fausses divinités – une invention parfois présentée aussi comme utile pour gouverner les peuples, dans la lignée de Varron. Elle est l’occasion de produire des savoirs géographiques et historiques. Assembler les savoirs sur les dieux antiques suppose aussi d’avoir recours à l’étymologie, et amène le mythographe à signaler des particularités liées à tel temple, tel artefact, telle coutume ou tel culte. Mais Conti privilégie l’interprétation naturelle et l’interprétation morale des fables. L’assimilation des faits mythographiques (noms, étymologie, généalogie, épithètes, attributs, récits, cultes…) aux forces de la nature est donc une partie essentielle du texte. On y trouve des informations sur tout ce qui touche à la génération, aux éléments et à l’ordre cosmique, mais aussi des notations sur les espèces et les essences. Certaines sources du mythographe sur ce sujet font partie de la bibliothèque des textes qui intéressent SourcEncyMe, comme la troisième mythographie du Vatican. Cette dimension est développée dans la traduction : Jean de Montlyard, le traducteur français (1600-1612) augmente le texte en puisant chez Jean de Léry par exemple, et introduit une dimension paradoxographique (un discours sur les monstres et les merveilles de la nature) qui se réfère à une actualité plus ou moins récente11. Le texte français regarde aussi vers les peuples lointains dans l’espace et non seulement dans le temps. Si les Mythologiae libri prêtaient attention à l’ensemble des cultes païens de l’Antiquité, bien au-delà de la Grèce et de Rome, la version française y ajoute certains cultes observés aux Amériques.

Le Moyen Âge encyclopédique a beaucoup de points communs thématiques avec la Mythologie : l’intérêt central pour la merveille, hérité des encyclopédies antiques comme celle de Pline et celle d’Isidore de Séville (VIIIe s.), l’attention pour la beauté de la nature créée, le regard sur les régions du monde et leurs habitants (géographie), l’attention philosophique portée aux questions des éléments et des types de génération des êtres – plantes, animaux, hommes –, le recours à l’explication par le nom, c’est-à-dire l’étymologie, sur le modèle isidorien des Differentiae (Etymologiae). En revanche, il n’y a pas de volonté de montrer que l’Antiquité a un caractère profane trompeur ; cette méfiance allant jusqu’à la polémique porte plutôt sur la concurrence avec les Juifs et à travers eux les Musulmans, car vers 1240, il y aura des disputes autour du Talmud au centre de Paris, et des chapitres entiers du Speculum historiale consacrés à l’histoire de Mahomet ou de Barlaam et Josaphat.

Tenez-vous compte des traductions vernaculaires de vos traités ?

Même si la plupart des encyclopédies du XIIIe siècle ont connu des traductions jusqu’au XVe siècle, le corpus SourcEncyMe ne rassemble que des oeuvres encyclopédiques « originales », c’est-à-dire des compilations bien sûr, mais écrites et ordonnées originellement sous cette forme par leurs auteurs, ou bien des adaptations de ces encyclopédies qui ont été suffisamment diffusées pour constituer une œuvre au destin propre (comme la version dite « Thomas III. » en 13 livres du Liber de natura rerum en 20 livres de Thomas de Cantimpré). Ces encyclopédies issues de la « vague encyclopédique » ou de l’ « âge d’or » (J. Le Goff) des encyclopédies vont servir à leur tour de réservoir de citations pour une « réencyclopédisation » du monde dès la fin du XIIIe s. (ex : Juan Gil de Zamora, Historia naturalis), ou pour « encyclopédire » un domaine particulier du savoir, comme la médecine (voir le Pro conservanda sanitate de Vital de Four, début XIVe s.), ou encore à des fins de moralisation et d’allégorisation systématiques de la matière naturelle, comme chez Jean de San Giminiano. Parallèlement, on connaîtra à partir du XIVe siècle une vague de traductions des encyclopédies médiévales dans les différentes langues vernaculaires européennes, ce qui indique nettement un phénomène de vulgarisation et de laïcisation du savoir, alors que la vulgarisation n’était certainement pas un des buts des premières encyclopédies.

Quant à la mythographie de Conti, elle visait au départ une audience érudite et scolaire. L’usage des Mythologiae libri dans les collèges est attestée, il a constitué un facteur essentiel de sa diffusion européenne. La question de la traduction se pose alors pour le grec. Conti donne systématiquement une traduction latine des extraits grecs qu’il cite – mais la traduction n’est pas toujours la sienne, il nous faudra identifier les éditions-traductions qu’il utilise.

