Mission : Transcription

Une des premières missions qui nous a été assignée en tant que stagiaires fraîchement arrivés dans l’équipe du projet Mythologia a été celle de vérifier et de pré-baliser la transcription automatique, effectuée via l’outil Transkribus, de l’édition de Jean Baudouin de 1627 de la mythographie de Natale Conti, afin de l’amender au besoin.

Chacun d’entre nous s’est vu confier une partie de texte dont il a la responsabilité. Cette tâche nous a permis d’entrer immédiatement dans la langue de ce texte foisonnant, d’en appréhender les mécanismes, mais aussi de comprendre le fonctionnement de Transkribus, afin de traquer et corriger efficacement les coquilles disséminées çà et là. Cette mission a été en outre le moyen de saisir les choix éditoriaux appliqués à ce corpus, qui propose une transcription semi-diplomatique du texte.

Texte transcrit par Transkribus.

Adopter le corpus !

Notre texte de référence, l’édition de 1627 de Jean Baudouin, qui s’inspire de la version déjà en français de Jean Montlyard en 1612, est la plus tardive du corpus du projet Mythologia, et celle qui fait l’objet du travail de transcription et d’indexation en profondeur à ce stade de l’avancée du projet. L’intégralité du texte a été numérisée au moyen de l’HTR (Handwritten Text Recognition) de Transkribus (READ Coop). Bien que l’ensemble du texte soit ainsi transcrit numériquement, des coquilles ou erreurs d’interprétation de la machine persistent et c’est à ce moment que notre travail intervient. Il convient de relire le texte transcrit dans un traitement de texte tout en nous référant au texte original et de le corriger. Ce travail a été pour nous, stagiaires, l’occasion de nous familiariser avec le texte que nous découvrions et de mesurer l’étendue et la richesse du corpus.

Frontispice de l’édition de 1627

Déjouer l’outil…

Afin d’effectuer notre tâche de correction, il fallait dans un premier temps comprendre les confusions commises par le modèle HTR de Transkribus entraîné par Vincent Ventresque en 2019. Au terme de quelques heures de travail, certaines erreurs se repèrent plus aisément, l’outil ayant tendance à défaillir aux mêmes endroits. L’oubli d’accent sur le « à » ou le « é », la confusion entre « l » et « I » (i majuscule et l minuscule), ou entre majuscule et minuscule pour le « v » par exemple, sont autant de petites coquilles à débusquer. Comprendre ces erreurs récurrentes nous a aussi permis d’appliquer des traitements automatisés sur l’ensemble du texte afin de gagner en temps et en efficacité.

Exemple d’erreurs récurrentes
(p. 766 de l’édition de 1627)

Comprendre la langue…

Le texte sur lequel nous travaillons est écrit dans un français proche de notre langue moderne, toutefois des tournures particulières et des règles d’orthographe spécifiques au début du XVIIe siècle restent parfois déconcertantes pour des yeux non accoutumés à ces graphies et à certaines expressions. Corriger le texte ne nécessite donc pas seulement de traquer les erreurs mais aussi de se familiariser avec cette langue particulière. Après quelques lectures, notre regard nouvellement aguerri commence à apprivoiser cette langue, sa syntaxe et ses tournures, ce qui nous permet de mieux apprécier la richesse du texte et de traquer plus efficacement coquilles et erreurs glissées au fil des chapitres.

Ces lectures approfondies sont aussi l’occasion de se questionner sur des termes de vocabulaire rencontrés, parfois archaïques ou dont le sens a profondément évolué. Enfin, ce travail a été l’occasion de rencontrer de petites curiosités typographiques plus ou moins volontaires de l’imprimeur ou du typographe, liées parfois à la reprise de la version de 1612 ou au travail éditorial, que nous relevons pas à pas, et qui feront peut-être un jour l’objet d’un billet sur ce site à destination des plus curieux !

Affiner la technique !

Si comprendre l’outil et la langue de 1627 est le travail préalable, il nous a été ensuite nécessaire d’ajuster nos techniques pour travailler plus efficacement sur ce corpus imposant. Afin de pouvoir publier et exploiter rapidement le texte sur le site du projet, il nous incombe de placer des balises dans le traitement de texte  qui rendent compte de la mise en page originale, c’est-à-dire des titres, des citations ou des notes marginales par exemple. Ces balises permettre de préparer l’encodage structurel du texte en langage XML-TEI réalisé à l’import dans le site – la balise %%Titre de chapitre/%% devient par exemple <p><head type=”chapitre”></head></p> à l’import. Le balisage sera complété sur le site Mythologia, dans le module Transcript, lors d’une prochaine étape du projet.

Tableau des équivalences des balises.

Module Transcript sur le site du projet.

Outre ce balisage ou les traitements automatiques sur le texte, il nous faut parfois consulter des dictionnaires pour vérifier l’orthographe d’un mot, d’autant plus quand ce terme n’existe plus en français moderne. Le Dictionnaire du Moyen Français et le Dictionnaire universel de Furetière, ainsi que les autres dictionnaires du XVIIe siècle disponibles dans le Grand Corpus des Dictionnaires Classique Garnier, sont par exemple devenus des outils indispensables à la bonne réalisation de notre mission.

Bien que notre texte de référence soit d’une bonne qualité générale, certains passages restent peu lisibles ou difficiles à déchiffrer en raison de taches d’encre ou de la numérisation initiale[2]. Consulter l’édition de 1612, disponible sur le site Mythologia, et parfois les éditions antérieures (1600, 1604, 1607, 1611), s’avère particulièrement utile dans ces situations spécifiques ou en cas de doute au fil des lectures, plusieurs étant nécessaires pour traquer les coquilles et bien cerner le sens du texte.

Une routine de travail nous permettant d’échanger et de partager nos questionnements et la manière d’indiquer les particularités rencontrées, via des outils communs entre les stagiaires et la porteuse du projet Céline Bohnert, nous a rapidement permis de maîtriser cette première tâche essentielle.

Respecter les choix éditoriaux

Toute transcription implique des choix. Vouloir rendre compte de la totalité de la matérialité du texte s’avère par exemple complexe et d’une utilité à toujours questionner. Le degré de précision et de modernisation souhaité est à évaluer pour rendre accessible le texte tout en respectant son intégrité. Le parti a été pris ici de rester proche du livre imprimé qui nous sert de référence et de proposer une transcription semi-diplomatique. La mise en page, les « s » longs (« ſ ») ou les eszett (« ß »), les lettres ramistes ou ligaturées et les abréviations au moyen de tilde sont par exemple conservées. En revanche, les titres courants, les signatures de cahier ou les lettrines ne sont pas relevés, et l’usage des espaces est régularisé selon les conventions actuelles.

Respecter les choix établis dans notre travail de correction nous permet d’appréhender les questionnements éditoriaux inhérents à tout projet de ce type.

Transcription terminée avec balises et corrections.

 

C’est ainsi avec plaisir et détermination que nous avons pris en main notre première mission au sein du projet, qui nous a conduit à une immersion complète dans la richesse du texte mais aussi dans le travail élaboré depuis le début de cette passionnante entreprise éditoriale !

Marion Aspe,
étudiante en master 2 Métiers de la Science des Patrimoines au CESR de Tours et stagiaire au sein du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial.

 

 

[1] Nous travaillons à partir de l’exemplaire de la Bnf consultable ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1173801.texteImage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.