Archives par mot-clé : Mythologia

Proposer une exposition virtuelle

Ce billet cherche à décrire succinctement de quelle façon une exposition virtuelle se met en place sur un site d’édition scientifique numérique tel que celui du projet « Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial ».

Continuer la lecture de Proposer une exposition virtuelle

Fonctionnalité inédite: trier les chiffres romains!

Entretien avec Richard Walter, ingénieur de recherche CNRS, responsable de la plate-forme EMAN, à propos de la mise en place d’une fonctionnalité de tri alphanumérique prenant en compte les chiffres romains sur la plate-forme.

Continuer la lecture de Fonctionnalité inédite: trier les chiffres romains!

Ouverture de l’Iconothèque

Lors de son stage au sein de Mythologia, en 2020, Jeanne Leroux, a créé une collection dédiée aux gravures sur bois de la Mythologie publiée à Lyon en 1612. C’est que ces gravures sont insérées dans les pages du livre et il semblait nécessaire de leur consacrer des notices spécifiques. Jeanne Leroux a détouré les images et a mis en place la structure de ces notices.

https://eman-archives.org/Mythologia/items/show/6828

Continuer la lecture de Ouverture de l’Iconothèque

La liste des contributeurs mise à jour

Le champ Dublin Core Contributeur a été actualisé pour les collections, les items et les fichiers. Ce champ est désormais public et accessible via les index sur cette page.

Les valeurs de cette métadonnée suivent ce schéma :
Nom, Prénom (tâche – date). Les interventions de chacun, étudiants et chercheurs, sont ainsi explicitement référencées.

Les collections, items et fichiers portent en outre la valeur “Équipe Mythologia”, qui rend compte de la conception collective du site.

Pour mémoire, les membres du projet sont présentés sur la page Équipe. Et le travail des étudiants du Master Lettres & Humanité (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL) est présenté dans le Volet pédagogique. Les deux pages sont accessibles depuis le menu, sous l’onglet “Le projet”.

Macrobe et la mythographie dans les Saturnales

Benjamin GOLDLUST

Université de Franche-Comté – ISTA (UR 4011)
EPHE – 3 février 2023

Conférence donnée dans le cadre des rencontres “La bibliothèque des mythographes”.

Dans l’histoire de l’encyclopédisme à l’époque tardive, Macrobe[1] partage avec Martianus Capella la singularité d’avoir tenu à théâtraliser le savoir, au lieu de le présenter sans mise en œuvre littéraire, dans le cadre d’un simple traité didactique ou d’un manuel scolaire. Le compilateur Macrobe revendique d’ailleurs manifestement une ambition artistique, parallèlement à son ambition encyclopédique[2].

Continuer la lecture de Macrobe et la mythographie dans les Saturnales

Choisir une graphie de référence

            Pour harmoniser et classer les métadonnées, il est important de choisir une graphie canonique pour chaque nom de personnage, toponyme, nom de peuple, d’auteur et d’œuvre. En effet, le texte présente certains noms avec une graphie qui n’est plus utilisée de nos jours, par exemple « Iupin » pour « Jupiter ». Il faut donc regrouper toutes les graphies d’un nom sous une graphie de référence. Concernant les noms de Dieux, que l’on connaît bien et qui sont souvent utilisés, la graphie canonique actuelle sera la norme. Toutefois, on peut se heurter à des difficultés lorsqu’on a affaire à des noms de peuples ou des toponymes, notamment lorsque lesdites villes ont disparu et/ou qu’il n’y a pas de forme canonique.

Continuer la lecture de Choisir une graphie de référence

La fortune de Macrobe à la Renaissance (2/2)

La fortune de Macrobe à la Renaissance (2/2).
La polymathie macrobienne 

ou Macrobe, source et passeur de savoirs

Nicolas Cavuoto-Denis
Docteur en langue et littérature anciennes
Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité (UR 4011)

Ce billet publie la seconde partie de la conférence donnée dans le cadre des rencontres “La bibliothèque des mythographes”.

La première partie de la conférence est disponible sur le carnet L’information philologique.

Introduction : Macrobius philosophus ?

Donat de Vérone, dans la préface de son édition de 1538, estime que Macrobe et Virgile sont deux philosophes équivalents et considère que Macrobe comme un philosophans. Cristoforo Landino écrivait, dans ses Disputationes Camaldulenses, à la fin du XVe s., que Macrobe était excellens inter Platonicos philosophus (« le meilleur philosophe platonicien », éd Lohe, 1980, p. 190.2). François Dubois présente Macrobe également comme un excellent philosophe, dans sa Defensio Macrobii de 1524… Qu’est-ce qu’un philosophus et pourquoi Macrobe fut-il ainsi considéré ?

