Archives de catégorie : Études sur le corpus

l’usage des lettres “u” et “v” (1627)

Les lettres U et V correspondent aujourd’hui à des sons différents, respectivement /v/ (“vous”) et  /y/ (“tu, sûr”). Le U peut aussi se combiner à d’autres lettres pour former des graphèmes complexes: l’association “ou” note le son /u/ (“coup”). La logique est ainsi une logique phonique.

Dans l’édition de la Mythologie de 1627, suivant un usage très largement répandu jusqu’au XVIIIe siècle, l’utilisation de ces deux lettres suit une logique différente : leur utilisation est distributionnelle. En majuscule, les sons /v/ et  /y/ sont toujours rendus par la lettre V.  En minuscule, le V s’utilise en début de mot, le U en milieu et fin de mot.

La Mythologie, Paris, 1627, p. 453.

La transcription des livres II à IX, en cours de publication, nous a permis de repérer quelques rares exceptions dont voici la liste.

p. 446-36  : tenves – la leçon est la même dans les éditions précédentes (1600, 1604, 1607, 1611, 1612).
p. 447-8 : tenve
p. 474-9 : invtils
p. 548-34: tenve
p. 855-9 : havres 
p. 878-28 : tenves
p. 954-11: in-/vtiles. 
*

Pour citer ce billet : Céline Bohnert, “L’usage des lettres u et v (1627)”, https://mythologia.hypotheses.org/2040, mis en ligne le 25/10/2022.

*

Céline Bohnert
(CRIMEL, URCA / IUF)

“S” long et “S” rond (1627)

L’un des objectifs du projet Mythologia est d’étudier la fabrique du savoir mythographique dans les Mythologiae libri decem et leurs traductions françaises, y compris les conditions matérielles de cette production. C’est pourquoi nous avons choisi d’éditer une transcription semi-diplomatique, au plus proche de la réalité typographique de nos éditions, sans pour autant nous astreindre à reproduire les pages elles-mêmes : c’est le système graphique qui nous intéresse ici, et tout ce qu’il peut nous révéler sur les éditeurs-imprimeurs parisiens, sur le travail de Jean Baudoin, sur l’histoire du livre et les usages alors en cours, sur les attentes ou la formation des lecteurs.

Au terme de plusieurs mois de travail, l’équipe a transcrit les Livres II à IX. Cette immersion typographique nous a permis plusieurs observations inédites : ainsi de l’usage des S longs et des S ronds, bien moins capricieux qu’une première appréhension du texte nous l’avait laissé croire.

Continuer la lecture de “S” long et “S” rond (1627)

État des lieux : quelques enquêtes sur les toponymes

Le billet sur le travail de curation des données réalisé par les stagiaires a permis de montrer notre méthode de travail, nos recherches et nos questionnements. Un des exemples de recherche de toponyme dans le billet sur la curation était particulièrement intéressant et amenait à être détaillé, mais impossible en un billet de rentrer dans les détails de toutes les recherches réalisées et difficultés rencontrées pour chaque métadonnée. Voici donc un billet retraçant quelques recherches fructueuses, cas épineux et coquilles intéressantes en rapport avec la métadonnée « Toponymes ».

Continuer la lecture de État des lieux : quelques enquêtes sur les toponymes

Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti

Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti.
Regard sur les index du De Deis Gentium Varia et Multiplex Historia et des Mythologiae libri decem

Gautier Amiel
(Sorbonne Université – CELLF)

Résumé : Ce billet est tiré d’une intervention présentée le 12 novembre 2021 dans le cadre du séminaire de Virginie Leroux (EPHE) de langue et littératures néo-latines, « Lilio Gregorio Giraldi : les dieux des philosophes antiques ». Il s’attache à rendre compte du « discours » des index des œuvres de Conti et Giraldi et du rôle qu’ils peuvent jouer dans la compréhension et la réception des deux sommes mythographiques que sont le De Deis gentium Historia et les Mythologiae libri.

Continuer la lecture de Les sources de Lilio Gregorio Giraldi et de Natale Conti

1567-1581 : Comparaison des index auctorum

Résumé : L’édition originale des Mythologiae libri (Venise, 1567) comporte un index auctorum et locorum. L’édition augmentée (Francfort, 1581), elle, ne porte qu’un index auctorum, réalisé par Johannes Opsopoeus si l’on en croit l’adresse au lecteur de l’éditeur André Wechel (à lire sur le site Mythologia). On dresse ici la liste des variations entre ces deux documents.

Continuer la lecture de 1567-1581 : Comparaison des index auctorum

Natale Conti mythographe… et poète

L’édition des Mythologiae libri decem donnée à Francfort par André Wechel en 1581 comporte de très nombreux ajouts par rapport au premier état du texte, qui remonte à 1567 (voir la présentation des éditions et des acteurs de ces livres sur le site Mythologia). Parmi eux, on trouve le poème suivant, inséré dans le chapitre sur Plutus  (II, 10) :

Continuer la lecture de Natale Conti mythographe… et poète