Le corpus du projet Mythologia, constitué pour interroger les transformations de la culture mythographique au tournant des XVIe et XVIIe siècles, tient compte de deux états de la traduction française, la seule traduction vernaculaire du texte. Les transformations des Mythologiae libri, sensibles dans la traduction française, sont liées à l’apparition d’un nouveau public, celui des « honnêtes gens ». Ceux-ci trouvent dans cette encyclopédie mythologique un réservoir de curiosités antiques (dans le même temps, la culture antiquaire se développe : on se passionne pour les artefacts, vases, statues, etc.), un compendium qui facilite l’accès aux textes (la traduction française des auteurs antiques est un enjeu en soi, elle constitue l’un des agréments du livre), un aide-mémoire commode, une méditation chrétienne qui « moralise » le legs païen, une somme érudite où puiser pour agrémenter de nouveaux textes, enfin un modèle d’écriture à imiter pour faire signifier les mythes. Par tous ces aspects, la Mythologie française favorise l’invention esthétique, intrinsèquement liée alors à des finalités morales. Les hommes et femmes de lettres, comme les artistes, y ont largement puisé. Dans le passage de la version bilingue originelle à la version française, la notion d’agrément prend une valeur beaucoup plus importante et amène à modifier non seulement la bibliothèque des références antiques, mais aussi le discours mythographique lui-même et sa présentation matérielle. C’est ce que nous voulons rendre visible.

Le public des mythographies est donc différent du public primitif des encyclopédies médiévales (initialement conçues pour la formation des clercs, mais à travers eux pour un public plus large), mais les traductions des encyclopédies aux XIVe et XVe siècles élargiront de la même façon l’audience, avec un même objectif de moralisation du legs antique et médiéval des « autorités ». En outre, l’objectif d’y puiser des modèles d’écriture est toujours valide pour les autorités antiques.

Vous avez évoqué les paratextes, pourriez-vous les présenter brièvement ?

Pour le corpus de SourcEncyMe

La forme du paratexte dépend de l’objet qui est le support du texte encyclopédique médiéval, manuscrit ou imprimé. Les encyclopédies médiévales sont structurées par livres (les chapitres actuels), chapitres, citations précédées d’une référence et comprenant plusieurs extraits d’une même œuvre. Le paratexte est constitué de divers éléments :

  • lettre de dédicace au roi (pour Vincent de Beauvais, version bifaria du Speculum historiale/naturale)
  • prologue général (qui peut être très long, presque une oeuvre en soi, pour le Speculum maius de Vincent de Beauvais : 18 chapitres, qui peut être répété devant chaque volume de Speculum), qui peut constituer une véritable introduction à la lecture et à la technique de collection, à la manière de faire les extraits (excepta) et de compiler ou colliger ceux-ci.
  • prologue/préface à chaque livre
  • initiales enluminées pour chaque livre
  • titre de chaque livre et titres de chapitres rubriqués (c’est-à-dire écrits à l’encre rouge)
  • table des chapitres en début de chaque livre
  • organisation par colonnes avec un titre-courant donnant le numéro du livre (parfois du chapitre), et sur l’autre page, parfois le titre du livre ou du chapitre
  • interventions possibles de l’auteur sous forme de notae (commentaires) ou de citations marquées actor à la fin d’un chapitre ou après une unité de citation
  • notes marginales moralisantes ou explicatives accompagnées de nota (chez Barthélemy l’Anglais)
  • gloses intégrées sous forme de citations et indiquées par glosa
  • allégorisations précédées de la rubrique adaptatio ou mystice (chez Alexandre Nequam)
  • soulignement ou rubrication des références (« marqueurs de citation »), parfois encore laissées en marge
  • résumé de chaque volume ou partie dans chacune des autres parties (memoriale temporum chez Vincent de Beauvais, résumant le Speculum naturale dans le Speculum historiale)
  • dans les parties sur les plantes, les pierres, les animaux, qui se prêtent à un traitement alphabétique, introduction pour distinguer le traitement universaliter (informations générales) du traitement particulariter (notice par notice, plante par plante). Cette distinction universaliter/particulariter peut aussi servir de prologue à chaque livre ou en constituer une part préliminaire
  • épilogue (chez Barthélemy par ex.).
  • table des vies de saints (dans les éditions de Vincent de Beauvais)
  • table des matières
  • index total des matières OU index des mots-clés renvoyant aux chapitres ou aux autorités

NB : Ces indications ne valent que pour la forme manuscrite des encyclopédies, qui sont présentées avec davantage de paratexte dans les imprimés anciens.

 

Mythologia

Voici la liste de ces textes. Ils sont très importants parce qu’ils constituent les « outils de navigation » proposés aux lecteurs : ils nous renseignent sur différents protocoles de lecture proposés au public.

