En route vers l’indexation

Point d’étape

Notre travail de stagiaires sur le projet Mythologia se poursuit. Notre première rencontre avec le texte de Natale Conti via la correction et le pré-balisage de la transcription nous a permis de mieux comprendre cette mythographie. Cette nouvelle et frêle aisance nous permet d’aborder une nouvelle tâche, un pan assez important de notre stage, à savoir : indexer le texte.

L’indexation a déjà été réalisée pour la seconde moitié du livre II et pour l’essentiel du livre III, que nous allons compléter : nous recevons chacun la charge de deux chapitres à indexer. Muni de notre loupe de détective imaginaire nous avons pour but de moissonner le texte à la recherche d’expressions et mots significatifs en tenant compte des métadonnées définies pour le projet. Ces métadonnées sont disponibles dans les notices des chapitres, ainsi que dans les index généraux.

Une mise en place complexe

Le démarrage se fait un peu barbotant, tant la tâche parait complexe. Pourtant les index, déjà disponibles sur le site, sont bien élaborés. Les métadonnées et leurs intitulés sont fixés, les règles de saisie sont arrêtées pour la plupart des données, mais il reste des flottements pour certaines. Le travail effectué ensemble nous a permis de les fixer, et nous avons été amenés à créer deux nouvelles métadonnées : métamorphoses et équivalences entre personnages.

Le travail se fait alors en plusieurs étapes. Nous commençons tout d’abord par une lecture intensive des textes concernés. Puis nous relevons les mots relatifs aux métadonnées choisies. Enfin, pour certaines occurrences un travail de recherche en ligne ou à la bibliothèque est parfois nécessaire pour fixer les données incertaines, l’orthographe ou pour harmoniser le relevé.

Ce premier relevé sur le texte se fait grâce à un code couleur. Nous choisissons une couleur par métadonnée puis nous annotons nos exemplaires de la Mythologie. Une fois le texte balayé nous remplissons nos fichiers d’indexation sur Open Office. Ces fichiers sont préparés par métadonnées pour lesquelles des règles de saisie s’appliquent. Ces règles sont inscrites sur des documents framapad qui nous permettent un accès collectif et collaboratif. Entre autres conventions, nous inscrivons une métadonnée par ligne en précisant le numéro de page, une seule fois la même valeur par page du texte original. Ces indications de saisie permettront ensuite de faciliter l’import sur le site internet du projet. Il se fait en migrant nos fichiers Open Office vers des fichiers Open Calc qui permettent une automatisation de l’import sur la plateforme.

Exemple de fichier d’indexation Open Office – II, 10 de Pluton

Nous nous bornons également aux règles dictées par les choix éditoriaux du projet. Entre autres, nous utilisons les formes modernes des mots qui permettront des recherches facilitées par les usagers du site. Les formes anciennes, indiquées par des guillemets, ne sont pas toujours fixes, on peut trouver dans le texte des variations de formes pour un même nom. Pour garder ces données, nous les relevons dans un tableur des graphies alternatives dans lequel nous notons la forme ancienne et la forme moderne retenue. Nous conservons ainsi toutes les données, mais facilitons la recherche dans l’index pour les usagers en conservant la forme moderne. Dans notre formulaire de relevé, on a donc : p. 169 Neptune (« Neptun »), et dans l’index sur le site, on trouvera : Neptune.

Focus sur les métadonnées

Nous travaillons à partir d’une liste de métadonnées structurée en plusieurs catégories :

Étude des sources :

  • Textes mentionnés

Des dieux, des monstres et des hommes :

  • Noms mythologiques et historiques
  • Équivalences entre personnages
  • Identifications des personnages
  • Figurations et attributs
  • Métamorphoses

Du monde :

  • Cérémonies et rituels
  • Noms de peuples
  • Toponymes
  • Animaux et monstres
  • Astres et objets célestes
  • Végétaux

La première catégorie à relever dans le texte est la plus complexe. Elle concerne les sources citées par Natale Conti qui effectue un travail colossal de citation d’auteurs antiques. Nous relevons alors tous les auteurs cités et effectuons un travail de recherche en parallèle. L’idée est d’identifier chaque citation antique puisque Conti ne nous donne pas systématiquement les références précises.

Exemple (III, XIII, De la Nuit, p.217) : Conti cite Euripide, mais ne donne pas le titre de l’œuvre.

