Tous les articles par Équipe Mythologia

l’usage des lettres “u” et “v” (1627)

Les lettres U et V correspondent aujourd’hui à des sons différents, respectivement /v/ (“vous”) et  /y/ (“tu, sûr”). Le U peut aussi se combiner à d’autres lettres pour former des graphèmes complexes: l’association “ou” note le son /u/ (“coup”). La logique est ainsi une logique phonique.

Dans l’édition de la Mythologie de 1627, suivant un usage très largement répandu jusqu’au XVIIIe siècle, l’utilisation de ces deux lettres suit une logique différente : leur utilisation est distributionnelle. En majuscule, les sons /v/ et  /y/ sont toujours rendus par la lettre V.  En minuscule, le V s’utilise en début de mot, le U en milieu et fin de mot.

La Mythologie, Paris, 1627, p. 453.

La transcription des livres II à IX, en cours de publication, nous a permis de repérer quelques rares exceptions dont voici la liste.

p. 446-36  : tenves – la leçon est la même dans les éditions précédentes (1600, 1604, 1607, 1611, 1612).
p. 447-8 : tenve
p. 474-9 : invtils
p. 548-34: tenve
p. 855-9 : havres 
p. 878-28 : tenves
p. 954-11: in-/vtiles. 
*

Pour citer ce billet : Céline Bohnert, “L’usage des lettres u et v (1627)”, https://mythologia.hypotheses.org/2040, mis en ligne le 25/10/2022.

*

Céline Bohnert
(CRIMEL, URCA / IUF)

“S” long et “S” rond (1627)

L’un des objectifs du projet Mythologia est d’étudier la fabrique du savoir mythographique dans les Mythologiae libri decem et leurs traductions françaises, y compris les conditions matérielles de cette production. C’est pourquoi nous avons choisi d’éditer une transcription semi-diplomatique, au plus proche de la réalité typographique de nos éditions, sans pour autant nous astreindre à reproduire les pages elles-mêmes : c’est le système graphique qui nous intéresse ici, et tout ce qu’il peut nous révéler sur les éditeurs-imprimeurs parisiens, sur le travail de Jean Baudoin, sur l’histoire du livre et les usages alors en cours, sur les attentes ou la formation des lecteurs.

Au terme de plusieurs mois de travail, l’équipe a transcrit les Livres II à IX. Cette immersion typographique nous a permis plusieurs observations inédites : ainsi de l’usage des S longs et des S ronds, bien moins capricieux qu’une première appréhension du texte nous l’avait laissé croire.

Continuer la lecture de “S” long et “S” rond (1627)

Présentation du groupe de travail « Bibliothèques Numériques de la Première Modernité »

Pour sa première année (2022-2023), le groupe de travail Bibliothèques Numériques de la Première Modernité (EMAN, THALIM, PSL, ENS/CNRS) se penchera sur la notion documentaire d’autorité. Quotidienne dans les métiers de la documentation, la notion d’autorité ne va pourtant pas de soi, moins encore lorsqu’il s’agit de l’appliquer à des textes et des documents de la première modernité. Les rencontres auront pour objectif d’interroger la place des autorités Auteurs et/ou Œuvres dans les projets EMAN portant sur la période XVIe-XVIIIe siècles. Quelle est leur pertinence éditoriale en fonction des corpus traités, des objectifs scientifiques et des méthodologies retenues ? En quoi les spécificités de nos objets, comme l’écriture collective, l’absence de signature, la circulation des contenus et l’intervention structurante des différents acteurs du livre, interrogent-elles la notion documentaire d’autorité ? Comment la plate-forme EMAN permet-elle de ou même invite-t-elle à mettre en œuvre des listes d’autorités et de quelles manières souhaitons-nous exploiter ces possibles ?

D’un point de vue bibliothéconomique mais aussi épistémologique, la question des autorités nous conduira à poser la question de l’usage des référentiels d’autorités et notamment, dans le cadre d’EMAN, celle de la mise en place automatisée des modes d’interrogation et d’import des données préexistantes. Il s’agira aussi d’interroger la mise en œuvre pratique de l’interopérabilité et de ses implications épistémologiques : quels champs de connaissance les écrits de la première modernité invitent-ils à fréquenter, comment les convoquer et les mettre en partage, comment favoriser la circulation des savoirs et des références, tout en conservant comme horizon une économie des ressources techniques, des moyens financiers et du capital attentionnel des utilisateurs  des sites ?