En 1567 :

  • Dédicace : Serenissimo atque christianissimo Carologo Galliarum Regi. Inuictissimo (f. 2r°-f.3v°)
  • Nomina illarum fabularum, quae in hoc volumine continentur (f. 308r°-f. 308v°)
  • Index nominum et locorum variorum scriptorum, quorum sententiae vel verba in his libris Mythologicis citantur (f. 309r°-314v°)
  • Index rerum notabilium, quae in his Mythologicis libris inveniuntur, quae ordine literarum indicantur (f. 315r°-329v°)
  • Nominum illorum, quae in ipsis fabulis continentur, explicatio ; Quae quidem aliquam interpretationem posse admittere visa sunt : quorum cognitio non mediocriter confert ad mysteria facilius percipienda ipsarum fabularum (f. 330r°-f. 340r°)

en 1581 (index réalisés par Johannes Opsopoeus) :

  • Dédicace : « Illustrissimo atque reverendissimo domino Ioan. Baptistae Campeggio Maioricensi Episcopo »
  • « Catalogus nominum variorum scriptorum, et operum, quorum sententiae vel verba in his libris Mythologicis citantur »
  • « Index rerum mirabilium quae in Mythologicis libris continentur »
  • « Regionum, urbium, locorumque nomina, quæ originem ceperunt a filiis variorum Deorum antiquorum »
  • « Quae plantae, & quae animalia quibus Diis fuerint antiquitius consecrata »
  • Une épître de l’imprimeur : « Andreas Wechelis candido lectori »
  • Un examen philologique de certains loci : « Friderici Sylburgii notae ad mythologicos hosce libros »

en 1612 :

  • une dédicace : « A tres-hault et tres-puissant Henri de Bourbon prince de Condé […] »
  • une épître de « L’Imprimeur au bening Lecteur »
  • Portrait de Henri de Condé
  • un index : « Repertoire general des principales et plus remarquables matieres contenues en la Mythologie de Noel Le Comte »

en 1627 :

  • une épître dédicatoire à Charles de Créquy,
  • une préface
  • un index intitulé « table des matières ».
  • Baudoin complète l’ouvrage avec Les Recherches touchant la Mythologie divisées en IIII. Traictez ; recueillis des Anciens Autheurs (Giraldi, Hygin, Cornutus et Albricus). Ces traités sont une traduction partielle d’un recueil de textes consacrés à la mythologie publié pour la première fois à Paris en 1578 regroupant des livres d’Hygin, d’Albricus, d’Apollodore, d’Aratus, de Fulgence ou encore de Cornutus. L’édition du texte de Conti devient en fait une bibliothèque assemblant pliusieurs traités.

Traitement éditorial

Quels outils techniques avez-vous choisis pour l’édition ?

SourcEncyMe

À l’origine du projet, les textes provenaient d’états divers (océrisation, relecture/correction puis transformation du document Word en XML-TEI ; dans le cas du Speculum naturale de Vincent de Beauvais : base de données sous Filemaker liant les citations aux marqueurs d’autorité). Étant donné que les textes arrivaient avec une structure incomplète, voire erronée, il fallait pouvoir intervenir, compléter ou corriger la structure, ajouter le lien vers les marqueurs de citation (à l’exception du Speculum naturale, dans lequel le travail avait déjà été fait, parfois cependant de manière imprécise, produisant des erreurs dans l’XML en bout de processus).

Une plateforme collaborative avait été développée pour éditer et enrichir les textes stockés sous forme de fragments XML-TEI fractionnés dans une base de données relationnelle.

Cette plateforme permettait d’insérer les noms canoniques des marqueurs de citation, de poser des identifications sur le texte, de poser des annotations, d’éditer le texte des citations. Elle a été en service jusqu’à 2020, mais elle avait commencé à montrer des signes de faiblesse déjà il y a quelques années, quand il a fallu mettre à jour et maintenir l’outil alors que le projet avait changé de laboratoire. Cette plateforme développée par des partenaires informaticiens nancéens n’ayant plus part dans le projet devenait en quelque sorte une ‘bombe à retardement’ potentiellement irréparable. De plus les transformations initiales et certains aspects gérés de manière non rigoureuse dans la plateforme collaborative avaient généré des centaines d’erreurs dans les liens du corpus vers les noms canoniques, erreurs qu’il a fallu corriger à la main.

Le projet a alors opéré une transition vers un enrichissement des textes directement en XML-TEI, qui permet d’obtenir des textes « propres » d’emblée. Les textes du corpus sont stockés dans une base de données XML sous BaseX, qui est indexée et interrogée par le moteur de recherche ElasticSearch qui soutient le site de consultation, comme précédemment, simplement Henri Seng (IRHT-CNRS, Pôle numérique) a dû adapter les requêtes et refaire l’indexation des fichiers.