Continuer la lecture de La fortune de Macrobe à la Renaissance (2/2)

En partenariat: La bibliothèque des mythographes

Dans le cadre d’un partenariat scientifique entre le séminaire de Langue et littérature néo-latines de Virginie Leroux (EPHE, PSL, section Sciences Historiques et Philologiques), les membres du projet IPhiS (Centre Jean Pépin, équipe Information Scientifique et Technique, UMR 8230, CNRS-ENS-PSL), et le projet Mythologia, (dir. Céline Bohnert, URCA/IUF), trois séances de séminaire commun sont organisées à l’EPHE pendant l’année 2022-2023 sur le thème “La bibliothèque des mythographes”.

Ces rencontres, organisées avec le soutien de l’IUF, ont pour but de faire le point sur l’état éditorial à la Renaissance des sources antiques utilisées par les mythographes Lilio Gregorio Giraldi et Natale Conti. Le dialogue entre spécialistes des sources antiques, de l’histoire du livre et de la mythographie permettra d’alimenter la base bibliographique IPhiS et éclairera les pratiques savantes des deux mythographes humanistes.

On trouvera ci-dessous les liens vers les textes des diverses communications, publiés tantôt sur le Carnet de Recherche “L’Information philologique”, tantôt sur le Carnet de Recherche “Mythologia”.

3 février 2023

12 mars 2023

  • Laurent Capron, “Anthologies et corpus : problèmes de transmission d’un genre fluide”

l’usage des lettres “u” et “v” (1627)

Les lettres U et V correspondent aujourd’hui à des sons différents, respectivement /v/ (“vous”) et  /y/ (“tu, sûr”). Le U peut aussi se combiner à d’autres lettres pour former des graphèmes complexes: l’association “ou” note le son /u/ (“coup”). La logique est ainsi une logique phonique.

Dans l’édition de la Mythologie de 1627, suivant un usage très largement répandu jusqu’au XVIIIe siècle, l’utilisation de ces deux lettres suit une logique différente : leur utilisation est distributionnelle. En majuscule, les sons /v/ et  /y/ sont toujours rendus par la lettre V.  En minuscule, le V s’utilise en début de mot, le U en milieu et fin de mot.

La Mythologie, Paris, 1627, p. 453.

La transcription des livres II à IX, en cours de publication, nous a permis de repérer quelques rares exceptions dont voici la liste.

p. 446-36  : tenves – la leçon est la même dans les éditions précédentes (1600, 1604, 1607, 1611, 1612).
p. 447-8 : tenve
p. 474-9 : invtils
p. 548-34: tenve
p. 855-9 : havres 
p. 878-28 : tenves
p. 954-11: in-/vtiles. 
*

Pour citer ce billet : Céline Bohnert, “L’usage des lettres u et v (1627)”, https://mythologia.hypotheses.org/2040, mis en ligne le 25/10/2022.

*

Céline Bohnert
(CRIMEL, URCA / IUF)

“S” long et “S” rond (1627)

L’un des objectifs du projet Mythologia est d’étudier la fabrique du savoir mythographique dans les Mythologiae libri decem et leurs traductions françaises, y compris les conditions matérielles de cette production. C’est pourquoi nous avons choisi d’éditer une transcription semi-diplomatique, au plus proche de la réalité typographique de nos éditions, sans pour autant nous astreindre à reproduire les pages elles-mêmes : c’est le système graphique qui nous intéresse ici, et tout ce qu’il peut nous révéler sur les éditeurs-imprimeurs parisiens, sur le travail de Jean Baudoin, sur l’histoire du livre et les usages alors en cours, sur les attentes ou la formation des lecteurs.

Au terme de plusieurs mois de travail, l’équipe a transcrit les Livres II à IX. Cette immersion typographique nous a permis plusieurs observations inédites : ainsi de l’usage des S longs et des S ronds, bien moins capricieux qu’une première appréhension du texte nous l’avait laissé croire.

Continuer la lecture de “S” long et “S” rond (1627)

Présentation du groupe de travail « Bibliothèques Numériques de la Première Modernité »

Pour sa première année (2022-2023), le groupe de travail Bibliothèques Numériques de la Première Modernité (EMAN, THALIM, PSL, ENS/CNRS) se penchera sur la notion documentaire d’autorité. Quotidienne dans les métiers de la documentation, la notion d’autorité ne va pourtant pas de soi, moins encore lorsqu’il s’agit de l’appliquer à des textes et des documents de la première modernité. Les rencontres auront pour objectif d’interroger la place des autorités Auteurs et/ou Œuvres dans les projets EMAN portant sur la période XVIe-XVIIIe siècles. Quelle est leur pertinence éditoriale en fonction des corpus traités, des objectifs scientifiques et des méthodologies retenues ? En quoi les spécificités de nos objets, comme l’écriture collective, l’absence de signature, la circulation des contenus et l’intervention structurante des différents acteurs du livre, interrogent-elles la notion documentaire d’autorité ? Comment la plate-forme EMAN permet-elle de ou même invite-t-elle à mettre en œuvre des listes d’autorités et de quelles manières souhaitons-nous exploiter ces possibles ?

