Tous les articles par DUPUIS Charline

Conti au XXIème siècle : de ses références à sa modernisation

Les étudiants du Master Lettres & Humanités (URCA) ont participé au projet Mythologia dans le cadre du cours de philologie numérique. Pour clore le cours, ils ont été invités à rédiger un rapport d’étonnement sur leur expérience. Vous découvrirez ci-dessous l’un de ces six textes.
*

« La Corne du Veſpre », un lieu qui nous plonge vers l’inconnu

Conti fait de nombreuses références au sein de son œuvre, certaines explicites, d’autres implicites, et d’autres encore complètement erronées. J’ai trouvé cela plutôt étonnant puisque l’on attend aujourd’hui d’une encyclopédie que les savoirs qu’elles exposent soient véridiques. Aujourd’hui, une encyclopédie est reconnue comme une œuvre de référence. Cependant, au XVIème siècle ‒ première publication de Conti‒, l’encyclopédie a pour but de recenser le plus de savoirs possibles, en les prenant pour acquis et sans nécessairement vérifier les sources. Par ailleurs, au XVIème siècle, la propriété intellectuelle est différente et les sources sont considérées comme des connaissances générales et ne sont ainsi pas toujours citées. La construction des savoirs a donc bien évolué entre temps. Il faut aussi noter que Conti prête encore à débat aujourd’hui, considéré par certains chercheurs[1] comme un faussaire pour avoir « inventé » des citations, et défendu par d’autres soutenant que les sources ont simplement été perdues. Nous pouvons nous questionner à ce propos : Conti a-t-il réellement possédé des sources autres que nous avons perdues ? A-t-il cité d’autres œuvres de son époque aujourd’hui perdues et citant elles-mêmes des œuvres antérieures perdues ? A-t-il volontairement inventé des sources pour donner plus d’importance à son travail ? A-t-il cité sans mener des recherches sérieuses concernant ses sources ou bien s’agit-il simplement d’erreur dans ses recherches ? Beaucoup d’hypothèses sont possibles et invitent à débat encore aujourd’hui.

Continuer la lecture de Conti au XXIème siècle : de ses références à sa modernisation