Les hésitations initiales concernant l’encodage en XML-TEI directement par les chercheurs ont pu être levées grâce à l’utilisation d’un environnement de balisage au sein de l’éditeur XML XMLMind XML Editor, qui rend l’encodage plus aisé et qui permet de cacher le code au moyen de feuilles CSS. Grâce à ce procédé, les données sont affichées avec une mise en page spécifique à la tâche en train d’être réalisée. De plus, on contrôle l’encodage du début à la fin puisque les commandes sont pensées spécifiquement pour respecter la structure des données, ce qui permet d’assurer la validation du schéma et d’éviter l’insertion d’éléments non prévus, ce qui pourrait mettre en danger la mise en ligne au sein du site de consultation.

Mythologia

L’édition est développée sur la plate-forme EMAN, fondée sur Omeka classic, un logiciel libre. Omeka est initialement un logiciel qui vise à constituer des bibliothèques numériques et des expositions virtuelles – sa logique est une logique de publication et de valorisation de documents. Le projet EMAN consiste à étendre les possibilités d’Omeka, en le rendant propre aussi à l’édition de texte et à l’exploitation des corpus. Une quarantaine de plug-ins a donc été implémentée et/ou développée pour la plate-forme.

Le choix de cette plate-forme a participé à la définition des phases du travail, en favorisant une approche surplombante, par le haut si on peut dire, et descendante : du document aux métadonnées et des métadonnées au texte transcrit.

Nous utilisons Transkribus pour la transcription du texte, en cours de réalisation. Les résultats ont été tout de suite excellents pour le texte français de 1627, avec un minimum d’entraînement.

 

En revanche, le grec posait problème au départ pour l’édition latine bilingue. Le modèle de reconnaissance développé par le projet Noscemus (« Nova Scientia: Early Modern Scientific Literature and Latin », Univ. Innsbrück) a levé ce verrou : le grec est maintenant transcrit avec un minimum d’erreur.

Nos essais en termes de balisage structurel, en revanche, n’ont pas donné de résultat satisfaisant. Nous souhaitions faciliter le balisage structurel et le nettoyage de la transcription grâce à l’entraînement d’un moteur de reconnaissance de la structure des pages (titre courant, pagination, titre de chapitre, marginalia…).

Comment structurez-vous vos corpus ?

SourcEncyMe

Chaque encyclopédie correspond à un fichier XML doté d’une structure contrôlée. Ce fichier est constitué d’un en-tête (élément teiHeader) contenant les métadonnées sur le document : titre de l’œuvre, auteur quand il est connu, éditeurs scientifiques, responsabilités institutionnelles. Il peut aussi contenir des informations de révision pour garder un historique des modifications du fichier.

Le texte en lui-même est contenu dans un ensemble de divisions, élément div (en rouge), plus ou moins imbriquées reflétant la structure de l’œuvre.

L’attribut @type (en bleu) permet de définir la typologie de la division : livre, chapitre etc. Le maillon le plus petit est constitué par l’unité de citation, dans un élément cit (en violet), qui renferme d’une part :

  • des métadonnées correspondant aux marqueurs d’autorité, soit la référence à l’autorité (auteur ou œuvre ou les deux) à laquelle le compilateur attribue, dans la citation, le contenu de celle-ci. L’auteur est encodé dans un élément author, tandis que l’oeuvre se trouve dans un élément ref. Les deux ensembles sont contenus dans un élément bibl (en orange)
  • d’autre part le contenu même de la citation (élement quote, en vert), qui comprend en général un marqueur d’autorité, encodé dans un élément seg (en jaune). L’étendue de l’unité de citation est déterminée par le chercheur qui pré-balise ou encode le texte : souvent, le compilateur annonce lui-même la référence à une autorité, ce qui signe le début d’une nouvelle unité de citation, mais ce n’est pas toujours le cas, et c’est alors au chercheur de déterminer où commence et où s’arrête l’unité.

Mythologia

Les quatre états du texte étaient disponibles au format numérique dans des bibliothèques publiques (Gallica, MDZ). La publication sur EMAN a permis de rassembler ces versions et ainsi de rendre visible la question des transformations du texte.

Une première phase du travail a d’abord consisté conjointement dans la structuration du site, le renseignement des métadonnées Dublin Core et la rédaction d’un discours d’accompagnement (constitution du menu et de la page d’accueil, présentation du projet, de l’équipe, etc.).

 

La structuration du site exploite à la fois la structure d’Omeka et les modules de la plate-forme. La structure d’Omeka repose sur une hiérarchie entre collection / sous-collection / item.

Le corpus est organisé en quatre « collections », suivant le vocabulaire Omeka. Elles correspondent aux quatre éditions retenues. Chaque d’elle est divisée en dix Livres, pour lesquels nous avons créé autant de sous-collections. Enfin l’unité de lecture dans Omeka est l’item, qui correspond chez nous aux chapitres dédiés aux différentes entités mythologiques : c’est à ce niveau que l’usager a accès aux documents en mode image, aux métadonnées du chapitre et, bientôt, à la transcription.