D’un point de vue bibliothéconomique mais aussi épistémologique, la question des autorités nous conduira à poser la question de l’usage des référentiels d’autorités et notamment, dans le cadre d’EMAN, celle de la mise en place automatisée des modes d’interrogation et d’import des données préexistantes. Il s’agira aussi d’interroger la mise en œuvre pratique de l’interopérabilité et de ses implications épistémologiques : quels champs de connaissance les écrits de la première modernité invitent-ils à fréquenter, comment les convoquer et les mettre en partage, comment favoriser la circulation des savoirs et des références, tout en conservant comme horizon une économie des ressources techniques, des moyens financiers et du capital attentionnel des utilisateurs  des sites ?

Céline Bohnert et Anne Réach-Ngô

Retour des étudiants du Master L&H sur leur participation au projet

Un « échantillon » assez complet

Au cours de l’année universitaire 2021-2022, les étudiants du Master 1 Lettres et Humanités de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, dont je fais partie, ont pu découvrir le projet Mythologia grâce à leur cours de « Philologie Numérique ». Avec cet intitulé plutôt obscur, nous ne savions pas exactement quel serait le contenu du cours… et nous ne l’avons pas su avant la deuxième séance. Avant de nous présenter le projet, Céline Bohnert tenait à nous faire réfléchir sur l’articulation des termes de l’intitulé puis à nous présenter le rôle de l’éditeur et les choix subjectifs qu’il doit opérer. Elle nous a ensuite présenté Mythologia.

Continuer la lecture de Retour des étudiants du Master L&H sur leur participation au projet

Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ? (2)

Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ? Les projets SourcEncyMe et Mythologia en dialogue (2).

Retour sur la séance du séminaire
« Les p’tits déj’ ‘Humanités numériques’ de l’IRHT », 03/06/22

 

La première de cette série de trois rencontres organisées par Emmanuelle Kuhry dans le cadre des P’tits déj Numériques de l’IRHT s’est déroulée en janvier dernier. Elle a permis de présenter les deux projets, en mettant l’accent sur la nature de leurs corpus, sur leurs objectifs scientifiques et leurs méthodes éditoriales. Sont ainsi apparues des convergences fortes qui touchent à l’analyse des sources et de leur circulation, aussi bien qu’aux méthodes intellectuelles des compilateurs étudiés et au système de renvois et de citations élaboré dans les textes encyclopédiques du Moyen Âge et de la Renaissance. Le compte rendu est publié ici.

Pourtant, les chaînes éditoriales des deux projets s’avèrent très différentes. Les 2e et 3e séances ont permis d’approfondir la réflexion méthodologique et épistémologique en l’abordant de manière pratique, sous forme de démonstrations et d’atelier.

La deuxième séance a ainsi été consacrée aux métadonnées du projet Mythologia : comment décrire le corpus sur la plate-forme EMAN, et pour quoi faire ? Quelles catégories ont été choisies pour classer les données mythographiques, et quelle méthode de collecte des données ? Enfin, que nous apprennent ces catégories sur le texte étudié et sur nos propres méthodes en Humanités numériques ?

Le billet ci-dessous présente une synthèse de la séance et des échanges auxquels elle a donné lieu. Merci à tous les participants pour leur présence et pour leurs riches et passionnantes interventions : Emmanuelle Kuhry (SourcEncyMe), organisatrice de la séance, Isabelle Draelants (IRHT, projet SourcEncyMe), Marion Aspe, Marie Bizais-Lillig, Maurizio Busca, Elisa Lonati, Romane Marlhoux, Kenan Oudin, Marianne de Prémont, Cécile Sajdak, Marthe Vertongen.

Continuer la lecture de Quels traitements numériques pour les corpus encyclopédiques ? (2)

État des lieux : quelques enquêtes sur les toponymes

Le billet sur le travail de curation des données réalisé par les stagiaires a permis de montrer notre méthode de travail, nos recherches et nos questionnements. Un des exemples de recherche de toponyme dans le billet sur la curation était particulièrement intéressant et amenait à être détaillé, mais impossible en un billet de rentrer dans les détails de toutes les recherches réalisées et difficultés rencontrées pour chaque métadonnée. Voici donc un billet retraçant quelques recherches fructueuses, cas épineux et coquilles intéressantes en rapport avec la métadonnée « Toponymes ».

Continuer la lecture de État des lieux : quelques enquêtes sur les toponymes

Curiosités et bizarreries typographiques

La vérification de la transcription du texte de l’édition de 1627 de la Mythologie de Conti, fournie par le logiciel HTR Transkribus, est l’occasion de croiser de petites bizarreries typographiques et autres coquilles singulières. Elles se révèlent de différentes natures et sont propices à piquer la curiosité des lecteurs que nous sommes. Elles nous renseignent au passage sur la fabrique du livre, témoignant des pratiques typographiques et éditoriales en cours au début du XVIIe siècle. Ce billet est destiné à présenter quelques-unes de ces rencontres impromptues.

Continuer la lecture de Curiosités et bizarreries typographiques