Archives par mot-clé : La raison (typo)graphique

l’usage des lettres “u” et “v” (1627)

Les lettres U et V correspondent aujourd’hui à des sons différents, respectivement /v/ (“vous”) et  /y/ (“tu, sûr”). Le U peut aussi se combiner à d’autres lettres pour former des graphèmes complexes: l’association “ou” note le son /u/ (“coup”). La logique est ainsi une logique phonique.

Dans l’édition de la Mythologie de 1627, suivant un usage très largement répandu jusqu’au XVIIIe siècle, l’utilisation de ces deux lettres suit une logique différente : leur utilisation est distributionnelle. En majuscule, les sons /v/ et  /y/ sont toujours rendus par la lettre V.  En minuscule, le V s’utilise en début de mot, le U en milieu et fin de mot.

La Mythologie, Paris, 1627, p. 453.

La transcription des livres II à IX, en cours de publication, nous a permis de repérer quelques rares exceptions dont voici la liste.

p. 446-36  : tenves – la leçon est la même dans les éditions précédentes (1600, 1604, 1607, 1611, 1612).
p. 447-8 : tenve
p. 474-9 : invtils
p. 548-34: tenve
p. 855-9 : havres 
p. 878-28 : tenves
p. 954-11: in-/vtiles. 
*

Pour citer ce billet : Céline Bohnert, “L’usage des lettres u et v (1627)”, https://mythologia.hypotheses.org/2040, mis en ligne le 25/10/2022.

*

Céline Bohnert
(CRIMEL, URCA / IUF)

“S” long et “S” rond (1627)

L’un des objectifs du projet Mythologia est d’étudier la fabrique du savoir mythographique dans les Mythologiae libri decem et leurs traductions françaises, y compris les conditions matérielles de cette production. C’est pourquoi nous avons choisi d’éditer une transcription semi-diplomatique, au plus proche de la réalité typographique de nos éditions, sans pour autant nous astreindre à reproduire les pages elles-mêmes : c’est le système graphique qui nous intéresse ici, et tout ce qu’il peut nous révéler sur les éditeurs-imprimeurs parisiens, sur le travail de Jean Baudoin, sur l’histoire du livre et les usages alors en cours, sur les attentes ou la formation des lecteurs.

Au terme de plusieurs mois de travail, l’équipe a transcrit les Livres II à IX. Cette immersion typographique nous a permis plusieurs observations inédites : ainsi de l’usage des S longs et des S ronds, bien moins capricieux qu’une première appréhension du texte nous l’avait laissé croire.

Continuer la lecture de “S” long et “S” rond (1627)