Les modules utilisés permettent différents types de circulation :

  • Item compare : pour comparer deux notices de chapitres (visionneuse et métadonnées)

 

  • Eman relations permet une circulation synoptique dans le corpus. La structure du texte ne change pas d’une édition à l’autre. Chaque chapitre est ainsi relié à ses états dans les trois autres éditions.

 

  • Eman Index : produit un index d’une sélection de métadonnées et donne accès aux fiches correspondantes : c’est à la fois un outil de circulation et d’exploitation du corpus

 

  • Collection Tree : constitue le sommaire du site et donne un accès direct aux les items/chapitres concernés

  • UITemplate permet de construire les fiches des éditions et des chapitres, en ordonnant et en intitulant les métadonnées.

 

 

Quelle est la nature des métadonnées ?

SourcEncyme

La particularité du projet SourcEncyMe est de proposer une triple couche de métadonnées sur ce corpus :
1. les identifications des sources des citations, qui consistent en des notes posées sur des segments de citation ; ces identifications sont entrées en mode « standoff embarqué », c’est-à-dire dans le fichier, pas au sein de la ligne, mais au moyen d’un système de pointeurs qui renvoient à un identifiant unique (attribut @target sur note, en rouge, qui renvoie vers @xml:id). Ces @xml:id sont posés sur des ancres (éléments milestone (en vert)) ; le couple d’ancres délimite le début et la fin du segment annoté.

2. les annotations sur la transmission, qui sont également des notes, mais ces notes-là sont ancrées à un point précis de la citation, là encore en mode stand-off embarqué, avec l’attribut @target sur note qui pointe vers une ancre placée dans le texte (élément anchor), en rouge. Ici on voit qu’il y a deux annotations sur cette citation. Les deux types de notes, annotations et identifications, sont distingués au moyen d’un attribut @type qui permet de définir une typologie.

 

3. des fiches bio-bibliographiques, appelées « mémentos auteurs » et « mémentos œuvres », qui fonctionnent comme un thésaurus d’autorités externe, et dont la structure peut être particulièrement développée, notamment pour refléter les questions de transmission, à l’aide des informations sur l’auteur réel, l’auteur allégué, la pseudépigraphie éventuelle, mais aussi la version de l’oeuvre (1e ou 2e rédaction, traduction, adaptation…).

On y trouve également des liens vers les fiches bio-bibliographiques, au moyen de noms canoniques uniques dont chacun fonctionne comme un identifiant unique pour chaque fiche, vers lequel pointent un certain nombre d’éléments du corpus :

  • les éléments bibliographiques liés aux marqueurs d’autorité dont j’ai déjà parlé, qui sont renseignés en tête de citation dans un élément spécifique
  • les identifications de sources, qui permettent de préciser, compléter voire corriger l’information de la source donnée par le compilateur
  • les liens hypertextes à l’intérieur même des mémentos, qui permettent de rebondir d’un mémento à l’autre, en consultant les œuvres authentiques et pseudépigraphiques d’un auteur, ou les auteurs sous le nom desquels il circule.

En revanche, nous ne traitons pas encore du support manuscrit, de sa codicologie et de son éventuelle iconographie. Le lien vers des manuscrits spécifiques (copies spécifiques) peut être fait dans une annotation ou une identification lors de l’identification d’une des sources ou lors de la découverte qu’un manuscrit spécifique a servi au compilateur pour la lecture de la source citée.

Le lien vers les référentiels d’autorité est un développement prévu de SourcEncyMe, et un objectif proche qui permettra de faire le lien du projet avec d’autres programmes de l’IRHT (par exemple, la base codicologique et d’histoire des textes Bibale) et avec le référentiel Biblissima offert en Open Acces.

Mythologia

Nous avons renseigné les champs Dublin Core correspondant à une approche bibliographique : auteur, titre, lieu d’édition, date, exemplaire, couverture. Nous avons en outre créé des métadonnées personnalisées permettant une description plus fine des chapitres, à la fois sur le plan de la bibliographie matérielle (pagination), de l’indexation des textes mentionnés et de point d’entrée divers dans l’œuvre : noms mythologiques et historiques, identification des personnages, figurations et attributs, rituels, noms de peuples, toponymes, animaux, astres et objets célestes, végétaux. Les gravures du corpus sont décrites avec des métadonnées spécifiques.

 

La suite du travail consistera à affiner ces métadonnées et à les aligner avec des référentiels, ce qui est prévu techniquement par la plate-forme mais n’est pas simple sur le plan intellectuel : il n’existe pas toujours de référentiel faisant l’unanimité pour ces métadonnées – les noms des dieux en particulier. Nous aurons également ce semestre à constituer la liste des formes rejetées (autres formes du nom ou du mot qu’il faut rapporter à la forme pivot), correspondant aux formes retenues dans les métadonnées et à les présenter sur le site. Pour rendre ces métadonnées exploitables, nous avons modernisé les termes retenus – nous mettrons à disposition de l’usager la liste des formes effectivement présentes dans le texte et que nous avons rattachées au formes pivot.