Céline Bohnert et Anne Réach-Ngô

Retour des étudiants du Master L&H sur leur participation au projet

Un « échantillon » assez complet

Au cours de l’année universitaire 2021-2022, les étudiants du Master 1 Lettres et Humanités, dont je fais partie, ont pu découvrir le projet Mythologia grâce à leur cours de « Philologie Numérique ». Avec cet intitulé plutôt obscur, nous ne savions pas exactement quel serait le contenu du cours… et nous ne l’avons pas su avant la deuxième séance. Avant de nous présenter le projet, Céline Bohnert tenait à nous faire réfléchir sur l’articulation des termes de l’intitulé puis à nous présenter le rôle de l’éditeur et les choix subjectifs qu’il doit opérer. Elle nous a ensuite présenté Mythologia.

Durant les trente heures qu’a duré ce cours, nous avons expérimenté les étapes majeures du processus d’édition de l’œuvre de Conti (la transcription, l’indexation ainsi que, au choix, la recherche de termes du glossaire et leur balisage ou l’indexation des sources implicites et explicites) sur une portion de texte de quelques pages. Chaque étape était en amont bien expliquée par Céline Bohnert. Cela n’a bien sûr pas empêché une multitude de questions par la suite, en raison du très grand nombre de normes, mises en place depuis que le projet existe, auxquelles il fallait se conformer. Même si le nombre d’interrogations avait grandement diminué après que nous ayons déjà effectué 5h de transcription, de nombreux cas spéciaux, voire inédits, nécessitaient l’appui de Mme Bohnert.

Le Master Lettres et Humanités face à l’édition numérique

Le Master Lettres et Humanités, de même que la licence de Lettres Modernes dont il est le prolongement, est moins axés sur l’édition que sur les autres étapes de la création (le processus créatif et la réception) et bien sûr sur le contenu du texte. Toutefois, nous avons déjà eu l’occasion d’étudier des phénomènes propres à l’édition du livre et ce cours a pu les concrétiser. Quoi de mieux qu’une édition numérique regroupant quatre éditions du même texte pour parler de mouvance du texte ou réfléchir à la notion de « variante » ? Le projet questionne l’édition de textes anciens mais pose aussi des problématiques plus générales sur les avantages et inconvénients de l’édition numérique.

Au premier abord, le cours de Philologie Numérique paraît plus adapté à des étudiants en Master d’édition qu’aux étudiants d’un Master centré sur la recherche. Toutefois, la recherche se fraye un chemin dans presque toutes les étapes de l’édition que nous avons expérimentés. Elle est l’élément clé de l’identification des sources mais est aussi indispensable dans l’indexation lorsque nous devons retrouver quelle est la divinité, la ville ou la plante, par exemple, dont il est question dans le texte de Conti. La recherche peut s’avérer plutôt compliquée lorsque, d’une part, Conti ou un de ses traducteurs utilise une graphie différente de celle attestée et que, d’autre part la divinité n’est plus connue de nos jours ou que la ville n’existe plus.

L’avis des étudiants sur « Mythologia »

Nous avons apprécié la richesse de la plateforme qui rend accessible à différents domaines des sciences humaines et sociales les informations contenues dans la mythographie de Natale Conti.

De plus, nous avons trouvé louable que la trace de notre travail, ainsi que celle des autres membres temporaires du projet, soit mis en avant sur le site.

Billet rédigé par Steevy ROCHE (Master Lettres & Humanités, URCA), grâce aux avis de Chloé FLAMAND et Marie GENDRE

Les missions réalisées par les étudiants sont présentées sur le site Mythologia : voir le volet pédagogique du projet.

Accès direct à leur travail:

Chapitres transcrits, balisés et indexés
Quentin Corroy Mythologie, Paris, 1627 – IV, 12 : D’Esculape
Anaïs Feutry Mythologie, Paris, 1627 – IV, 06 : De Pallas
p. 290-296
Chloé Flamand Mythologie, Paris, 1627 – IV, 07 : De Promethée
Marie Gendre Mythologie, Paris, 1627 – IV, 08 : D’Atlas
Steevy Roche Mythologie, Paris, 1627 – IV, 02 : De Lucine
Mythologie, Paris, 1627 – IV, 03 : Des Penates
Mythologie, Paris, 1627 – IV, 04 : Du Genie
Assiatou Tounkara Mythologie, Paris, 1627 – IV, 06 : De Pallas
p. 283-290

Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ? (2)

Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ? Les projets SourcEncyMe et Mythologia en dialogue (2).