La majorité des références présentes dans le texte latin de 1581 a été identifiée par un groupe d’éditrices-traductrices espagnoles (Rosa M.a Iglesias Montiel et M.a Consuelo Álvarez Morán (éd. et trad.), dans Natale Conti, Mitología, Murcia, Universidad de Murcia, (1988) 2004). Notre travail consiste à vérifier ces identifications, les corriger ou les compléter au besoin et rendre compte des changements entre le texte de 1581 et ses traductions françaises.

Exemple (III, XIII, De la Nuit, p.218) : Conti cite Hésiode et deux de ses œuvres, mais ne précisent pas plus. En allant voir l’édition espagnole, nous pouvons obtenir plus de précisions sur les livres ou vers :

Édition de 1567 (III, XIII, De la Nuit)
Édition de 1581 (III, XIII, De la Nuit)
Édition de 1627 (III, XIII, De la Nuit)

La référence à Euripide n’est pas présente en 1567, mais elle l’est en 1581 et puis 1627. Elle a été ajoutée en 1581. Nous notons dans le formulaire :

p. 217 1581 réf et cita aj. / Euripide > Jupiter [pour Ion, v. 1150-1151]

La référence à Virgile (avant la référence à Apollonios de Rhodes) est présente en 1567 et 1581 (« Virgilius libro quinto »), mais absente en 1627. Elle a été supprimée entre temps, à partir de l’édition de 1600. Nous précisions donc tout cela dans notre formulaire de relevé (à la page où la citation devrait se trouver si elle n’avait pas été supprimée) : p. 217 1600 réf et cit suppr. / Virgile > [Énéide, V, v. 721].

Nous avons tout de même essayé de constituer une bibliothèque de ressources en ligne, que nous complétons au fur et à mesure. Celle-ci inclut par exemple la Perseus Digital Library, Internet Archive ou encore Remacle, ce dernier est utile pour identifier la référence des citations même si les traductions publiées ne sont pas toutes adéquates pour notre projet.

Des passages en bibliothèques et des recoupements avec les éditions précédentes nous permettent d’enrichir cette catégorie en renseignant l’état des citations. Elles sont parfois tronquées, augmentées ou supprimées d’une édition à l’autre, à nous de démêler tout cela.

La métadonnée la plus foisonnante concerne les noms, nerf de guerre d’une mythographie. De fait dans cet index nous ne relevons pas uniquement les personnages mais tous les dieux, hommes ou encore monstres cités par Conti.

Les cérémonies et rituels sont relevés et comprennent aussi bien les offrandes, que les constructions de temple ou les sacrifices. Il s’agit ici de relever le dieu concerné, le type de geste, l’objet de l’offrande, l’instigateur de la cérémonie et, s’il existe, le nom du rituel. Cette systématisation du relevé permet de clarifier la catégorie.

Les noms de peuples font également partie de notre moisson, nous respectons ici les règles de base (modernisation des graphie, absence de majuscule) et nous gardons la graphie actuelle des peuples, en retirant les déterminants.

Les catégories suivantes concernent les toponymes, les animaux et monstres, les astres et objets célestes et les végétaux.

Un index vivant et mouvant

Sur le papier le travail semble donc bien huilé. Cependant nous restons attentifs au texte, qui nous offre pléthore d’originalités. Tous les cas inédits que nous rencontrons font du texte et de son étude une matière vivante et nous demande une certaine flexibilité. Les choix d’indexation n’échappent pas à la règle et nous devons les affiner au fur et à mesure.

C’est notamment le cas pour les noms cités, et pour les informations sur les entités mythologiques, qui pullulent dans le texte. Extraire les noms cités est une étape indispensable pour la constitution de l’index, mais affiner cette métadonnée fourmillante nécessite un travail plus élaboré. Voilà pourquoi plusieurs métadonnées ont été créées. Nous relevons alors :

  • Les noms cités en notant les graphies alternatives
  • Les identifications des personnages : les généalogies, les qualificatifs, les étymologies, les assimilations, les fonctions et les inventions.
  • Les équivalences entre les personnages
  • Les figurations et attributs
  • Les métamorphoses

Un petit coup de balais

L’indexation est un processus conséquent et malgré l’aide et les corrections de Céline Bohnert, un nettoyage est de mise. Ce nettoyage permet à la fois de lisser les fichiers d’indexation pour les mettre à jour mais également de récupérer les oublis possibles. C’est donc une deuxième phase d’indexation que l’équipe de stagiaires entreprend. Nous nous concentrons tous sur deux métadonnées précises et nous pouvons ainsi relire les chapitres déjà indexés en devenant expert de notre domaine.

 

Marianne de Prémont,
stagiaire au sein du projet Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial.


Une réflexion sur « En route vers l’indexation »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.