Enfin, un glossaire a été rédigé par le Professeur Takeshi Matsumura (Univ. Tokyo) pour les Livres III et III de l’édition de 1627. Il sera mis en ligne en 2022 grâce aux nouvelles possibilités offertes par le module Transcript. De fait, la comparaison des traductions françaises constitue un point d’observation passionnant de l’évolution de la langue durant les vingt-cinq premières années du siècle.

 

 

Pourriez-vous décrire votre processus de travail ?

Sourcencyme

Travailler avec des environnements de balisage en XML-TEI

Nous avons configuré un environnement de balisage en XML-TEI qui avait été développé par nos partenaires du pôle « Document numérique » de la MRSH de Caen et destiné aux compilations médiévales et notamment utilisé pour encoder les textes du projet Ichtya sur la faune aquatique, et qui a permis la publication de l’édition électronique du livre sur les poissons de l’Hortus sanitatis. Cet environnement a été adapté à la structure des textes du projet SourcEncyMe tout en conservant une part de compatibilité avec le schéma de Caen pour les compilations médiévales, dans un but de rapprochement et de mutualisation des schémas d’encodage.

L’environnement propose de travailler dans plusieurs vues, dont la première permet transcrire et de composer et structurer son document en ajoutant des divisions et des unités de citation. Une seconde vue permet d’ajouter les références aux mémentos auteur et oeuvre liées au marqueur médiéval, que l’on va préciser grâce à une liste interactive qui exploite l’ensemble des mémentos et va récupérer le nom canonique pour l’insérer dans l’élément que l’on veut renseigner.

Enfin une troisième vue permet d’ajouter des annotations et des identifications, en utilisant la même commande qui va chercher le nom canonique dans la base des mémentos.

Un second environnement de balisage est en cours de développement pour les mementos, ce qui permettra de créer de nouvelles fiches bio-bibliographiques ou d’éditer celles qui existent. Actuellement, ces tâches sont réalisées en XML-TEI brut et il n’est donc envisageable de les confier aux chercheurs directement, ce qui provoque des délais dans l’avancement de certaines tâches. On ne peut pas indexer un auteur qui n’est pas créé dans la base des mémentos par exemple.

Pour la structure des fichiers composant cette base, dans la mesure du possible, nous avons essayé de nous rapprocher le plus possible de la structure implémentée dans les thesauri du pôle « Document numérique de Caen » et dans l’environnement de balisage de notices de thesauri, avec quelques différences liées à la spécificité de la structure de SourcEncyMe, et notamment à l’importance accordée aux informations sur la transmission des sources manuscrites et à leur identification.

Comment obtenir les textes à enrichir dans l’environnement ?

En général, les textes sont tout d’abord prébalisés sous LibreOffice au moyen d’une feuille de style comprenant styles de paragraphe et styles de caractères, puis sont transformés grâce au langage de transformation XSLT en un document XML-TEI doté de la structure minimale correspondant au schéma de SourcEncyMe. Ensuite le document TEI peut être enrichi au sein de l’environnement de balisage.
Mais les textes peuvent aussi être saisis directement dans l’environnement sans passer par la case « traitement de texte ».

Lorsque les textes ont été normalisés, que les noms canoniques en rapport avec les marqueurs de citation ont été insérés partout, le document peut être chargé dans BaseX pour être indexé et mis en ligne.

Des phases ultérieures d’identification des citations et d’annotation sont possibles, bien qu’elles soient également faisables au sein de l’environnement de balisage avant la mise en ligne, à condition de disposer des données scientifiques nécessaires

Mythologia

Nous avons fait le choix de travailler sur un corpus d’essai, constitué des Livres II et III de l’édition de 1627, et d’assumer un traitement hétérogène du corpus. Lorsque cette portion du texte aura été extensivement traitée, on pourra étendre le travail. Dans l’intervalle, l’ensemble du site est ouvert : l’usager a à sa disposition le texte en mode image et des métadonnées minimales pour chaque chapitre.

L’indexation se fait en-dehors du site, en deux phases :

  • dans un document de traitement de texte, nous relevons les métadonnées, page par page, ce qui permet de les retrouver rapidement en contexte et facilite le travail de relecture et d’harmonisation : la forme des données a beaucoup évolué, à mesure que nous nous familiarisions avec le texte, que nous précisions nos besoins et que nous résolvions des cas concrets
  • les données sont ensuite copiées dans un tableur calc et importées sur le site.

La relecture et l’harmonisation finale se font ensuite directement sur le site.