Retour sur la séance du séminaire
« Les p’tits déj’ ‘Humanités numériques’ de l’IRHT », 03/06/22

 

La première de cette série de trois rencontres organisées par Emmanuelle Kuhry dans le cadre des P’tits déj Numériques de l’IRHT s’est déroulée en janvier dernier. Elle a permis de présenter les deux projets, en mettant l’accent sur la nature de leurs corpus, sur leurs objectifs scientifiques et leurs méthodes éditoriales. Sont ainsi apparues des convergences fortes qui touchent à l’analyse des sources et de leur circulation, aussi bien qu’aux méthodes intellectuelles des compilateurs étudiés et au système de renvois et de citations élaboré dans les textes encyclopédiques du Moyen Âge et de la Renaissance. Le compte rendu est publié ici.

Pourtant, les chaînes éditoriales des deux projets s’avèrent très différentes. Les 2e et 3e séances ont permis d’approfondir la réflexion méthodologique et épistémologique en l’abordant de manière pratique, sous forme de démonstrations et d’atelier.

La deuxième séance a ainsi été consacrée aux métadonnées du projet Mythologia : comment décrire le corpus sur la plate-forme EMAN, et pour quoi faire ? Quelles catégories ont été choisies pour classer les données mythographiques, et quelle méthode de collecte des données ? Enfin, que nous apprennent ces catégories sur le texte étudié et sur nos propres méthodes en Humanités numériques ?

Le billet ci-dessous présente une synthèse de la séance et des échanges auxquels elle a donné lieu. Merci à tous les participants pour leur présence et pour leurs riches et passionnantes interventions : Emmanuelle Kuhry (SourcEncyMe), organisatrice de la séance, Isabelle Draelants (IRHT, projet SourcEncyMe), Marion Aspe, Marie Bizais-Lillig, Maurizio Busca, Elisa Lonati, Romane Marlhoux, Kenan Oudin, Marianne de Prémont, Cécile Sajdak, Marthe Vertongen.

Continuer la lecture de Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ? (2)

État des lieux : quelques enquêtes sur les toponymes

Le billet sur le travail de curation des données réalisé par les stagiaires a permis de montrer notre méthode de travail, nos recherches et nos questionnements. Un des exemples de recherche de toponyme dans le billet sur la curation était particulièrement intéressant et amenait à être détaillé, mais impossible en un billet de rentrer dans les détails de toutes les recherches réalisées et difficultés rencontrées pour chaque métadonnée. Voici donc un billet retraçant quelques recherches fructueuses, cas épineux et coquilles intéressantes en rapport avec la métadonnée « Toponymes ».

Continuer la lecture de État des lieux : quelques enquêtes sur les toponymes

Curiosités et bizarreries typographiques

La vérification de la transcription du texte de l’édition de 1627 de la Mythologie de Conti, fournie par le logiciel HTR Transkribus, est l’occasion de croiser de petites bizarreries typographiques et autres coquilles singulières. Elles se révèlent de différentes natures et sont propices à piquer la curiosité des lecteurs que nous sommes. Elles nous renseignent au passage sur la fabrique du livre, témoignant des pratiques typographiques et éditoriales en cours au début du XVIIe siècle. Ce billet est destiné à présenter quelques-unes de ces rencontres impromptues.

Continuer la lecture de Curiosités et bizarreries typographiques

Le travail des stagiaires présenté à la communauté EMAN

Chaque mois, la plateforme EMAN publie une lettre d’information à destination des porteurs de projets et de leurs équipes. Cette communication permet aux différents acteurs de la plateforme d’être informés de la vie des projets et de l’agenda prévu pour les semaines à venir.

Continuer la lecture de Le travail des stagiaires présenté à la communauté EMAN

Mythologia : un site actualisé!

En tant que stagiaires au sein du projet Mythologia, nous avons eu pour mission d’améliorer l’ergonomie et la navigation du site Internet.

Tour du propriétaire…

Avant même de commencer notre stage, Céline Bohnert, porteuse du projet et tutrice professionnelle nous encadrant, nous avait chargés de commenter le site tel qu’il apparaissait à nos yeux de non-initiés. Il s’agissait de déceler d’éventuels dysfonctionnements, de noter toutes nos gênes dans la navigation ou dans la compréhension des différentes pages et fonctionnalités du site, en somme de relever l’ensemble des points qui nous apparaissaient problématiques, aussi bien que les éléments que nous estimions réussis.

Continuer la lecture de Mythologia : un site actualisé!