La transcription, quant à elle, sera importée de Transkribus après passage dans un traitement de texte qui permet de guider l’import sur le site en pré-balisant la structure du document. Le balisage en XML-TEI sera ensuite fait sur le site grâce au module Transcript, qui vient d’être inauguré dans sa deuxième version.

Quel usage envisagez-vous pour vos éditions et transcriptions ?

SourcEncyMe

Quoique SourcEncyMe mette en ligne des éditions critiques, des éditions anciennes, des transcriptions de manuscrits, et parfois de nouvelles éditions critiques, l’objectif principal de SourcEncyMe n’est pas de mettre en ligne ni d’éditer les textes des encyclopédies (bien que ce soit souvent l’usage qu’en fait le public). Le but poursuivi est de donner les moyens d’identifier et de comparer les sources de ces compilations à l’aide de l’érudition historique et philologique moderne, tout en rendant possible la consultation et la recherche des textes et de leurs autorités. En un mot, de donner accès de manière critique à un patrimoine textuel et intellectuel permettant toutes sortes de travaux d’interprétation.

Ce projet d’envergure nécessite d’avancer par étapes pour faire grossir le corpus et mettre en œuvre une érudition spécialisée.

Mythologia

L’objectif est de créer un outil qui permette de naviguer dans ce corpus et de l’exploiter. Il s’agit à la fois de le rendre intelligible et de constituer un outil qui intéresse l’histoire de la tradition classique, ainsi que l’histoire des productions intellectuelles et artistiques de la première modernité. Nous envisageons de développer des expositions virtuelles qui faciliteront l’accès à cette matière passionnante mais qui peut paraître difficile au premier abord. Au-delà des chercheurs en histoire, littérature, histoire de l’art, etc., nous espérons ainsi toucher un public plus large et préparer des usages pédagogiques du site.

Où en sont les deux projets en ce début 2022 ?

SourcEncyMe

SourcEncyMe, lancé au sein de l’Atelier Vincent de Beauvais sur l’encyclopédisme médiéval, a commencé concrètement en 2008 avec un financement ANR à Nancy, en s’appuyant sur le savoir-faire du laboratoire ATILF de traitement automatique de la Langue française et sur la collaboration avec le pôle document numérique de Caen. Un financement par la MSH de Nancy et la région lorraine ont suivi jusqu’en 2013. Le projet a connu un coup d’arrêt lors du passage de Nancy à Paris, entre 2013 et 2016. L’outil d’administration collaborative a été mis au point en 2010. Les bases de données qui ont formé le corpus, et le corpus lui-même, ainsi que la plateforme collaborative, ont été créés en 2010 avec l’aide du laboratoire CNRS Atilf, au sein de l’Atelier Vincent de Beauvais. Fin 2013, début 2014, les bases de données, les contenus et les activités de l’Atelier Vincent de Beauvais ont été transférées à l’IRHT à Paris et à Orléans, en même temps que le projet SourcEncyMe. En février 2016, le site public de consultation a pu être ouvert après diverses adaptations techniques réalisées avec l’aide du Pôle numérique de l’IRHT et un financement via l’Equipex Biblissima de quelques mois de travail. Grâce à un financement du LabEx Hastec, une transformation totale de l’infrastructure technique est à l’oeuvre depuis 2020 pour garantir la perrénité de l’outil. Il consiste à remplacer les bases de données par un corpus intégré en XML-TEI et la plate-forme d’administration collaborative en un outil de balisage utilisable par tout chercheur.

Les trois specula de Vincent de Beauvais (3 millions de mots) ont constitué le premier corpus, qui s’est enrichi depuis de plusieurs autres encyclopédies : l’Hortus sanitatis (livre sur les poissons), l’Historia naturalis de Juan Gil de Zamora, le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré (version « III » avant 2013, puis les deux versions d’auteur, 2017), le livre XI du De similitudinibus rerum de Jean de San Giminiano (2016), le De naturis rerum d’Englebert d’Admont (2020), le livre sur les plantes du Compendium philosophie (2021). Comme indiqué plus haut, plusieurs autres textes sont sur le point d’être intégrés dans le corpus en 2022.

Mythologia

Le site EMAN a été créé en avril 2018 : j’ai préparé seule la structure du corpus et un premier niveau de description par métadonnées Dublin Core. Le travail collectif a commencé en octobre 2019. Il associe des chercheurs en littérature, linguistique et histoire de l’art, tous spécialistes de la première modernité. En 2020, il a bénéficié d’un financement du consortium CAHIER, dont il est membre. Il est financé par une délégation à l’IUF (2020-2025).

La première phase de travail collectif décrite plus haut, l’établissement des métadonnées personnalisées et la personnalisation des modules EMAN, s’est déroulée de 2019 à 2021 et a permis l’ouverture de l’ensemble du site à l’été 2021. Des perfectionnements sont en cours.

La phase suivante consistera notamment dans la transcription intégrale de l’édition de 1627 et dans l’élaboration d’un schéma TEI qui nous permettra d’affiner l’indexation. Les métadonnées étant présentées au niveau du chapitre ne sont pas situées dans le texte. Nous en reprendrons une partie pour un balisage en XML-TEI, qui nous permettra également d’indexer de nouveaux phénomènes, comme les écarts de traduction, et de proposer un glossaire.

 

Séance 2 (3 juin) : Réflexions méthodologiques et échanges pratiques

 

 

  1. Voir l’art. pionnier de A. Birkenmajer, « Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote au XIIe et au XIIIe siècles », in La Pologne au VIe congrès international des sciences historiques, Oslo, 1928, Varsovie, 1930, p. 1-15 et I. Draelants, « La science naturelle et ses sources chez Barthélemy l’Anglais et les encyclopédistes contemporains », in B. Van den abeele – H. Meyer, éd., Bartholomäus Anglicus, De proprietatibus rerum. Texte latin et réception vernaculaire – Lateinischer Text und volkssprachige Rezeption, Turnhout, Brepols, 2005 (De diversis artibus, 74, N.S. 37), p. 43-99. []
  2. Ann M. Blair, Too Much to Know Managing Scholarly Information before the Modern Age, Yale University Press, 2011 (Tant de choses à savoir : comment maîtriser l’information à l’époque moderne, trad. Bernard Krespine, Paris, Seuil, 2020). []
  3. Sur ce point, voir le projet ARC Schol’Art : Les théories modernes des lettres et des arts à la lumière de la seconde scolastique (France-Italie, 1500-1700) (GEMCA, UCLouvain). https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/gemca/arc-schol-art.html []
  4. Marc Fumaroli, « Hiéroglyphes et lettres : la Sagesse mystérieuse des Anciens au XVIIe siècle », XVIIe siècle, n°158 (1), 1988, p. 7-20. []
  5. E. Kuhry, « Dictionnaires, distinctions, recueils de propriétés en milieu cistercien : outils pour la prédication, sources pour l’étude de la nature », in Les Cisterciens et la transmission des textes (XIIe-XVIIIe siècles), éd. A.-M. Turcan-Verkerk, D. Stutzmann, Th. Falmagne, P. Gandil (Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge, 18), Brepols, 2018, p. 285-337 []
  6. Voir R. Darmon, Dieux futiles, dieux utiles. L’écriture mythographique et ses enjeux dans l’Europe de la Renaissance. Autour des traités de Georg Pictorius (1500-1569), thèse dirigée par Françoise Graziani, Université Paris 8, soutenue le 13 décembre 2012. []
  7. Dans la lignée du travail de Julie Boch, qui a étudié ces textes en lien avec les bouleversements survenus dans le rapport aux religions au siècle suivant. Elle montre comment les traités du XVIIe siècle, conservateurs dans leur manière de rattacher les cultes antiques à la Bible, ont amorcé une étude comparée des relogions en y incluant le christianisme, cf. J. Boch, Les Dieux désenchantés. La fable dans la pensée française de Huet à Voltaire (1680-1760), Paris, Champion, 2002. []
  8. Pour un commentaire de cette citation tronquée par la tradition manuscrite et une étude sur la citation médiévale, voir I. Draelants, « ‘Sub eisdem verbis abreviatis ut facilius in componendis libris auctoritates sic paterent’: Citer les autorités dans les textes encyclopédiques médiévaux », in Zitatkulturen, éd. Carmen Cardelle de Hartmann – Martina Giese, Wolfenbüttel, [45 p.], à paraître. []
  9. Victor Gysembergh, « La réputation sulfureuse de Natale Conti, helléniste faussaire », dans La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin, Livre I (1627), Céline Bohnert & Rachel Darmon (éd.), Reims, Épure, « Héritages critiques », 2020, p. 183-202. []
  10. Rosa M.a Iglesias Montiel et M.a Consuelo Álvarez Morán (éd. et trad.), Natale Conti, Mitología, Murcia, Universidad de Murcia, (1988) 2004. Voir aussi John Mulryan and Steven Brown (éd. et trad.), Natale Conti’s Mythologiae, Tempe, ACMRS (Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies), 2006, 2 t. []
  11. Sara Petrella, Dieux en métamorphose : regards croisés sur la « Mythologie, c’est-à-dire explication des fables » (Lyon, 1612), thèse soutenue le 8 septembre 2017 à l’Université de Genève, dir. Prof. Frédéric Elsig et Philippe Borgeaud. []

Une réflexion sur « Rencontre des projets Mythologia et SourcEncyMe à l’IRHT »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.