Compléter et harmoniser les données, nettoyer les fichiers

Après un premier travail d’indexation sur quelques chapitres du livre III de l’édition 1627, ayant bien pris connaissance de la méthode d’indexation et de ses différentes métadonnées, nous nous lançons dans un travail de nettoyage des chapitres déjà indexés. Ce nettoyage est nécessaire pour harmoniser et stabiliser les différentes métadonnées, qui étaient jusque-là pour certaines toujours en cours de définition.

Nous avons dix-neuf chapitres à nettoyer, répartis entre le livre II et le livre III, et (au final) onze métadonnées à stabiliser. Pour cela, nous nous sommes réparti le travail, pour que chacun puisse se concentrer sur deux ou trois métadonnées et ainsi devenir un « expert » de ces métadonnées. Avant d’être publiées sur le site, les métadonnées sont relevées dans un formulaire Open Office. Comme nous travaillons sur ces formulaires Open Office, nous ne pouvons pas travailler en même temps sur un fichier et avons donc mis en place un roulement entre nous.

Continuer la lecture de Compléter et harmoniser les données, nettoyer les fichiers

En route vers l’indexation

Point d’étape

Notre travail de stagiaires sur le projet Mythologia se poursuit. Notre première rencontre avec le texte de Natale Conti via la correction et le pré-balisage de la transcription nous a permis de mieux comprendre cette mythographie. Cette nouvelle et frêle aisance nous permet d’aborder une nouvelle tâche, un pan assez important de notre stage, à savoir : indexer le texte.

Continuer la lecture de En route vers l’indexation

Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ? (1)

Nota : ce billet a été mis en forme par Emmanuelle Kuhry. Il est également publié sur son carnet, Digigloses.

Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ?  Les projets SourcEncyMe et Mythologia en dialogue (1)

Retour sur la séance du séminaire « Les p’tits déj’ ‘Humanités numériques’ de l’IRHT », 14/01/22)

Vendredi 14 janvier 2022,  Jérémy Delmulle – Emmanuelle Kuhry, IRHT-CNRS), les organisateurs des “Petits Déjeûners Humanités Numériques de l’IRHT”, ont invité les protagonistes de deux projets d’édition numérique de corpus encyclopédiques : SourcEncyMe (dir. Isabelle Draelants, IRHT-CNRS) et Mythologia (dir. Céline Bohnert, Univ. de Reims Champagne-Ardenne / IUF).

Quels traitements numériques peut-on accorder aux encyclopédies, ces textes massifs qui organisent à chaque époque le partage des savoirs ? Et d’abord, qu’est-ce qu’une encyclopédie au Moyen Âge et à la Renaissance ? Comment les aborder aujourd’hui ?

On trouvera ci-dessous un compte-rendu retravaillé des échanges, accompagné des illustrations utilisées.

Continuer la lecture de Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ? (1)

Mission : Transcription

Une des premières missions qui nous a été assignée en tant que stagiaires fraîchement arrivés dans l’équipe du projet Mythologia a été celle de vérifier et de pré-baliser la transcription automatique, effectuée via l’outil Transkribus, de l’édition de Jean Baudouin de 1627 de la mythographie de Natale Conti, afin de l’amender au besoin.

Chacun d’entre nous s’est vu confier une partie de texte dont il a la responsabilité. Cette tâche nous a permis d’entrer immédiatement dans la langue de ce texte foisonnant, d’en appréhender les mécanismes, mais aussi de comprendre le fonctionnement de Transkribus, afin de traquer et corriger efficacement les coquilles disséminées çà et là. Cette mission a été en outre le moyen de saisir les choix éditoriaux appliqués à ce corpus, qui propose une transcription semi-diplomatique du texte.

Continuer la lecture de Mission : Transcription

Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti

Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti.
Regard sur les index du De Deis Gentium Varia et Multiplex Historia et des Mythologiae libri decem

Gautier Amiel
(Sorbonne Université – CELLF)

Résumé : Ce billet est tiré d’une intervention présentée le 12 novembre 2021 dans le cadre du séminaire de Virginie Leroux (EPHE) de langue et littératures néo-latines, « Lilio Gregorio Giraldi : les dieux des philosophes antiques ». Il s’attache à rendre compte du « discours » des index des œuvres de Conti et Giraldi et du rôle qu’ils peuvent jouer dans la compréhension et la réception des deux sommes mythographiques que sont le De Deis gentium Historia et les Mythologiae libri.

Continuer la lecture de Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti